Les relations interarabes condamnées à se dépassionner ou mourir

Publié le par Abdelkarim Chankou

Le chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane avec son homologue du Qatar Cheikh Abdullah Ben Nasser Ben Khalifa Al-Thani.

Le CCG souhaite investir 120 milliards de dollars au Maroc (Crédit photo : AFP).

 

Depuis la création de la Ligue des Etats Arabes (LEA) au lendemain de la fin de la seconde grande guerre les relations interarabes fonctionnent sur le mode passionnel, à l’image de la Grèce antique. A la différence près que lorsque le prince troyen a enlevé la belle Hélène toute l’Achaïe s’est levée comme un seul homme me pour punir la cité du kidnappeur. Le roi Ménélas, l'époux ridiculisé, lève avec son frère Agamemnon une expédition rassemblant la plupart des rois grecs, qui assiège Troie et remporte finalement la victoire (Homère l’Iliade et l’Odyssée). Bien que l’honneur du Monde arabe ait été bafoué à maintes reprises aucune action d’envergure n’a été entreprise par la LEA pour laver l’affront. L’une des rares fois où une action a été déclenchée elle date des débuts de la naissance de cette organisation panarabe quand son axe dominant d’alors, Le Caire-Damas, a tenté en 1956 d’attaquer Israël mais récolta une cuisante défaite notamment grâce à l’intervention franco-britannique. Depuis plus rien. Que de la gesticulation et l’agitation intermittente d’une arme dissuasive : la grosse Bertha sonore des menaces sans lendemain. Cette situation de ni guerre ni paix, cadencée de sommets arabes tantôt ordinaires tantôt extraordinaires a duré presque 48 ans et a fait perdre aux régimes arabes autant de temps qu’ils auraient dû normalement consacrer à la lutte contre la misère et l’ignorance au lieu d’agiter en permanence l’épouvantail hébreu pour mieux exister. Cette situation a perduré bon an mal an jusqu’aux Accords intérimaires sur l'autonomie des territoires occupés, signés le 13 septembre 1993 à la Maison-Blanche par Israël et l'Organisation de libération de la Palestine. Lesquels accords ont été le premier pas vers la normalisation entre le Monde Arabe et Israël bien que les premiers prémices en eussent été les deux sommets de Fès (25 novembre 1981 et 6-9 septembre 1982) qui sous l’impulsion des rois du Maroc et d’Arabie saoudite, respectivement Feu Hassan II et Feu Fahd ben Abdelaziz Al Saoud ont introduit pour la première fois le principe d’échange de la terre contre la paix.

Dépassionnement

Depuis cette date beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et de nouvelles variables sont venues se greffer à l’équation israélo-arabe déjà complexe. Notamment le retour de l’Iran, ennemi juré des monarchies sunnites, dans le concert des Nations suite à un changement des priorités à la Maison Blanche que d’aucun ont vu comme un coup de poignard dans le dos. Ce revirement de situation au Moyen-Orient qui a coïncidé avec la chute des cours de pétrole a totalement brouillé les cartes du processus de paix dans cette région du monde. Face à la menace chiite, la Palestine, jadis sujet central des préoccupations de la politique extérieure des Etas arabes, est passé au second plan des priorités de ces pays si bien que l’ennemi d’hier est devenu l’allié d’aujourd’hui. Un exemple de ce grand amour de circonstance le roi du Bahreïn Hamad Ben Issa Al-Khalifa qui a reçu un rabbin sioniste et célébré dans son palais, lundi 7 décembre 2015, la fête juive de Hanouka ! Il faut dire que cet événement sans précédent au Moyen-Orient a été précédé par un chapelet d’autres surprises du même type comme la petite phrase prononcée la même année par le richissime prince saoudien Al-Walid ben Talal, qui a déclaré qu'il soutiendrait Israël dans le cas d'une nouvelle Intifada. Des appels du pied qui ne sont en réalité que le fruit logique de longues discussions secrètes entre Israël et Riyad dont le point d’orgue fut été interview où le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a déclaré - quelque semaines plus tard - que les relations entre son pays et le royaume saoudien sont « excellentes ». Prononcée il y a encore 5 ans cette vérité aurait mis les feux au poudre dans tout le Moyen-Orient. Mais le paramètre iranien a servi d’un puissant anti détonant… Revers de la médaille : la mise en sourdine du paramètre israélien dans la relation interarabe a ouvert la voix à de vieilles inimitiés entre les membres de la LEA- la plupart de ces animosités, il faut le dire, étant le résultat résiduel, soit de la colonisation soit de la guerre froide. Exemples : quand Rabat dit Oui Alger dit Non. Et quand Riyad propose une initiative Alger s’empresse de la rejeter arguant du fait que le royaume saoudien est l’ami du Maroc… Je peux dire sans médire que cette guéguerre entre pays arabes est 10 fois plus dangereuse que l’éventuel danger iranien ou israélien. D’ailleurs c’est à cause de ces querelles byzantines que le processus de paix arabo-israélien n’est jamais sorti de l’ornière du point mort. Avant la levée des sanctions américaines et européennes contre la république islamique d’Iran dont le point culminant a été la visite pompeuse du président Hassan Rohani à Paris le signal déterminant qui a déclenché une vraie reprise de conscience au sein du Monde Arabe en vue d’une refonte radicale des mécanismes des relations interarabes sont les révoltes sociales du Printemps arabe qui selon Nicola de Santis ?, un haut commis de l’OTAN, va connaître une prochaine deuxième vague redoutable. Désormais place aux relations bilatérales affranchies du canal Ligue Arabe désormais morte après longue agonie. Et place aussi aux groupements géopolitiques où si l’on veut sacrifier à une expression en vogue place aux groupements qui ont des atomes crochus. Autrement dit l’heure est au dépassionnement des rapports interarabes en les basant sur les intérêts matériels communs. D’où la tenue pour la première fois mercredi 20 avril dernier d’un sommet Maroc-CCG avec la présence du Roi du Maroc Mohammed VI à Riyad et des 6 autres rois, émirs et sultans de ce Conseil de coopération des du Golfe. Outre la royauté, la monarchie marocaine partage moult points communs avec les monarchies du CCG. Cependant le Maroc qui est plus proche de la Jordanie n’est ni l’Arabie saoudite, ni le Koweït, ni le Sultanat d’Oman ; ni le royaume de Bahreïn, ni la confédération des Emirats Arabes Unis encore moins l’émirat du Qatar. D’où le choix de centrer la relation Maroc-CCG sur l’économie et la politique étrangère. Exemple de soutenir le Maroc dans son bras de fer avec les ennemis de son intégrité territoriale en débitant des déclarations sans lendemain ces pays feront mieux d’investir au Sahara dit « occidental ». Ce faisant ils s’approprieront en quelque sorte un morceau de ce territoire dont plusieurs aspects culturels, ethniques et géographiques rappellent les terres du Golfe. Et pour finir à ce qui avancent l’argument de l’éloignement géographique du Maroc de l’Arabie saoudite, soit d’une distance de 8100 km, pour décrier ce rapprochement, je leur rappelle que la distance de 15 169 km qui sépare Londres de l’Australie n’empêche pas ce continent de faire partie du Commonwealth.

Publié dans Opinion

Commenter cet article