Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Coup dur pour la CIA en Afghanistan

Publié le par Avec agences

http://www.webzinemaker.com/achankou/photo/vign_364660.jpg
Le cimetière d’Arlington en Virginie va s’enrichir de 8 nouvelles étoiles : 8 agents américains de la CIA ont été tués mercredi dans un attentat suicide contre une base militaire du sud-est de l’Afghanistan revendiqué par les Taliban.

Le cimetière d’Arlington en Virginie va s’enrichir de 8 nouvelles étoiles : 8 agents américains de la CIA ont été tués mercredi dans un attentat suicide contre une base militaire du sud-est de l’Afghanistan revendiqué par les Taliban.

L’attentat a eu lieu sur la base opérationnelle avancée Chapman, dans la province de Khost, non loin de la frontière avec le Pakistan. Outre des militaires, la base accueille des civils travaillant sur des projets de reconstruction.

Les Taliban se sont attribué le lendemain jeudi la responsabilité de l’attaque. Dans un communiqué, ils affirment que le kamikaze qui s’est fait exploser dans l’enceinte de la base était un officier de l’armée afghane.

« Cette attaque meurtrière a été menée par un valeureux membre de l’armée afghane alors que ces officiels (Ndlr, les agents de la CIA) étaient occupés à réunir des informations sur les moudjahidine », a déclaré un porte-parole des insurgés, Zabihullah Moudjahid, contacté par Reuters.

La province de Khost est l’une des régions afghanes où l’insurrection des Taliban est la plus vive. La plupart des étrangers qui s’y trouvent sont des soldats ou des civils travaillant sous protection militaire.

« Nous pouvons confirmer qu’il y a eu une explosion dans la province de Khost et que huit Américains ont été tués », a déclaré un responsable américain à Kaboul. L’explosion a fait également plusieurs blessés.

A Washington, des responsables américains ont confirmé à l’agence Reuters ce que la chaîne CNN avait annoncé dans la soirée : les huit civils tués dans l’attentat étaient tous des agents de la CIA.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès de l’Agence centrale du renseignement, mais des responsables de l’administration ont indiqué qu’ils ne pouvaient fournir de détails avant que les familles des agents ne soient informées de leur décès.

Dans la même journée, deux journalistes français de la chaîne de télévision publique France 3 ont été enlevés dans la province de Kapisa (120 km au nord-est de Kaboul). Trois de leurs collaborateurs afghans, visiblement des guides ou des interprètes, ont été également kidnappés.

Ce kidnapping intervient à la veille de la visite du ministre français de la Défense Hervé Morin à Kaboul pour un réveillon du nouvel an aux côtés des forces françaises en Afghanistan et une entrevue avec un président afghan, Hamid Karzaï, aussi respecté  par les siens que l’est un épouvantail par les chauves-souris.

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Aminatou Haidar, héroïne par défaut

Publié le par Abdelkarim Chankou

Copie-de-Chankou-copie-3.jpgMaintenant que les esprits se sont calmés, revoyons ce qui  s’est passé pour qu’une séparatiste ordinaire comme il en existe treize à la douzaine dans le monde est devenue malgré elle une héroïne.


Aminatou Haidar, femme sahraouie de 42 ans née au Maroc et mère de deux enfants, en arrivant le 14 novembre à l’aéroport Moulay Hassan Ier de Laayoune après un voyage à l’étranger refuse d’écrire sur la case pays d’entrée de la fiche de police le mot « Maroc » comme le prévoir la loi en vigueur sur l’ensemble du territoire marocain.

En lieu et place de « Maroc », elle écrit « Sahara occidental ». Ce qui lui a valu le 16 novembre (anniversaire du retour de Feu SM Mohamed V d’exil) la confiscation de son passeport marocain et son expulsion vers l’île de Lanzarote aux Canaries.

La séparatiste qui se définit comme une militante des droits de l’homme mais qui se soucie comme de sa première djellaba des camps de concentration de Tindouf administrés par le Polisario, entame immédiatement une grève de la faim.

Après que ses portraits aient fait le tour du monde, elle est autorisée dans la nuit du 17 au 18 décembre à regagner sa ville de résidence, Laayoune, suite à une médiation française.

Ainsi les autorités marocaines ont-elles décidé brusquement de changer d’avis après avoir longuement clamé haut et fort que la gréviste ne sera autorisée à retourner au Maroc que si elle se demandait pardon d’avoir renié sa nationalité marocaine.

Rabat qui a pris de court l’ensemble de la classe politique explique sa décision pour des raisons « purement humanitaires. » Qu’importe.
L’essentiel c’est que cette triste histoire aurait pu être évitée. De plusieurs façons.

N’entrons pas dans les détails. Disons simplement que la fameuse fiche de police que les Marocains comme les étrangers sont obligés de remplir en quittant ou rentrant le/au Maroc n’est plus vraiment nécessaire. En équipant nos postes frontières de scanners couplés à des ordinateurs ad-hoc, on peut en quelques secondes copier les informations contenues dans le passeport en y ajoutant celles figurant sur le ticket de transport. En plus cette fiche n’est remplie que par les voyageurs qui savent écrire. Beaucoup de Marocains analphabètes la font remplir par des amis ou des compagnons de voyage. Ce qui signifie que l’agent de police, si on en lui avait donné l’ordre, aurait bien pu faire comme si Aminatou Haidar ne savait pas écrire et remplir une autre fiche avec les informations convenables en jetant celle remplie de sa main à la poubelle. Et les chameaux seraient bien gardés.

L’ennuie c’est quand on traite des mineurs comme des majeurs, on se fout le doigt dans l’œil.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Séisme : Casablanca a encore bougé !

Publié le par Karim El Maghribi

Photo-007.jpg

Vers 1h40 (GMT) ce matin du 17 décembre 2009, la ville de Casablanca (Maroc) a été légèrement secouée par un tremblement de terre.

La secousse a duré moins d’une seconde et jusqu’à la rédaction de ces lignes 20 minutes plus tard, aucune réplique n’a été ressentie ; du moins au même endroit.

La secousse tellurique dont on ignore encore l’amplitude sur l’échelle de Richter est la  troisième du genre depuis 2003.

Notons que les tremblements de terre ressenties à Casablanca et qui sont causés par des déplacements des plaques dans l’Atlantique  interviennent souvent au mois de février et fréquemment peu avant ou après la fête de Aïd El Kébir, durant la nuit.

Poséidon « l’ébranleur du sol » a encore fait des clins d’œil  à Okéanos (Océan).

Publié dans Flash

Partager cet article

Repost 0

Modernisme sans conscience n’est que ruine de l’âme

Publié le par Karim El Maghribi

Modernisme sans conscience n’est que ruine de l’âme
 
Depuis ces cinq dernières années, la vie politique marocaine s’est certes animée. Mais elle ne s’est point dépassionnée. Tout le contraire ! Elle ressemble de plus au cirque où les acrobates côtoient chaque jour les clowns et les fauves les prestidigitateurs.

 

Par-ci un fauve qui cherche à avaler un zèbre, par-là un magicien qui te fait miroiter une vie en rose et entre les deux des maestros de l’acrobatie qui passent du coq à l’âne en ne retombant pas toujours sur leurs pieds…
Et le peuple dans tout ce bazar ? Il n’a même  pas le droit au rôle de spectateur puisqu’il n’a pas choisi de regarder le spectacle ni contribué à sa mise en place ou en scène. Il est là par défaut. Pris à témoin malgré lui.
Bref la démocratie type « cause toujours...tu m’intéresses » est en cours d’installation. Et pour de bon.
Un parti qui se veut moderniste critique une anomalie gouvernementale et étale ses griefs dans la presse, mais rien ne se passe au bout du compte. Comme si lever des lièvres ou critiquer suffisent et sont des fins en soi.
En même temps la société marocaine mute pour s’adapter à la nouvelle donne. Les coordinations improvisées poussent comme des champignons loin de syndicats (en perte de vitesse et de crédibilité) et des services de sûreté. La contestation monte chaque jour d’un cran mais « tout va bien Madame la Marquise » estiment les pouvoirs publics.
C’est vrai que le risque d’un embrasement général de même nature qu’en juin 1981 quand Casablanca sombra dans le chaos à cause de la « vie chère » est encore très improbable. Mais le pire est là. A nos portes. Il est insidieux et insaisissable ; car les intellectuels qui sont le baromètre d’une société vivante et bien portante ont déposé les armes. Le risque c’est que la famille qui est la cellule de base de la société marocaine continue de muter, un processus qui beaucoup voient comme une preuve de modernisme mais qui est en réalité une inexorable avancée vers l’inconnu. Car aujourd’hui aucun sociologue ni politique n’est en mesure de dire ce que sera le Maroc dans dix ans.
D’ailleurs, pour être honnête, personne n’a jamais pu répondre à cette question. Dans un pays musulman où chaque lendemain peut être le dernier, la futurologie à la vie dure mais la société marocaine a toujours pu éviter l’irréparable grâce à ses codes secrets.
Avec ce qui est en train de se passer ces codes vont cesser de fonctionner et le pays deviendra ingouvernable, sauf si les bases d’une réelle autonomisation des régions à l’allemande ou à l’espagnole sont jetées dès maintenant. Une décentralisation élargie qui respecte les spécificités culturelles et sociales de chaque région.

 

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Qui de Rabat ou d'Alger est un allié de Washington ?

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou1.jpgOn s’y attendait un peu ! On savait que la crise financière mondiale allait servir de prétexte inespéré aux fabricants d’armes américains pour forcer la main au Congrès et l’amener à faire preuve de plus de souplesse et de compréhension quant à la délivrance des visas de vente d’armes sophistiquées aux pays du tiers monde, surtout arabes ou musulmans, officiellement en guerre contre Israël.


La crise économique qui sévit dans le pays de l’Oncle Sam et qui a été le catalyseur majeur de la victoire de Barack Obama est un don du ciel, venue clouer définitivement le bec des congressemen que la lutte contre le terrorisme engagée par des pays du arabo-musulmans n’a point convaincu.

Obama qui vient de recevoir le Nobel de la paix ne peut rien contre le rouleau compresseur du lobby du complexe militaro-industriel, la première richesse des Etats-Unis. Si le congrès dit « OK » pour une livraison d’armes à un pays du tiers monde, il ne pourra que suivre. Sauf si cette livraison est de nature à être utilisée contre un allié de Washington, comme Israël ou les pétromonarchies du Golfe.

Le Maroc fait-il partie du club des pays pour lesquels la Maison Blanche ou la Congrès iraient jusqu’à annuler une juteuse vente d’armes à un pays ennemi de ces derniers ?
Au vu des dernières nouvelles, on est tenté de répondre par la négative ou du moins par un haussement d’épaules.
caricatureBonne
Bien que le Maroc ait été déclaré par l’administration Bush Junior « allié majeur des Etats-Unis hors OTAN » en 2004, le pouvoir actuellement en place à Washington semble approuver un colossal contrat d’armes dernier cri à destination de la jante d’Alger, ennemi déclaré de Rabat. La commande porterait même sur des avions espions de type « drone ».
Alger justifie ces achats d‘armes d’une valeur de 3 milliards de dollars qui interviennent après d’autres de même valeur effectués auprès de la Russie pour un besoin pressant de combattre un groupe de maquisards qu’on dit affilié à Al Qaida.

Certes les défenseurs de l’Algérie crieront que la Maison Blanche et le Congrès ont aussi validé la vente à Rabat de quelque 24 chasseurs F16 Block 50/52 d’une valeur avoisinant 2 milliards de dollars. Ok ! Mais le Maroc ne devait pas présenter un problème. D’abord le Maroc est officiellement « un allié des USA hors OTAN », ensuite il ne menace la sécurité d’aucun pays voisin, contrairement à Alger qui ne rate aucune occasion pour armer la meute du Polisario et la lâcher contre son voisin marocain.

Cette question brûlante : le Congrès va-t-il opposer son véto à cette vente d’armes à Alger qui est déjà surarmée d’un arsenal qui lui avait valu d’être classée deuxième force militaire en Afrique après l’Afrique du Sud ?

On en doute fort. En temps de vaches maigres l’argent n’a pas d’odeur. Le Congrès dira « OK ». Idem de Barack Obama qui a besoin de liquidités pour honorer au moins une partie de ses onéreux engagements sociaux électoraux (assurance maladie élargie, aides sociales pour chômeurs, renflouement des trésoreries d’entreprises en faillite…), engagements dont se foutent comme de l’an 40 les fortunes américaines qui préfèrent bronzer en claquant leurs dollars à Nassau.

Mieux : gageons que non seulement la commande l’Algérie sera satisfaite mais les armes ne seront pas puisées dans les surplus de l’armée américaine comme ce fut le cas pour les F16 commandé par Rabat.

Prélever sur les stocks de l’US Force pour armer ou vendre des armes à un pays ami, permet à Washington de contourner le Congrès.

Publié dans Analyse

Partager cet article

Repost 0

Le Sahara, un conflit entre le Maroc et l’Algérie

Publié le par Karim El Maghribi

boutf.jpgPendant que le Maroc s’arme de patience et consacre le gros de ses richesses à combattre la misère et l’ignorance, les véritables ennemis de l’humanité, l’Algérie, elle, s’arme de super-chasseurs russes Sukhoi 30 et de blindés aussi perforants que performants si bien que son armée est passée (hélico) du rang 54 au rang 20 au niveau mondial (2e rang sur le plan africain derrière son allié sud-africain).

Une politique de surarmement qui donne des ailes à la bande à Abdelaziz Marrakchi, potentat en chef des mercenaires du Polisario. Car plus Alger achète de nouvelles armes de plus en plus sophistiquées, l’annexe algérien de Tindouf continuera à recycler ses anciens stocks.


Retour sur image : le 14 Août 1979, jour où une délégation de notables sahraouis de la province de Oued Eddahab (Rio de Oro), conduite par feu Khatri Ould Al Joummani, vint prêter allégeance à Feu Hassan II à Rabat. Ce geste a fait tomber pour la première fois le masque des généraux algériens en mettant à nu leur mauvaise intention à l’égard du Maroc. Lisez !


« Les habitants de l'Oued Eddahab ont résolu à l'unanimité de renouveler au roi Hassan II, commandeur des croyants, l'allégeance que leurs ancêtres ont toujours prêtée aux sultans.»
Dans la grande cour du palais Riad, à Rabat, lecture fut donnée de ce serment, le 14 août, par le caïd de Dakhla, au nom des trois cent-soixante notables représentant les seize tribus de l'ancienne Tiris El Gharbia. Celui-ci est devenu la 40e province marocaine, après l'occupation de la partie mauritanienne de l'ancien Sahara occidental, « abandonnée» par Nouakchott en vertu d'accords signés à Alger avec le Front Polisario.

En gandouras bleues océan, les Sahraouis s'inclinèrent par trois fois devant le Roi et le Prince Héritier, assis sur des trônes de velours rouge et bois doré.


A Nouakchott, pendant ce temps d'autres manifestants criaient : « A bas l'expansionnisme».

Et les dirigeants du FLN algérien avertirent :

-Nous tenons à faire savoir aux aventuriers de Rabat que, lorsque la force prime le droit, le privilège d'exercer la force ne saurait appartenir au seul Maroc.» Le 24 août, un groupe de mercenaires sahraouis armés par l’Algérie et Cuba attaquent une garnison marocaine.

Ministre marocain des Affaires étrangères, Me M’hamed Boucetta (Parti de l'Istiqlal) constate :

-Les positions prises par le Maroc placent le problème dans son vrai contexte : un conflit entre le Maroc et l’Algérie. »


Photo : L'abrazo des deux Abdelaziz

Publié dans Sahara Marocain

Partager cet article

Repost 0