Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les princes saoudiens se font la guerre

Publié le par Karim El Maghribi

Les princes, il y en a des dizaines de milliers, de la famille régnante des Al Saoud n’ont jamais été unanimes quant à la façon de gouverner l’Arabie saoudite par les rois et leur proches collaborateurs. Grosso modo, dans le royaume wahhabite qui est le seul au monde à tirer son nom de la famille qui y règne sans partage depuis 1744, il existe deux courants dominants et antagonistes : d’un côté les réformistes modérés, alliés des Etats-Unis, et de l’autre les radicaux partisans de la doctrine pure et dure et qui ne voient dans l’occident que la version terrestre de l’enfer.

L’actuel roi Abdellah ben Abdelaziz n’a cessé de montrer, depuis 2005, date de son intronisation, sa volonté de réformer son pays. Lui et ses collaborateurs, triés sur le volet et tous des demi-frères ou des proches cousins, sont partisans d’une réforme contrôlée à même de redorer le blason d’un royaume synonyme de lapidation et de décapitation sans merci des éléments « asociaux ».

Mais le roi, très âgé (87 ans), est fragilisé par sa maladie et celle de son frère et prince héritier qu’on dit être à l’article de la mort. Soltane coiffe un chapelet de postes clef. Il est également démuni par la montée du chômage due à la chute des cours du pétrole ainsi que par la perte du leadership saoudien sur la scène proche-orientale au bénéfice de la Syrie, du Qatar et de la Jordanie.

Résultat immédiat de ces facteurs à risque et de bien d’autres qu’il n’est pas possible d’égrener tous ici, il y a la montée du risque d’attentats anti pro roi Abdellah.

Celui d’hier, perpétré contre le prince Mohamed ben Nayef (photo), haut responsable de la sécurité et de la lutte antiterroriste et homme de Washington, est à mettre dans ce contexte de guerre sans merci entre les princes Al Saoud rivaux.

Si l’agence officielle SPA a rapporté, aujourd’hui même, que cet attentat à la bombe qui n’a que blessé légèrement le prince Ben Nayef au moment où il « recevait des visiteurs à l'occasion du ramadan », a été revendiqué par Al Qaida, on ne peut s’empêcher de douter de la véracité de cette revendication. Tout simplement par ce que les plus méchants d’Al Qaida sont des enfants de chœur devant certains princes radicaux saoudiens qui n’attendent que l’occasion pour passer à l’action.

Maintenant comment un homme « recherché et venu se repentir auprès de Ben Nayef » a-t-il pu arriver jusqu’au prince en franchissant plusieurs cordons de sécurité muni d’une bombe comme présent?

Deux réponses possibles : soit le kamikaze était connu des services de sécurité (un indicateur par exemple venu faire son rapport ou révéler une information directement au boss), soit les services de sécurité du prince sont pourris. Ce qui n’est pas surprenant.

Dans les deux cas, cela dénote sans ambages que la lutte pour le pouvoir au sein ou autour de la famille régnante des Al Saoud vient de franchir un nouveau pas depuis 2003.

Petit cliché frais de cette guerre larvée que se livrent férocement les princes saoudiens : le prince Kahlid ben Talal frère du richissime businessman Al Walid vient de rallier les pourfendeurs de ce dernier en déclarant publiquement que son frère comme d’autres princes encourage la dépravation, la prostitution et la débauche via ses chaînes satellitaires diaboliques ! Si ce n’est pas un pas un appel au lynchage, ça y ressemble fort.

Publié dans Confidentiel

Partager cet article

Repost 0

Mohammed VI souffrant

Publié le par AFP

« Sa Majesté le roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, présente une infection à rotavirus avec signes digestifs et déshydratation aiguë nécessitant une convalescence de cinq jours », a indiqué un communiqué signé par le professeur Abdelaziz Maaouni, médecin personnel du Souverain et directeur de la clinique du Palais royal.

Le Roi Mohammed VI du Maroc a été placé en convalescence de cinq jours pour une « infection » qui ne présente « aucune inquiétude sur sa santé », a annoncé le Palais royal.

« Sa Majesté le roi Mohammed VI, que Dieu l'Assiste, présente une infection à rotavirus avec signes digestifs et déshydratation aiguë nécessitant une convalescence de cinq jours », a indiqué un communiqué signé par le professeur Abdelaziz Maaouni, médecin personnel du Souverain et directeur de la clinique du Palais royal.

« L'état de santé de Sa Majesté le Roi ne justifie aucune inquiétude », a-t-on ajouté de même source.

Publié dans Nation

Partager cet article

Repost 0

L’alibi de Kadhafi

Publié le par Abdelkarim Chankou

Simple et complexe à la foi l’alibi de Kadhafi. Il est le fruit de la conjonction de plusieurs circonstances exceptionnelles. Et d’aucuns en conviendront le « roi des rois africains », son dernier titre autoproclamé, est un maître en matière de saisissement des occasions inespérées.

Il convainc en fin de compte la Suisse de lui présenter au plus haut niveau des excuses publiques pour avoir « maltraité » l’un de ses fils (Hannibal) ; il obtient la libération anticipée de son compatriote et ex-chef de sa barbouzerie, Abdelbasset Magrahi, (impliqué dans le terrible l’attentant de Lockerbie ayant fait près de 270 morts innocents), en lui réservant un accueil triomphal violant ainsi les promesses faites par ses proches sbires au gouvernement écossais d’être discret ; il plante sa tente n’importe où lors de ses déplacements dans les capitales occidentales ; il poursuit en justice des journaux maghrébins et africains auxquels il réclame des indemnités faramineuses uniquement parce que ces médias ont écrit des choses qui ne lui plaisent pas ; et j’en passe des vertes et des pas mures… Bref, le colonel vit les plus beaux de sa vie, à moins d’une semaine du 40e anniversaire du putsch qui a mis fin à la monarchie libyenne, un certain 1er septembre 1969.

Mais qu’est-ce qu’est fait courir le colonel ? Quel est ce fantastique alibi qui l’encense et le met hors de cause ?

Simple et complexe à la foi l’alibi de Kadhafi. Il est le fruit de la conjonction de plusieurs circonstances exceptionnelles. Et d’aucuns en conviendront le « roi des rois africains », son dernier titre autoproclamé, est un maître en matière de saisissement des occasions inespérées.

Son flair de bédouin aguerri et sa longue expérience de slalomeur entre les coups bas lui permettent de savoir qu’il est devenu indispensable. Il a parfaitement conscience de ce que l’occident attend de lui et il joue très bien le jeu. Washington et ses capitales alliées cherchent un contrepoids « de poids » à l’hégémonisme incontrôlé de l’Arabie wahhabite qui profite de l’affaiblissement politique et économique de l’Egypte pour s’auto-ériger en leader du monde arabe. Tripoli du guide de la révolution du 1er septembre offre donc ses menus services pour jouer les contrepoids. Surtout qu’étant plein aux as et le doyen des ses collègues arabes, il sait qu’aucun de ces derniers, à part le roi Abdallah Ibn Abdelaziz et encore, n’y verra à redire. Dans le monde arabe plus un chef d’Etat riche s’éternise au pouvoir plus il est respecté.

De même la Maison blanche et ses alliés savent que le monde arabe est l’un des chiffres clefs du code qui permettra une fin rapide et non douloureuse de la crise financière internationale. Pour que les pétrodollars se remettent à investir sans compter aux Etats-Unis qui les a humiliés au lendemain des attentas du 11 septembre 2001, il faut soit leur faire la cour soit leur forcer la main, gentiment.

Obama avec ses sourires à se décrocher la mâchoire a essayé la première solution. En vain jusqu’à maintenant. Il reste la seconde. Qui consiste à faire la danse du ventre au colonel Kadhafi pour ramener ses rivaux à de meilleurs sentiments envers l’Oncle Sam. Diabolique. Mais efficace.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Casa : Le jour le plus long

Publié le par Karim El Maghribi

Casablanca (Casa pour les intimes) a toujours eu son « jour le plus long ». Et ça n’a rien à voir avec le débarquement de Normandie ni a avec la fameuse conférence d’Anfa (le quartier de la Colline surplombant la plage de Casablanca) qui a préparé ce débarquement. Son jour le plus long, plus long qu’un week-end sans pain, est le jour où ferment les bars et autres débits de boissons alcoolisés ; c’est-à-dire grosso modo à trois jours du début du Ramadan.

Bien entendu, le jour de fermeture de ces commerces n’est long que pour les buveurs d’alcools ; pour les non consommateurs c’est un jour de fête et de délivrance. On se passera des raisons que chacun peut imaginer à sa guise. Revenons donc à nos moutons.

Le premier jour du moins d’abstinence au Maroc étant certainement le samedi 22 août, les bars et commerces vendant l’alcool devaient donc être fermés au plus tard mardi 18 août au soir. Surprise et quelle surprise : jusqu’au mercredi (le lendemain) certains bars et commerces ont continué à servir ou à vendre liqueurs, gins, vodkas vins et bières…Comme si de reine n’était ! Si bien que cert.ains accros à l’éthanol ont cru au miracle. Le Maroc a-t-il décidé de faire comme la Tunisie, la Turquie ou la Syrie où le jeûne et la fermeture des brasseries et bars ne sont pas obligatoires durant le Ramadan ?

Je vois déjà certains qui commencent à se lécher les babines. Non ne c’est qu’une fausse alerte due à un dysfonctionnement dans l’administration qui veille sur la fermeture et la réouverture des débits de boissons alcoolisées.

En fait, le mardi, jour de fermeture supposé des bars, le patron de la direction des renseignements généraux et de la réglementation, Le contrôleur général Abdelhak Bassou, à qui incombe la gestion des débits de boisson, a été limogé pour faute professionnelle et remplacé par son adjoint. Du coup, la vacance de pouvoir même si elle a été courte a provoqué un dysfonctionnement dans la Maison qui s’est traduit par le non envoi des messages aux services extérieurs des préfectures fixant les dates des fermetures ; car chaque région fixe ses dates en fonction de ses spécificités.

Rappelons que le Maroc produit annuellement près 400.000 hectolitres, (3 millions dans les années 60). Et la consommation des boissons alcoolisées y est d’environ 300.000 hectolitres par an.Vite! à boire.

Publié dans Polémique

Partager cet article

Repost 0

L’ « iranisation » de Gaza donne des cauchemars à l’Arabie saoudite

Publié le par Karim El Maghribi

L’inféodation du gouvernement illégal du Hamas qui gouverne à Gaza aux services iraniens notamment par l’entremise du Hezbollah libanais donne sueurs froides au régime wahhabite saoudien qui soutient le gouvernement légal de Mahmoud Abbas retranché depuis 2007 à Ramallah en Cisjordanie.

 

Parmi les moyens mis en œuvre par Ryad pour freiner l’avancée inexorable de l’influence iranienne à Gaza, le financement de groupuscules sunnites radicaux qui vomissent le chiisme iranien.

 

Dernier cas en date : le groupuscule salafiste qui a déclaré lors de la prière du vendredi 14 août dernier par la voix de l’imam Abdellatif Moussa la naissance d’un émirat islamique à la mosquée Ibn Taymiah située dans le quartier populeux du Brésil à Rafah, ville importante du sud de la bande de Gaza. Groupuscule qui a ensuite été décimé par les forces du Hamas après plusieurs  heures de combats où  les deux camps ont perdu beaucoup d’hommes dont Abdellatif Moussa (photo) et son adjoint qui se sont fait probablement sautés.

 

Fait curieux : l’intervention musclée des forces du Hamas a été appuyée par des éléments des Brigades Al Kassam bien que  ce ne soit  pas leur rôle ; étant donné que la sécurité intérieure à Gaza incombe à la police. Cette entorse à la loi  dénote l’affolement du Hamas qui visiblement ne veut pas que la population gazaoui soit séduite par les groupuscules salafistes échaudés par les pétrodollars wahhabites dont la bande d’Ansar Allah (les alliés de Dieu) de Abdellatif Moussa n’est que le premier maillon d’un long chapelet. Aïe !

Publié dans Confidentiel

Partager cet article

Repost 0

Piratage de 130 millions cartes de crédit aux Etats-Unis !

Publié le par Karim El Maghribi

Albert Gonzales, un habitant de Miami âgé de 28 ans, et deux ressortissants russes dont les identités n’ont pas été révélées par la police ont piraté, tenez-vous bien, quelque 130 millions de cartes de crédit. Albert Gonzales, déjà arrêté en 2008, risque une peine de prison cumulée de 25 ans. Après ça on ne peut que se demander : Quel crédit encore pour le payement en ligne.

C’est ce lundi que les autorités américaines ont révélé le pot aux roses. Ce qu'elles considèrent comme la plus vaste fraude à la carte bancaire jamais jugée aux Etats-Unis, avec 130 millions de vols de numéros de cartes de crédit et de retrait.

Les trois suspects, un habitant de Miami, Alberto Gonzales (28 ans) et deux russes dont les noms n’ont pas encore été révélées, ont été inculpés pour cinq intrusions dans les bases de données de Payment Systems, 7-Eleven Inc. et Hannaford Brothers, où les numéros de cartes ont été dérobés, indique le parquet fédéral dans un communiqué. Deux autres entreprises non identifiées ont également été victimes de vols de données. Le trio agissait en neutralisant les firewalls de ces sociétés de payement en ligne. Puis ils communiquent les données ainsi piratées à des complices installées dans divers pays en Europe dont la Russie ou l’Ukraine.

« Le parquet accuse les trois pirates d'avoir choisi leurs victimes dans le classement Fortune 500, qui répertorie les 500 premières entreprises mondiales sur la base du chiffre d'affaires, pour déterminer ensuite leur vulnérabilité. », rapporte le site
euroinvestor.fr.

« Ils se sont par exemple rendus dans des boutiques pour identifier le type de terminaux de paiement utilisés et, après des recherches sur leurs systèmes informatiques, ont installés des serveurs pirates pour collecter leurs données, qu'ils vendaient ensuite à d'autres malfaiteurs, poursuit-il dans un communiqué. » ajoute euroninvestor.fr.

L'affaire qui est supposée être le plus vaste cas de piratage et d'usurpation d'identité jamais traité par le département de la Justice a commencé en octobre 2006.

En 2008 année Albert Gonzalez avait été arrêté pour la première fois pour les mêmes méfaits. Il dirigeant alors un groupe d’une dizaine de complices ayant détourné pas moins de 41 millions de numéros de cartes de crédit,
« il était accusé par la justice américaine de fraude informatique, fraude téléphonique, usurpation d'identité aggravée, et enfin de complot. Il risque tout simplement la prison à vie. »

Rappelons aussi que le piratage des cartes de crédit et de retrait qui s’est intensifié avec le second mandat de Bill Clinton, il y a 13 ans, est souvent l’œuvre d‘étrangers vivant aux Etats-Unis légalement ou clandestinement. Plusieurs Marocains ont versé dans ce trafic.

Publié dans Sécurité

Partager cet article

Repost 0

Un juif israélien dirige l’OLP !

Publié le par Avec la Tribune de Genève

La terre sainte produit encore des miracles et c’est une première. Le Fatah, branche essentielle de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), dirigé par le président palestinien Mahmoud Abbas compte désormais dans son état-major l’un des premiers objecteurs de conscience israéliens. Uri Davis, 66 ans, sociologue de son état. Voici le portrait qu’en fait la Tribune de Genève.
 
Décidément, Uri Davis n’a pas peur de se faire des ennemis parmi les siens. Ce juif de nationalité israélienne, militant antisioniste, vient d’être élu au sein de la direction du Fatah, le parti de feu Yasser Arafat et de l’actuel président palestinien Mahmoud Abbas. Agé de 66 ans, ce professeur de sociologie à l’Université d’Al-Qods, dans les faubourgs de Jérusalem-Est, vit en Cisjordanie, où il a épousé une Palestinienne. [On chuchote qu’il s’est converti à l’islam : Ndlr].

Membre du Fatah depuis 1984, il fut l’un des premiers objecteurs de conscience en Israël. Il vient donc d’être élu au Conseil révolutionnaire du Fatah.

«Je suis très ému de ce vote, dans lequel je vois une preuve de confiance non seulement envers ma personne mais aussi la ligne politique que j’ai défendue devant le Conseil, qui s’inspire de la lutte de Nelson Mandela contre l’apartheid en Afrique du Sud», a-t-il déclaré.

Né en 1943 en Palestine sous mandat britannique, détenteur des nationalités israélienne et britannique, Uri Davis se définit «comme un Palestinien, Hébreu, antisioniste, d’origine juive». En rupture avec quasi toute la gauche en Israël, il dénonce régulièrement l’Etat juif comme un «Etat d’apartheid», exhorte au «boycottage de ses produits et ses institutions» et réclame à sa place la création d’un «Etat démocratique commun avec les Palestiniens».

Le professeur Davis a affirmé «vouloir représenter au sein du Conseil révolutionnaire des centaines de militants non arabes qui ont participé à la lutte palestinienne». Il a commencé ses activités politiques dans les années 60 comme militant des droits de l’homme, engagé notamment dans la lutte contre les saisies de terres appartenant à la minorité arabe.

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Sale temps pour Apple Technologies

Publié le par Avec AFP

Les tics des NTIC. Après les PC portables dont les batteries s’enflamment sans prévenir, le téléphone Blackberry qui peut se transformer en mouchard, voici venu le temps des iPod et des iPhones dont les écrans explosent ou prennent feux en blessant leurs usagers ! Les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) sont-elles devenues sources de danger ? Peut-être que oui, peut-être que non ?

Mais toujours est-il que l'écran d'un téléphone iPhone a blessé récemment un adolescent français à l'œil. Cette première pour l'appareil ainsi que des incidents similaires ont été rapportés avec les baladeurs numériques iPod, selon une chaîne de télévision américaine.

Marie-Dominique Kolega, médecin à Aix-en-Provence, et mère du jeune homme de 18 ans qui a reçu dans l'œil un débris de verre de l'écran du téléphone, a indiqué mercredi qu'elle se réservait le droit de porter plainte contre son fabricant Apple.

Selon elle, l'appareil de l'amie de son fils « s'est mis à grésiller, diffusant un bruit de friture », avant de se fissurer et de « projeter en l'air » des morceaux de l'écran cassé.

« Il y a eu plus de peur que de mal, mon fils n'a pas eu l'œil crevé », a-t-elle dit à l'AFP.

Il s'agit du premier cas rapporté d'incident mettant en cause un iPhone. Mais sûrement pas le seul.

La chaîne américaine KIRO a rapporté fin juillet qu'un certain nombre d'iPod avaient « soudain pris feu et produit de la fumée, provoquant des blessures et des dégâts matériels ».

La chaîne, qui a voulu en savoir plus après avoir eu vent d'un incident, affirme que des avocats d'Apple ont tenté de l'empêcher de se saisir de centaines de pages concernant l'appareil, émanant de la commission américaine veillant à la sécurité des consommateurs (CPSC).

Selon KIRO, les quelque 800 pages contenaient des informations sur « 15 incidents impliquant des incendies et des brûlures que des propriétaires d'iPod attribuaient à leurs appareils ».

La chaîne basée à Seattle (Etat de Washington, nord-ouest) affirme que selon les documents qu'elle a consultés, il n'y a eu aucun accident grave et que la cause des incidents semblait être une surchauffe des batteries au lithium-ion.

Selon KIRO, le CPSC a estimé que le taux d'incidents était faible, étant donné que des dizaines de millions d'iPod ont été vendus dans le monde, et a indiqué que les problèmes avaient diminué après un changement du système de batterie.

Publié dans Sécurité

Partager cet article

Repost 0

Maroc : vers un déficit de trésorerie sans précédent

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chute du commerce extérieur, repli considérable des rentrées de devises par les touristes ou les Marocains de l’étranger, fonte des recettes fiscales, augmentation de la masse salariale dans la fonction publique qui a rendu caduc l’ambitieux et non moins coûteux programme des départs volontaires,  baisse des cours mondiaux des minerais et des phosphates, baisse des investissements directs étrangers…

 

En bref l’Etat marocain est en proie à un assèchement historique et sans précédent  de sa trésorerie, d’autant que cette fois la crise mondiale qui sévit dans les pays riches n’encouragera pas les bailleurs de fonds internationaux à voler au secours  de l’Etat marocain. Lequel s’il n’a pas encore tiré la sonnette d’larme c’est grâce à la conjonction de deux facteurs presque providentiels : le retour des pluies et la baisse de la facture énergétique due à la chute des cours du brut.  Mais ces deux cadeaux du ciel ne suffisent pas dissuader l’inflation de repartir à la hausse du fait de la hausse du coût de la vie et du renchérissement des taux d’intérêt bancaires.

 

Pire : en parallèle à ce sombre tableau de bord, la société marocaine semble renouer avec ses vieux démons : le retour conjugué de la ferveur religieuse intéressée, des croyances populaires dont le charlatanisme.

 

Pour l’avis des spécialistes, seul  un miracle pourra éviter une catastrophe sociale, que la crème des entreprises a été privatisée et à part la Royal Air Maroc (dont l’attractivité et l’image ont été écornées par les grèves sauvages et répétées des pilotes de ligne) et les offices des Chemins de fer, de l’eau, de l’électricité et des phosphates, il n’y a pas grand-chose à vendre pour renflouer les caisses de l’Etat.

 

L’Etat osera-t-il à se séparer de ses dernier bijoux pour sauver la mise pour période dont personne ne sait la durée ?

 

En tout cas le miracle existe bel et bien et il s’appelle « rigueur ». Rigueur dans la gestion du denier public. Autrement dit l’Etat doit déclarer  la guerre à la gabegie, à l’informel, à la fuite des devises et à la fraude fiscale. Sans oublier tous les autres vices et fléaux responsables de l’érosion du PIB comme la corruption et les accidents de la circulation qui font perdre chaque année au pas près de 900 millions d’euros et quelque 4.000 âmes. Tout en veillant, bien entendu, à  l’amélioration constante et permanente de la valeur ajoutée de l’industrie de sous-traitance, de l’agro-industrie et des services. Amen.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Combats violents entre commerçants chinois et algériens à Alger

Publié le par Karim El Maghribi

Non ! le danger pour la communauté chinoise d’Alger ne viendra pas d’Al Qaïda au Maghreb Islamique que dirige l’Algérien Abdemalek Droukdal alias Abou Mosaab Abdelwadoud. Ou plutôt pas encore si l’on prend au sérieux les menaces proférées il y a quelques semaines par cette dernière après la répression de quelque rebelles musulmans en Chine par la police communiste. Le danger pour l’instant réside dans la corporation commerçante algéroise de Bab Ezzouar, quartier populeux d’Alger où des commerçants chinois très actifs ont élu domicile depuis 10 ans.

En effet selon une dépêche de l’AFP des heurts violents ont éclaté entre commerçants algériens et chinois. La principale cause en serait les prix défiant toute concurrence proposés par les tenants des boutiques chinoises. Il faut dire que la Chine est très présente économiquement en Algérie si bien que Dilem le célèbre caricaturiste algérien avait osé souhaiter il y a trois ou quatre ans « bonne fête de travail aux Chinois d’Algérie ! » ; car selon le caricaturiste ce sont les seuls qui bossent en Algérie ; allusion aux Algériens qui sont réputés pour être des fainéants de premier choix.

Bilan de cette rixe qui a éclaté hier lundi après-midi à Bab Ezzouar : un commerçant algérien blessé. Selon des habitants de ce quartier situé à une quinzaine de kilomètres du centre d'Alger, les heurts auraient commencé par une rixe entre un commerçant algérien et un Chinois qui ont précisé que certains Chnois étaient armés de couteaux et de barres de fer.

Selon l'ambassade de Chine en Algérie, quelque 8.000 chinois sont employés par des entreprises chinoises en Algérie dans le secteur du bâtiment. Dans le quartier de Bab Ezzouar, la CSCEC (Société publique de construction de Chine) a construit depuis 2001 des dizaines d'immeubles dans le cadre d'un programme de logements en location-vente, lancé par le président Abdelaziz Bouteflika en faveur des salariés à faibles revenus. Un habitat qui ne profite à toutes classes sauf la moyenne.

Les Chinois sont également très présents dans d'autres branches, notamment celles des hydrocarbures, des télécommunications et des routes.

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>