Inauguration du village solaire à Ouarzazate en présence de André Azoulay

Publié le par Aida Bouazza

Morocco Solar Festival Toute l'énergie de l'art pour la technologie

Du 16 au 18 octobre 2015, Ouarzazate a vibré au rythme sons et soleil. Mehdi Alaoui Mdaghri, fondateur du Forum de la Mer, Patrick Bauer fondateur du Morocco Solar Festival ont été présents lors de l'inauguration du village solaire en présence de André Azoulay, conseiller de Sa Majesté, du wali de Ouarzazate et de l'ambassadeur de l'Inde au Maroc.

CC.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Morocco Solar Festival : Toute l'énergie de l'art pour la technologie (Titre d'origine)

Trois jours de programmation multidisciplinaire autour de l’énergie solaire et du développement durable.

Un concert exceptionnel des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Paris.

Mehdi Alaoui Mdaghri, Patrick Bauer fondateur du Morocco Solar Festival lors de l'inauguration du village solaire en présence de André Azoulay, conseiller de Sa Majesté, du wali de Ouarzazate et de l'ambassadeur de l'Inde au Maroc

La ville de Ouarzazate a de nouveau accueilli l’évènement dédié à l’énergie solaire et au développement durable des zones désertiques, le Morocco Solar Festival (MSF). Après une première édition réussie, les organisateurs Mehdi Alaoui Mdaghri, fondateur du forum de la mer, et Patrick Bauer, fondateur du marathon des sables, ont à nouveau tenu leurs promesses en démontrant que «L’or est dans le ciel».
Pour sa deuxième édition, l’évènement qui s’est tenu du 16 au 18 octobre à Ouarzazate, a proposé plusieurs nouveautés. En effet, le MSF n’est plus confiné au parc Anatim où se trouve le village solaire, il investit la ville à travers diverses activités afin d’attirer un maximum de public. Durant les 3 jours du festival, des parades, des contes solaires, des conférences, un cinéma solaire… ont animé la ville du sud pour le plus grand plaisir des badauds.
Le festival a été inauguré vendredi soir en présence de André Azoulay, conseiller de Sa Majesté, du wali et du maire de Ouarzazate, mais aussi de Amrane Obeid, membre du directoire de Masen, et de Said Mouline, directeur de l’Agence nationale pour le développement durable pour ne citer qu’eux. «Ce festival est un catalyseur, une valeur ajoutée pour le tourisme dans la région d’autant plus qu’il est lié à un projet solaire pionnier dans le monde», a précisé le wali de Ouarzazate. Dans la même soirée a également été inauguré le Cadran solaire projet réalisé par Yves Guyot, gnomoniste et créateur de cadran solaire dans plusieurs grandes villes à travers le monde. Ce cadran qui mesurait 11 mètres devrait voir le jour dans un an dans un lieu de la ville qui reste à déterminer.
Quant au noyau emblématique du festival, le village solaire a proposé une pléthore d’animations ludiques et interactives. Celles-ci démarrent dès l’entrée avec l’installation «Et si le soleil ne revenait pas?», un tunnel de 13 mètres qui plonge les festivaliers dans le noir avant de laisser entrevoir les premiers rayons de soleil faisant découvrir les lieux. Sur le site, une quarantaine de stands permettant de rencontrer des exposants de technologies solaires comme notamment Acciona et son 4x4, première voiture solaire qui a participé au Paris-Dakar. De son côté, «Liter of light» propose un éclairage facile à l’aide d’une bouteille en plastique et d’un simple mécanisme solaire quand l’équipe de Sun-Trip présente son aventure technologique à vélo solaire pour ne citer que quelques projets. Les ateliers ludiques et pédagogiques ont connu un franc succès auprès des enfants venus partager un moment agréable et amusant au village.
Dans le cadre de la 2e édition du Morocco Solar Festival, l’organisation a créé «My solar project», un concours où 5 projets solaires ont été retenus pour être présenté au village. Parmi les projets, un chauffe-eau solaire, un cuiseur solaire… Mais le grand gagnant de ce concours est Bilal qui a remporté 15.000 DH avec un arbre adaptable à une grande variété de climats et sols.
Dans le sillage de l’évènement, s’est également tenue l’inauguration du Centre Al Anouar, premier centre d’épanouissement culturel et éducatif de Ouarzazate. Cet espace animera la vie culturelle des jeunes et moins jeunes à travers des expositions, du théâtre, des clubs de lecture, des cinéclubs, des ateliers linguistiques, des cours de solfège… Le centre dispose d’un fonds documentaire, d’une galerie d’art, d’une ludothèque…

Un moment de grâce…

Malgré une météo capricieuse par moments, l’Orchestre philharmonique de Paris a offert un voyage musical chargé en émotion qui restera gravé dans les mémoires. Un moment d’anthologie de la guitare classique, «Aranjuez», a été joué par Emmanuel Rossfelder. Ensuite on quitte l’Espagne pour rejoindre l’Autriche avec une célèbre valse, celle du «Beau Danube», puis l’on s’arrête du côté de l’Italie avec la fabuleuse Héloïse Mas qui a interprété «Una voce poco fa» du Barbier de Séville de Rossini. Bien d’autres classiques, du répertoire de Bizet notamment, ont été joués. Le voyage se poursuit avec Natacha Atlas et sa célèbre chanson «Mon amie la rose» empruntée à Françoise Hardy sans oublier les célèbres musiques de films comme le solo de violon de John Williams pour «La liste de Schindler» ou encore «Pirates des Caraïbes» du grand Hanz Zimmer.
Et pour les prochains rendez-vous solaires, Patrick Bauer et Mehdi Alaoui Mdaghri ont annoncé que l’Orchestre philharmonique de Paris allait devenir l’orchestre officiel du festival.

Aïda Bouazza

Commenter cet article