Baamer connection

Publié le par Karim El Maghribi

Au moment où l’Office des changes entre « tardivement » en danse dans l’affaire de la crise de la Samir en demandant par la voix de son nouveau directeur ad intérim, Driss Bencheikh, aux banques la restriction sur les transferts cibles ordonnés par les dirigeants de la Samir, Croque cactus qui est le seul à s’intéresser aux magouilles de cette entreprise dès 2009, revient sur ses affaires scabreuses en y ajoutant quelques nouveautés.

Jamal Baamer, le directeur général de la Samir depuis 2004, a cru trouver le moyen efficace pour bien pomper cette société d’industrie et du raffinage, filiale de Corral Holding Morocco, elle-même filiale de Corral Petroleum, propriété du saoudo-éthiopien le Sheikh Mohamed Hussein Al Amoudi.  La méthode est simple comme bonjour. Baamer crée une SARL ou une SA souvent en association avec un cadre- ou ex cadre- de la raffinerie après l’avoir convaincu d’accepter contre la promesse que la nouvelle entreprise ainsi crée soit le client exclusif de la Samir. Histoire de garantir le remplissage du bon de commandes. Ainsi en a été de plusieurs sociétés dont le conseil d’administration de certaines est présidé par Jamal Baamer himself, comme la Comadi, société spécialisée dans l’équipement des stations-service notamment en charpentes métalliques et qui est chargée de jouer les intermédiaires entre la société de distribution et commercialisation des carburants, la SDCC (créée par Baamer en 2012) et les nouvelles stations-service de la SDCC.

Il est fastidieux d’énumérer toutes ces sociétés créées, tellement elles sont nombreuses et entrent dans le cadre du plan machiavélique de Baamer de filialisation à outrance de la Samir afin de mieux la siphonner jusqu’à la dernière goutte.

Last but not least et pour ne citer que celle-ci (vu son importance), la TSPP, filiale à 100% de la Samir,  a été créée par Jamal Baamer en 2008 dans le même but. La Société Marocaine de Transport et de Stockage de Produits Pétroliers, société anonyme à capitale de 48 millions de dirhams (augmentation du capital de 38 millions de dirhams en 2013) est logée dans les locaux de la Samir comme la quasi- totalité de ces sociétés baameriennes afin d’économiser le prix du loyer et d’être le plus près possible du centre de pompage…

Dirigée par Ahmed Harnouch,  le directeur Pôle finances et comptabilité à la Samir-un proche de son patron Baamer-, la TSPP est exactement spécialisée dans le transport et stockage de produits pétroliers, constitution, exploitation et entretien des dépôts d’hydrocarbures. Normal quand on sait que la zone industrielle de la Samir est truffée de citernes de stockage qui ont besoin d’une maintenance continuelle….

Créée « pour répondre aux objectifs stratégiques de la Samir et aux nouveaux besoins du marché local marocain », selon Jamal Baamer, TSPP  opère à travers une flotte d’une centaine de camions citernes « selon la Norme ADR ainsi que par pipelines, en utilisant les technologies les plus récentes » dit la pub ; ce qui n’empêche pas des camions citerne comme des réservoirs d’ailleurs de flamber parfois en faisant des morts. Il fait dire que ces camions citernes transportent  outre le gasoil et l’essence, des produits hautement inflammables et dangereux comme  le carburant des avions (Jet A1), le  soufre liquide ; le  Gaz pétrole liquide, le gaz naturel liquide… Quant à l’argent liquide  et en devises on ne sait pas comme il est transporté !

Publié dans Zoom

Commenter cet article