Le Roi Mohammed VI : « Le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps »

Publié le par KEM avec MAP

Le Discours, lu devant la 69e Assemblée générale de l’ONU du 26 septembre dernier par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, où le Souverain a fustigé sévèrement la colonisation, était bien musclé à plusieurs égards ; celui du 39e anniversaire de la Marche verte, adressé aujourd’hui 6 Novembre à la Nation, l’est encore plus. Les ennemis extérieurs comme intérieurs de la première cause nationale n’ont qu’à bien se tenir. « Ou on est patriote ou on est traitre », et « il n'y a pas de juste milieu entre le patriotisme et la trahison. » a notamment dit le Chef de l’Etat. Pour ce qui est de la marocanité du Sahara, le Roi a été on peut plus clair : Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps ».

Maintenant voici les idées-forces de cet important Discours à la Nation qui marque un tournant dans l'histoire de ce conflit du Sahara, fabriqué de toutes pièces au temps de la guerre froide.

Régionalisation :

« (…) la régionalisation à laquelle nous aspirons ne se réduit pas à des textes juridiques et au transfert, du centre vers les régions, des ressources matérielles et humaines. Nous voulons plutôt qu’elle soit fondée sur le patriotisme sincère impliquant un attachement sans faille à l’intégrité territoriale de notre pays. »

« Nous voulons des zones et des régions solidaires, complémentaires, qui s’entraident et se soutiennent mutuellement. »

Identité :

« Les Marocains, c’est un brassage civilisationnel authentique entre toutes les composantes constitutives de l’identité marocaine. Pour nous, Ils sont tous égaux, sans distinction entre le « Jebli » et le Rifain, entre le Sahraoui et le Soussi etc. »

« Les recherches académiques sur les composantes de notre identité sont utiles pour la consolidation de notre unité nationale. Quant au débat fondé sur le sectarisme et tendant à semer la discorde, il est puéril et sans consistance. »

« Celui qui prétend ne pas appartenir à ce creuset est dans le tort, et quiconque tenterait de démontrer le contraire risquerait de s’y perdre. »

Sahara :

« L’Initiative d’autonomie est le maximum que le Maroc puisse offrir dans le cadre de la négociation pour trouver une solution définitive à ce conflit régional. »

« Nous avons une pensée émue et reconnaissante pour tous ceux qui ont donné leur vie à la défense du Sahara. Il y a des mères et des pères, de toutes les régions du Maroc, qui ont perdu leurs enfants au Sahara. »

«(…) L’affaire du Sahara n’est pas la cause des sahraouis uniquement. Le Sahara est l’affaire de tous les Marocains. Et, comme je l’ai dit dans un Discours précédent : le Sahara est une question d’existence et non une question de frontières. »

« Le Maroc restera dans son Sahara, et le Sahara demeurera dans son Maroc jusqu’à la fin des temps. »

« (…) Le mode de gestion au Sahara a connu des dysfonctionnements qui en ont fait au fil des ans un terrain propice à l’économie de rente et des privilèges indus. »

« (…) certains mettent un pied dans la Patrie tant qu’ils profitent de ses richesses, et l’autre pied chez ses ennemis, s’ils n’en ont pas tiré parti. »

« Assez de la politique de rente et de privilèges ! Assez de la mercantilisation de la patrie ! »

« Nous entendons ainsi opérer une rupture avec le mode de gouvernance précédant, et permettre aux fils de la région de participer à la gestion de leurs affaires locales, dans un cadre de transparence, de responsabilité et d’égalité des chances. »

« Nous engageons également le secteur privé à s’impliquer davantage dans le développement des provinces du Sud. »

Etat de droit :

« Notre attachement à la création des conditions d’une vie digne pour nos citoyens, n’a d’égal que notre volonté de garantir l’ordre public et la sécurité des citoyens dans le cadre de l’Etat de droit. »

« (…) Le Maroc refuse tous les agissements visant à porter atteinte à sa sécurité et sa stabilité. Il entend s’y opposer en toute responsabilité et avec toute la fermeté requise, dans le cadre de la loi et sous l’autorité de la justice. »

« Depuis quand l’intimidation des citoyens et la dégradation des biens qu’ils ont acquis par leur labeur et à la sueur de leurs fronts, figurent-elles parmi les droits de l’Homme ? »

« Depuis quand les troubles à l’ordre public et la destruction des biens publics relèvent-ils de l’exercice des droits et des libertés ? »

Patriotisme :

« Il n’y a pas de degrés en patriotisme ou en trahison. Car, soit on est patriote, soit on est traitre. »

« Il est vrai que la Patrie est clémente et miséricordieuse, et elle le restera, mais une seule fois et pour celui qui se repent et revient à la raison. Quant à celui qui persiste à trahir la Patrie, toutes les législations nationales et internationales considèrent que l’intelligence avec l’ennemi relève de la haute trahison. »

« Nous savons que l’erreur est humaine, mais la trahison est impardonnable. Et le Maroc ne sera jamais une fabrique pour les « martyrs de la trahison ».

Intégrité territoriale et indépendance :

« En ma qualité de Garant de l’indépendance et de l’intégrité territoriale du pays, mon devoir est de définir les concepts et les responsabilités dans le traitement des questions avec les Nations Unies. Il m’incombe aussi d’exprimer le rejet par le Maroc des mystifications et des dérapages que connait cette affaire. »

« Non à la tentative visant à modifier la nature de ce conflit régional en le présentant comme une affaire de décolonisation. En effet, le Maroc dans son Sahara, n’a jamais été une puissance d’occupation ou une puissance administrante. Il exerce plutôt les attributs de sa souveraineté sur sa terre ;

« Non à toute tentative de révision des principes et paramètres de négociation, ainsi qu’à toute autre tentative visant à reconsidérer ou élargir le mandat de la Minurso, y compris la question d’observation des droits de l’Homme ;

« Non à la complaisance vis-à-vis de la véritable partie à ce conflit et à son exonération de ses responsabilités;

« Non à la tentative de mettre sur un même pied un Etat-membre au sein des Nations Unies et un mouvement séparatiste, et non à la légitimation de l’état de non-droit qui prévaut à Tindouf ;

Défense de la Cause nationale :

« Nous croyons profondément dans la justesse de notre cause et le triomphe du droit et de la légitimité sur les velléités du séparatisme. »

« Nous rendons hommage à nos Forces Armées Royales, dans toutes leurs composantes, et aux forces de sécurité pour leur mobilisation constante afin de préserver la sécurité et la stabilité et défendre l’intégrité de la Patrie. »

Et pan sur le bec de ceux qui accusent l'Etat marocain de tirer profit des richesses de ses provinces sahariennes :

« Depuis la récupération de notre Sahara, pour chaque dirham des recettes de la région, le Maroc investit 7 dirhams dans son Sahara, dans le cadre de la solidarité entre ses régions et entre les enfants de la Patrie unie. »

Publié dans Nation

Commenter cet article