Juifs du monde : Du discours de l’alyah et de ce qui est derrière

Publié le par Abdelkarim Chankou

Les Juifs sont-ils plus en sécurité en Israël qu’en Europe particulièrement la France ? Sachant qu’Israël est enclavé dans une zone « cernée » par des voisins arabes dont le Hamas et le Hezbollah n’attendent que l’occasion pour les bombarder de leurs roquettes. En fait la question est plus complexe ; car derrière chaque décision de juif Européen ou Français de faire son alyah, il y a des considérations spécifiques où se mêlent le religieux, le politique, le social, bref l’objectif et le subjectif.

-Le religieux : de plus en plus de juifs âgés, de France comme d’autres pays du monde, veulent terminer leurs jours en Israël, terre promise. Pour deux raisons au moins, l’une n’excluant pas l’autre : Un : La crainte que le Jour du jugement dernier leurs corps soient ressuscités parmi les goïms (non juifs). «Le judaïsme ancien développe l'idée qu'en ce Jour, les morts seront rappelés du Shéol, les uns iront à leur perdition, les autres dans le sein d'Abraham» . D’où la volonté d’être inhumé en terre d’Israël. Deux : A cette peur d’être ressuscités parmi les goïms s’ajoute une autre : leurs tombes en dehors d’Israël ne sont pas à l’abri des profanations antisémites, de plus en plus fréquentes depuis l’affaire «Carpentras» de mai 1990 dont les funestes héros sont des néo-nazis de race blanche.

-Le politique : de même, de plus en plus de juifs de France comme d’ailleurs sont convaincus que le salut d’Israël n’est pas dans son soutien indéfectible par les Etats-Unis d’Amérique mais dans la pérennité dans l’Etat hébreu de la pratique du judaïsme et d’un parti de droite fort principalement le Likoud. «Aux prochaines élections, ne mettez pas en danger la sécurité d'Israël, seul le Likoud peut assurer votre sécurité, a déclaré Benyamin Netanyahou lors d'un discours public à Tel-Aviv, le 05 janvier 2015, devant des militants du parti. Et le premier ministre likoudnik d’ajouter que «La gauche n'est pas prête à exiger des Palestiniens de mettre fin au conflit et accepter enfin l'Etat juif mais le Likoud tient de toutes ses forces à ces conditions.» Ainsi pour contrer les dangers mortels que sont l’assimilation par le mariage et la montée de l’athéisme et de la gauche laïque ces juifs estiment dans leur devoir de s’installer en Israël où ils pourront apporter leur contribution à la pérennité du pays notamment en boostant le «baby boom» israélien face à des voisions arabes « prolifères». Un rapport du Bureau central palestinien des statistiques (BCPS), publié en 2012, «estime qu'en 2020, les Palestiniens seront plus nombreux que les Juifs sur l'entité formée par Israël et les territoires occupés.»

-Le social : contrairement à une idée reçue bien ancrée dans les esprits, tous les juifs ne sont pas riches. Il y en a même de très pauvres et qui ne vivent que des subsides de la communauté. Au Maroc notamment, où en 1948 vivaient quelques 300.000 juifs contre moins de 5000 aujourd’hui. Les raisons de cet exode des juifs marocains vers la France, le Canada, les Etats-Unis, Malte, la Hollande, la Belgique, le Brésil, le Royaume-Uni, Israël… sont d’abord sociales avant d’être religieuses. Les nouveaux pays d’accueil offrant plus d’opportunités de réussite sociétale en plus d’une certaine assurance contre les aléas économiques…

Contrairement à une idée reçue bien ancrée

dans les esprits, tous les juifs ne sont pas riches

Exemple parmi tant d’autres de la précarité dans laquelle vivent certains juifs au Maroc, le cas du vieux et indigent Shalom Abdelhak et son épouse contraints d’aller finir leur jours en en Israël après qu’une mafia de l’immobilier air parvenu à obtenir de la justice de les faires expulser de leur logement que le couple occupait depuis plus de 40 ans à Casablanca. Une situation qui s’inscrit en faux contre la constitution marocaine rénovée de juillet 2011 dont le préambule se veut plus moderne que les lois fondamentales occidentales. En effet si des responsables politiques français ou danois, pour ne citre qu’eux, s’empressent à l’occasion de chaque acte antisémite de clamer haut et fort que les juifs font partie de la France ou du Danemark, le Maroc, lui, a inscrit cette réalité dans sa constitution en vigueur : «État musulman souverain, attaché à son unité nationale et à son intégrité territoriale, le Royaume du Maroc entend préserver, dans sa plénitude et sa diversité, son identité nationale une et indivisible. Son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.» Mieux ce préambule constitution el assez avancé du moins en théorie a poussé le groupe parlementaire du PAM (Parti Authenticité et Modernité) de déposer le 15 juillet 2013 sur le Bureau de la première Chambre du Parlement une proposition de loi imposant des sanctions contre toutes les formes de racisme. «Le texte du projet précise que la discrimination est toute différenciation, préférence, rejet ou à-priori sur les personnes ou groupes en raison de leur appartenance géographique, nationale, sociale ou de leur couleur de peau, sexe, situation familiale, entre autres.» Mais que peuvent des textes de loi contre la cupidité sans limite des puissants lobbys mafieux notamment immobiliers ? Une question qui explique aussi pourquoi les juifs du monde sont de plus en plus réceptifs aux discours laudateurs de l’alyah en particulier et les sirènes de l’exode en général. En revanche, il ne faut pas croire que toute victime juive d’escroquerie l’est pat des non juifs. Parfois ce sont des juifs qui escroquent leurs congénères juifs . Mais c’est une autre histoire…

Publié dans Opinion

Commenter cet article