Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Discours du Trône 2011 : Nouveautés et constantes

Publié le par Abdelkarim Chankou

mohammedVI.jpg

Le discours du Trône que SM le Roi a adressé à la nation depuis Tanger à l'occasion du 12e anniversaire de son accession au Trône renouvelle le contrat social entre le palais et le peuple et  la relation entre le Maroc et son environnement international sans perdre de vue qu’il réaffirme que la question du Sahara demeure la priorité des priorités. Zoom.

 

La constitution n’est pas une fin en soi :

« (…) Mais toute Constitution, aussi parfaite qu'elle puisse être, n'est ni une fin en soi, ni même le terme d'un parcours. Elle constitue plutôt une base solide pour un nouveau pacte constitutionnel marquant la volonté d'aller de l'avant dans la mise en place d'institutions efficientes et crédibles, en vue de la consolidation de l'Etat de droit et des droits de l'Homme, de la bonne gouvernance et du développement.

Cependant, ces institutions, quelle qu'en soit l'efficacité, risquent de demeurer purement formelles tant que leur action ne produira pas ses effets sur la Patrie, en termes de préservation de sa souveraineté, sa sécurité et son unité, et en matière de développement et de progrès, et tant qu'elle n'aura pas d'impact sur les citoyens, en leur assurant liberté, égalité, dignité et justice sociale (…)»

 

Fini le choix souverain du premier ministre :

« (…) A cet égard, il importe de commencer par l'élection de la nouvelle Chambre des Représentants, pour que Nous procédions, sur la base des résultats du scrutin y afférent, et conformément aux dispositions de la Constitution, à la nomination du Chef de gouvernement, au sein du parti qui sera arrivé en tête de ces élections, et aussi pour pouvoir former, par la grâce de Dieu, un nouveau gouvernement issu d'une majorité parlementaire solidaire et homogène (…) »

 

Le citoyen doit assumer ses responsabilités pour que le premier ministre soit au niveau :

« (…) Cependant, la consécration constitutionnelle du principe liant le pouvoir de décision politique au verdict des urnes, assigne aux citoyennes et citoyens la lourde tâche d'opérer un choix judicieux de leurs représentants (…) »

 

Touche pas à mon Sahara ! 

« (…)A cet égard, nous réaffirmons que la question de notre intégrité territoriale restera la priorité des priorités dans notre politique intérieure et extérieure. Nous réitérons, par conséquent, notre volonté de maintenir le cap et continuer à défendre notre souveraineté et l'intégrité de notre territoire qui ne souffrent aucun marchandage(…) »

 

L’UMA demeure un choix stratégique :

« (…)En ce qui concerne les liens du Maroc en rapport avec son appartenance régionale, nous demeurerons attachés à la construction de l'Union Maghrébine en tant que choix stratégique et projet intégrateur incontournable, et Œuvrerons avec toute la détermination et la persévérance requises pour venir à bout des obstacles qui entravent, hélas, la mise en Œuvre de ce projet dans le cadre d'un processus sain et cohérent (…) »

 

Nouvelle appel à la réouverture des frontières terrestres avec l’Algérie :

 « (…) Fidèle aux liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux peuples et soucieux de répondre aux aspirations des générations montantes, Nous tenons à l’amorce d’une nouvelle dynamique ouverte sur le règlement de tous les problèmes en suspens, en prélude à une normalisation totale des relations bilatérales entre nos deux pays frères, y compris la réouverture des frontières terrestres (….) »

 

En attendant la  concrétisation du projet UMA, le pragmatisme impose de profiter de  l’existant :

« (…) Le Maroc ne ménagera donc aucun effort pour développer ses relations bilatérales avec les pays de la région. A cet égard, nous prenons acte de l'évolution positive que connaissent les rencontres ministérielles et sectorielles en cours, convenues avec l'Algérie (…) »

 

Les révoltes que connaissent certains pays arabes appellent des réponses  non classiques :

« (…) En ce qui concerne son appartenance arabo-islamique, le Maroc, qui suit avec préoccupation les mutations à l'Œuvre dans certains pays arabes frères, estime que, pour contenir les risques qui mettent en péril la sécurité et l'intégrité territoriale des pays, il n'y a d'autre choix que de prendre à bras le corps les problématiques et les défis qui sont les nôtres. Il faudrait, à cet égard, faire preuve d'audace et de vision prospective, privilégiant le dialogue consensuel constructif et excluant les approches classiques ayant démontré leurs limites et leur inanité (…) »

 

Plus de Al Qods acharif comme capitale, expression floue, désormais on parle de Al Qods-Est :

« (…) En notre qualité de Président du Comité Al-Qods, nous lançons un appel au Quartet pour qu'il prenne ses responsabilités en cette phase critique du conflit israélo-palestinien. Nous réaffirmons, à cet égard, que l'avènement d'une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient passe par la nécessité de garantir le droit de tous les peuples de la région à la liberté, à la stabilité et à la prospérité, outre l'instauration d'un Etat palestinien indépendant et viable, avec Al-Qods-Est pour capitale (…) »

 

Le partenariat avec l’UE, modèle à suivre :

Le partenariat entre le Maroc et l'Union Européenne, dans ses différentes dimensions, pourrait être une source d'inspiration pour l'élaboration de cette approche équilibrée et mutuellement bénéfique.

 

Appel à une nouvelle génération d’élites responsables et patriotes :

« (…) A chaque époque ses hommes et ses femmes, et à chaque nouvelle ère ses institutions et ses instances. Cette maxime s'applique parfaitement à la Constitution de 2011. Ainsi, et dans la mesure où c'est une Constitution avancée, relevant d'une nouvelle génération de Constitutions, elle requiert aussi une nouvelle génération d'élites qualifiées, imprégnées de culture et d'éthique politiques nouvelles. Ces élites se doivent de faire preuve de patriotisme, de citoyenneté responsable et d'un sens élevé des responsabilités et de l'intérêt général (…) »

 

 

Texte intégral

Publié dans Nation

Partager cet article

Repost 0

L'Amérique centrale face à l'insécurité

Publié le par Général (CR) JP Husté

carte-caraibe
 

By: Général (CR) Jean-Paul HUSTE

Date:25-07-2011

This article is also available in: df

 

Les 22 et 23 juin derniers, la ville de Guatemala a accueilli la Première Conférence de Soutien à la Stratégie de Sécurité de l’Amérique centrale.

Les 7 chefs d’État d’Amérique centrale étaient tous présents mais aussi les présidents du Mexique et de Colombie ainsi que Mme Hillary Clinton, secrétaire d’État des États-Unis.

Cette réunion constituera assurément un point de repère exceptionnel dans le lent cheminement de l’Amérique centrale vers son intégration mais aussi et surtout dans l’engagement des pays de la zone vers la prise en main de leurs sévères problèmes de sécurité avec le soutien de la communauté internationale.

Désormais, les conditions les plus essentielles – une volonté politique, un traité, un cadre institutionnel et une capacité de financement – sont a priori réunies pour que l’Amérique centrale puisse mettre en œuvre la stratégie de sécurité dont elle s’est dotée.
 

Une situation sécuritaire dramatiquement dégradée


« Notre région est victime de l’agression brutale du crime organisé qui compromet la sécurité de nos populations et sape les fondements de nos démocraties ».

Cette déclaration de Mme Chinchilla, présidente du Costa Rica, lors de la conférence de juin dernier, définit clairement une situation sécuritaire qui a désormais atteint un niveau au dessous duquel la crédibilité – et la viabilité – des États centre-américains risque de s’effondrer.

Pour sa part, M. Ortega (du Nicaragua) a souligné – en forçant il est vrai un peu le trait – que cette situation ne peut laisser la communauté internationale indifférente car « … ici se joue la sécurité de l’Europe et des Etats-Unis… »

Si l'on prend comme référence le nombre d'homicides par an et par tranche de 100 000 habitants, aujourd'hui seul le Costa Rica (Mme Chinchilla partage néanmoins manifestement l'inquiétude de ses pairs) se trouve proche de la proportion (8/100 000) à partir de laquelle les experts considèrent que le crime de sang volontaire est un problème grave de société. Tous les autres pays se situent bien au delà, El Salvador détenant le triste record de 72/100 000[1].

Au Salvador et au Guatemala, les capitales et leurs zones périphériques atteignent des proportions supérieures à 80/100 000, tandis que certaines régions de ces mêmes pays et du Honduras enregistrent des proportions supérieures à 70/100 000.

Les composantes de cette situation sont tout à fait comparables à celles que connaît le voisin mexicain : trafic de drogue et abondance d’armes à feu, cartels de narcos et bandes de délinquants, corruption omniprésente et faiblesse extrême des moyens de sécurité publique.

Si l'on se réfère à la criminalité liée au trafic de drogue, pour l’Amérique centrale, cette situation découle bien évidemment de sa position entre l’Amérique andine, productrice de cocaïne, et les Etats-Unis, principal consommateur régional de cette drogue alors que l'intensification des contrôles a rendu incertaine la voie maritime par les Caraïbes.

D’après le International Narcotics Control Strategy Report du Département d’État américain de 2010 (INCSR 2010), 90% de la cocaïne entrant aux États-Unis transitent par le Mexique après que 42% de cette coca aient été momentanément stockés en Amérique centrale.

Dans ce contexte, les puissants cartels mexicains, malmenés par la « guerre frontale » engagée par le gouvernement Calderon, ont étendu leur territoire de trafic sur l’isthme centre-américain, tout particulièrement sur le quadrilatère formé au nord par le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Belize.

L’arrivée des cartels mexicains (Zetas et cartel du Golfe) s’est traduite par l’apparition de violences et d’exactions comparables à celles dont ils sont coutumiers au Mexique, afin d’imposer leur domination par la terreur tant aux populations qu’aux représentants de l’autorité de l’Etat.

Ainsi, durant les seuls mois de mai et juin derniers, les Zetas se sont tristement signalés au Guatemala par le massacre de quelque 27 ouvriers agricoles et l’exécution de 2 procureurs chargés d’affaires de trafics de stupéfiants. Une liste de 12 juges et procureurs serait également parvenue au président Alvaro Colom, accompagnée de menaces sur leur vie en cas de maintien dans leurs activités à l’encontre des trafiquants.

Comme au Mexique, on enregistre également aujourd’hui sur le territoire centre-américain de fréquents règlements de comptes et autres féroces actions d’intimidation entre les cartels qui, par ailleurs, recrutent le gros de leurs effectifs dans les populations locales.

Enfin, il existe des organisations de trafiquants qui se sont constituées en marge des cartels mexicains. C’est ainsi que M. Mauricio Fuentes, président du Salvador, a reconnu lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 16 mai, l’existence du cartel de Texis (du nom de la ville de Texistepeque) dans la partie nord du pays. Signe de la parfaite adaptation du modèle mexicain au contexte local, le cartel de Texis serait dirigé par deux entrepreneurs et compterait dans ses rangs des hommes d’affaires, des élus, des juges et des policiers.

Le Panama constitue quant à lui un cas particulier. Depuis de nombreuses années en prise directe avec les organisations criminelles de la Colombie voisine, il serait aujourd'hui une zone de contact privilégiée entre trafiquants colombiens et cartels mexicains.

Bien qu'une augmentation de la consommation locale de stupéfiants (notamment des drogues de synthèse) ait été enregistrée ces dernières années parmi les populations les plus jeunes de l'Amérique centrale, elle n'est pas, et de loin, la raison essentielle de l'accroissement de la violence observé.

En revanche, ainsi qu'évoqué ci-dessus, les luttes entre cartels pour conquérir et conserver une position exclusive dans l'organisation du trafic de drogues ainsi que les actions mises en œuvre pour s'imposer par la terreur aux populations et aux autorités locales participent aujourd'hui de l’entretien d’un environnement sécuritaire particulièrement violent.
 

Enfin, l'expansion du narco-trafic favorise indirectement mais sûrement l'accroissement de la violence :

-         par la neutralisation (via la terreur ou la corruption) de la Justice à tous ses niveaux, du policier au juge ;

-         par la mise en circulation d'armes à feu qui sont les premiers instruments des luttes d'influence entre cartels et de la mise en œuvre d'initiatives d'intimidation.

Si l'augmentation du trafic de drogues constitue la cause majeure de l'envolée de l'insécurité ces dernières années, il existe néanmoins  d'autres raisons et facteurs qui favorisent la dégradation accélérée de la sécurité et de l'autorité des États centre-américains que l’on constate aujourd’hui.

Autrement dit, les initiatives énergiques qu’a lancées à partir de 2006 le président Calderon au Mexique n’ont fait qu’encourager la pénétration des cartels mexicains dans une Amérique centrale largement prédisposée à permettre l’expansion de leur business.

A titre d’exemple, le cartel de Texis précité se serait constitué voici plus de 10 ans.

Au premier chef des conditions propices au développement de la violence apparaît l'existence dans tous ces pays – qui se classent pour moitié parmi les pays à bas et moyens revenus[2] – de très fortes disparités et inégalités sociales et des ressources.

Même au Panama que son RNB par habitant (6570 USD) range dans la tranche supérieure des pays au revenu « moyen », le tiers de la population vit dans la pauvreté et quelque 15% dans l'extrême pauvreté.

On observe toutefois que le Costa Rica, la plus prospère et la plus socialement développée des 7 nations centre-américaines avec un RNB par habitant de 6345 USD en 2010 et « seulement » 16% de sa population vivant au-dessous du seuil de pauvreté, connaît depuis deux ans une augmentation des incidents violents.

Il convient également de retenir le double héritage des conflits internes qui ont ravagé certains de ces pays (Guatemala, El Salvador, Nicaragua) ou affecté la sécurité de leurs proches voisins (Honduras, Belize) entre les années '60 et '90 :

 
-         une propension à recourir à la violence dans le règlement de différends (la violence politique d'hier est « recyclée » en violence criminelle sur un fond de tensions internes aux sociétés) ;

-         une grande quantité d'armes à feu provenant des stocks constitués pendant ces décennies et dont la majorité est restée en circulation (les évaluations portent sur des nombres allant de 3 à plus de 4 millions d'armes)[3].

La corruption du secteur public est une réalité qui existe depuis longtemps en Amérique centrale et indépendamment du narcotrafic.

Conséquence de la faiblesse des institutions, elle épuise les ressources publiques, favorise le développement de l'impunité et, indirectement, crée un terrain favorable au développement de l'insécurité.

Fin 2010, l'Indice de Perception de la Corruption (IPC) dans le secteur public de Transparency International situait tous les pays d'Amérique centrale – à l'exception du Costa Rica coté à 5,3 – parmi les pays en deuxième partie voire en queue de peloton sur une échelle de 0 (forte corruption) à 10 (pas de corruption)[4].

En dépit des progrès réalisés depuis l'ère des conflits internes des années '60 à '90 (adaptation des codes pénaux, affirmation de l'indépendance du pouvoir judiciaire, meilleure préparation des juges), la faiblesse persistante de l'ensemble institutionnel de la justice pénale (du policier au juge) favorise le développement de l'insécurité.

A la corruption s'ajoute le manque de coordination interinstitutionnelle et de clarté dans la répartition des fonctions.

Les efforts de démocratisation menés à bien par les gouvernements dans les années '90 se sont essentiellement traduits par la séparation des forces de police de l'autorité des forces armées afin notamment de tenter d'effacer l'image de la prépondérance de la violence dans l'application de la Loi.

Néanmoins, ces initiatives n'ont pas été accompagnées par tous les efforts souhaitables en matière de formation des polices tandis que leurs budgets ont régulièrement diminué.

Face à la montée de l'insécurité, l'incapacité de l'appareil judiciaire pour neutraliser les criminels a accentué le manque de confiance des citoyens envers lui et notamment envers les forces de police[5].

Parallèlement à la séparation forces armées/forces de police évoquée ci-dessus, dans un élan mêlant confiance dans la paix retrouvée et défiance vis-à-vis de leurs armées, les gouvernements ont réduit de façon drastique leurs effectifs et leurs budgets.

Si bien qu'à l'heure où certains d'entre eux pourraient se proposer d'engager leurs militaires contre les narcotrafiquants, ils réalisent que ces derniers – comme au Mexique – sont bien mieux équipés que ce qui subsiste de leurs forces armées.

Dans ce panorama préoccupant, il convient de souligner cet aspect très particulier de l'insécurité en Amérique centrale, lui-même fort inquiétant pour les sociétés de la région : l'importance de la violence impliquant les individus jeunes.

Ce sont parmi eux (essentiellement des hommes de 15 à 35 ans) que l'on compte environ 60% des victimes d'homicides dans tous les pays centre-américains, la tranche des 15-25 ans représentant souvent plus de la moitié de ces victimes.

Les pourcentages sont tout à fait similaires parmi les auteurs d'homicides (du moins ceux qui sont arrêtés).

Les études – notamment celles de la Banque mondiale – portant sur les raisons et autres facteurs de risque qui entraînent les jeunes hommes de l'Amérique centrale vers des comportements violents mettent principalement en cause :
 

-         un héritage culturel faisant une place prépondérante à la supériorité du sexe masculin et à la violence tant dans le cercle privé (famille) que public (école) du jeune, les déséquilibres propres aux sociétés de la région (disparités des revenus, abandon de modes de vie traditionnels, urbanisation accélérée, désintégration des familles par l'émigration) ;

-         les carences des systèmes scolaires (inadaptation des moyens et de la discipline, difficulté d'accès au cycle secondaire) ;

-         le manque d'emplois et l’attrait de l'argent facile ;

-         l'accès aisé aux armes, à l'alcool et à la drogue.

Dans cette population jeune et masculine impliquée dans la délinquance violente, les maras occupent une place singulière et sont généralement accusées de perpétrer la plupart des délits et notamment les assassinats.

Comme on le sait, les maras sont nées de l'émigration aux États-Unis d'un million de centre-américains (guatémaltèques, salvadoriens, honduriens) à l'époque des conflits de la seconde moitié du siècle dernier. Les deux maras « historiques » les plus connues (Calle 18 et Salvatrucha) se sont formées comme gangs de rue à Los Angeles. A la fin des conflits internes, au début des années '90, les autorités américaines ont expulsé et rapatrié les mareros.

Depuis lors, tous les pays d'Amérique centrale ont vu se multiplier ces bandes[6] qui recrutent parmi les adolescents – bien souvent après qu'ils aient commis le meurtre requis comme  geste rituel d'admission – et qui se livrent à diverses activités délictueuses (vol, racket, enlèvement, proxénétisme) régulièrement accompagnées d'homicides.

Les études sur la proportion des crimes et délits dont sont responsables les mareros dans les divers pays de la région ne débouchent pas sur des conclusions parfaitement concordantes. Néanmoins, dans les trois pays les plus affectés par le phénomène (El Salvador, Guatemala, Honduras) les évaluations leur attribuent entre 15 et 30% des homicides.

Par ailleurs, les opinions ne concordent pas à propos des liens qu'entretiennent les maras avec le narcotrafic : petits dealers, exécuteurs de basses œuvres... Jusqu'ici, il ne semble pas que l'imbrication soit totalement réalisée mais certains observateurs estiment qu'avec le changement de génération des mareros, les deux « milieux » pourraient s'allier plus étroitement.

Les choix exclusivement répressifs (politique de la mano dura ou de la super mano dura) des gouvernements des pays les plus affectés par les exactions des maras (Guatemala, El Salvador, Honduras et Nicaragua) et leurs échecs sont venus démontrer les limites des capacités des pays de la région en matière de contrôle de la criminalité.

Malgré la focalisation  des efforts sur la poursuite des mareros (parfois avec l'engagement des forces armées) et sur leur emprisonnement systématique, le phénomène social ne s'est pas éteint, bien au contraire, les raisons et facteurs de risques identifiés ci-dessus n'ayant pas été pris suffisamment en considération.

Les possibilités des prisons ont été rapidement saturées et leurs directions dépassées ont été incapables de s'opposer à la poursuite des luttes entre gangs dans les établissements pénitentiaires non plus qu'au contrôle des opérations délictueuses par les chefs de bande emprisonnés.

Les efforts déployés par les autorités et l'échec de leur action pour combattre les maras ont en fait renforcé leur renommée parmi les jeunes délinquants.


Une démarche suivie mais lente de coordination régionale


Devant leurs difficultés pour réduire la criminalité et la violence endémiques et désormais l'expansion du narcotrafic qui ébranlent leur sécurité, les pays d'Amérique centrale se sont depuis plusieurs années engagés sur la voie d'une coordination régionale de leurs efforts.

Le premier pas significatif d'une volonté de coordination des efforts en vue d'une intégration régionale, en prenant en compte « la réalité et les exigences d'aujourd'hui », date du 13 décembre 1991 qui vit la signature du Protocole de Tegucigalpa par les présidents des six pays hispanophones d'Amérique centrale (Belize le signera en 1998). Ce document établi alors que la région sortait de ses décennies de conflits internes expose la volonté des signataires de s'engager plus avant dans la voie de l’intégration régionale que ne le permettait le cadre juridique de l'Organisation des États centre-américains (ODECA, dont la charte fut signée en 1962). Ainsi apparaît le Système d'Intégration centre-américain (SICA) qui, entre autres objectifs, se propose de promouvoir « un nouveau modèle de sécurité régionale fondé sur un équilibre raisonnable des forces, le renforcement du pouvoir civil ... l'éradication de la violence, de la corruption, du terrorisme, du narcotrafic et du trafic d'armes. »

L'étape suivante se situe au 15 décembre 1995 avec la signature du Traité Cadre de Sécurité démocratique qui offre un cadre juridique au Protocole de Tegucigalpa en matière de sécurité. Le traité institue la Commission de Sécurité d'Amérique centrale dont le rôle est de coordonner, évaluer, suivre et élaborer les propositions touchant à la sécurité régionale.

Dans le sillage de ce traité, plusieurs accords et déclarations ont été ratifiés entre pays membres pour faire face de façon coordonnée aux menaces actuelles sur la sécurité :
 

-         le code de conduite en matière de (contrôle des) transferts d'armes en 2000 ;

-         le programme centre-américain de contrôle des armes légères en 2003 ;

-         la déclaration de Guatemala pour une région sans corruption en 2006.


Le 12 décembre 2007, les chefs d’État et de gouvernement du SICA adoptent un texte définissant la Stratégie de Sécurité d'Amérique centrale qui centre spécifiquement les  objectifs de cette stratégie sur les questions de sécurité intérieure (4 objectifs : lutte contre les délits, prévention de la violence, réinsertion des délinquants, consolidation des institutions).

Le 3 septembre 2010, un nouveau pas est franchi dans la focalisation sur les menaces  de ce début de siècle avec la révision de la Stratégie de Sécurité d'Amérique centrale qui prend en compte « le caractère transnational du crime organisé et l'augmentation de la vague de violence dans la région » en recherchant « l'implication de tous les secteurs de la société en étroite collaboration avec la coopération internationale ».

En dépit de toutes ces expressions d'une volonté politique d'intégration et de coordination régionales pour faire face aux facteurs générant violence et insécurité, les observateurs s'accordent pour juger que les résultats sur le terrain sont limités.

Ainsi en est-il de la coordination en matière de lutte contre le trafic de drogue qui n'a concerné jusqu'ici qu'un nombre restreint de polices de la région.

Les progrès en matière de contrôle des trafics d'armes connaissent les mêmes limitations.

Il est vrai que la lutte contre ces activités criminelles aux larges dimensions internationales exigent plus qu'une coopération strictement régionale.

Mais aussi des financements.

C'est le cas pour la dernière initiative concrète des pays du SICA : l'inauguration en avril dernier du Centre Opérationnel de Sécurité Régionale (COSR – SICA) à Panama. Il doit permettre l'échange d'informations et le suivi des opérations de lutte contre le crime organisé. Un centre annexe est prévu au Guatemala.

Mais le COSR ne dispose que de locaux provisoires dans les installations du Service National Aéronaval panaméen et attend les représentants des pays membres ainsi que de pouvoir s'équiper grâce à des aides étrangères et internationales.


Un coût de la lutte toujours plus lourd pour les économies locales


Un rapport élaboré dans la perspective de la conférence des 22 et 23 juin 2011 avec le soutien de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AEICD), du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Secrétariat Général du SICA a permis une évaluation régionale des dépenses en matière de justice et de sécurité intérieure sur les 5 dernières années (2006-2010).

Les dépenses engagées le sont majoritairement par les ministères de l’Intérieur (ou de la Sécurité) mais d’autres ministères ou organismes participent également aux efforts de chaque pays : Affaires étrangères, Education nationale, Santé, Affaires sociales…

Le principal constat du rapport est que les dépenses en matière de justice et sécurité intérieure ont augmenté de 60% au niveau de l’Amérique centrale entre 2006 et 2010 pour atteindre 3,975 milliards USD l’an passé[7].

Les pays qui ont consenti un accroissement moyen annuel particulièrement significatif sont le Honduras (+ 14%), le Panama (+ 20%) et le Costa Rica (+ 25%).

Par rapport au PIB, la moyenne de ces dépenses se situe pour 2010 à 2,66 % (contre 2,28% en 2006),  les pays faisant un effort nettement supérieur à cette moyenne étant : El Salvador (3,46% du PIB) et le Nicaragua (3,08% du PIB).

Par ailleurs, il convient de prendre en compte l’important accroissement des dépenses de sécurité privée.

Ces dépenses peuvent atteindre des taux annuels de croissance de 10% dans certains pays comme le Costa Rica.

Des études de la Banque Mondiale il ressort que l’Amérique centrale compterait plus de 250 000 gardes de sécurité privée (contre moins de 90 000 policiers).

Enfin l’étude « Crime et violence en Amérique centrale : un défi au développement »  produite en 2011 par la Banque Mondiale montre que les coûts induits par l’insécurité sont devenus effectivement insupportables pour les économies relativement fragiles des 5 pays étudiés.

Cette étude tente « une approche comptable » qui prend en compte tant les coûts des conséquences des actes criminels que ceux  engagés pour tenter de s’en protéger :

-         dépenses de santé ;

-         dépenses institutionnelles de sécurité publique et de justice ;

-         dépenses de sécurité privée (foyers et entreprises).

 
Evalués à 3,6% du PIB pour le Costa Rica, ils représentent 7,7% du PIB du Guatemala, 9,6% de celui du Honduras, 10% de celui du Nicaragua et 10,8% du PIB du Salvador.
 

L'engagement des États-Unis

 
Pour sa part, l'administration américaine actuelle a pris en compte le besoin d'un soutien et d'une coopération spécifiques à l'Amérique centrale et visant une cible plus large que le démantèlement des organisations se livrant aux trafics délictueux.

En octobre 2007, sous l'administration du président W. Bush, fut annoncée l'Initiative Mérida correspondant à un ensemble de mesures et de financements d'assistance en matière de lutte contre le trafic de drogue et le crime organisé au Mexique, dans les pays d'Amérique centrale et dans ceux des Caraïbes.

Les financements correspondants étaient prévus pour s'étaler sur 3 années budgétaires (FY 2008 à FY 2010) et s'élevaient à :
 

-         1,330 milliard USD pour le Mexique ;

-         248 millions USD pour les pays d'Amérique centrale ;

-         42 millions USD pour les pays de la Caraïbe.
 

Il est intéressant de noter que plus de 50% du financement accordé à l'Amérique centrale allaient au fond international pour le contrôle de la drogue et l'application des lois (INCLE) , le reste se répartissant par ordre d'importance entre :
 

-         le fond de soutien économique (ESF) ;

-         le fond pour le financement militaire à l'étranger (FMF) ;

-         le fond pour le financement de programmes dédiés à la non-prolifération, à l'antiterrorisme, au déminage et programmes apparentés (NADR).


Finalement, sur les 3 années budgétaires précitées, les pays d'Amérique latine ont bénéficié d'une aide de 260 millions USD.

Ainsi que l'évoque un rapport récent au Congrès du Congressional Research Service, les États-Unis ont, depuis les années '70, investi des milliards de dollars dans des programmes de lutte contre la drogue avec des résultats controversés.

En revanche, l'administration Obama, tout en maintenant les plans Colombia et Mérida, a choisi de centrer davantage les aides sur la sécurité des personnes et sur le renforcement des institutions que sur la lutte contre le narcotrafic.

Par ailleurs, de nouveaux programmes ont été conçus et mis en œuvre au profit exclusif des Caraïbes et de l'Amérique centrale, et centrés sur la promotion du respect des lois, la lutte contre la corruption et l'accompagnement de la jeunesse.

De fait, le 111e Congrès (correspondant aux 2 premières années de l'administration Obama) décida, dès l'année budgétaire FY 2010, d'identifier à part du plan Mérida le financement dédié à l'Amérique centrale en créant la Central America Security Initiative (CARSI) pour laquelle l'administration Obama a demandé une dotation de 100 millions USD au titre de l'année budgétaire FY 2011 et une somme équivalente pour FY 2012.

Dans sa formule actuelle, selon le Département d’État américain, la CARSI doit contribuer au renforcement des capacités de lutte contre les menaces criminelles par la fourniture d'équipements et la mise en œuvre d'une assistance technique et à la formation.

De plus, elle doit permettre de soutenir des programmes applicables à des communautés déterminées et susceptibles d'améliorer leurs conditions de vie économiques et sociales[8].
 

La conférence de juin 2011


L'objectif de la Première Conférence Internationale de Soutien à la Stratégie de Sécurité d'Amérique Centrale des 22 et 23 juin 2011 était, ainsi que l'indique clairement l'intitulé, d'obtenir l'aide internationale afin de renforcer les capacités des pays du SICA à mettre en œuvre leur stratégie de sécurité définie en 2007 et révisée en 2010.

Cet objectif ne pouvait être atteint sans un dialogue politique de haut niveau réunissant des interlocuteurs ayant, pour les principaux d'entre eux, des intérêts majeurs, directs ou indirects, dans le renforcement de ces capacités.

Cette exigence a été amplement satisfaite puisque les chefs d’État des 7 pays d'Amérique centrale ont été rejoints par :
 

-         leurs homologues de Colombie et du Mexique ;

-         Mme Hillary Clinton, secrétaire d’État des Etats-Unis ;

-         le secrétaire général de l'OEA ;

-         des représentations d'une soixantaine de pays disposés à apporter des financements ou des aides techniques ou à la formation (Canada, Espagne, Hollande, Royaume- Uni, Finlande, Russie, Taïwan, Australie...) ;

-         le commissaire au commerce extérieur de l'Union européenne (UE) ;

-         le président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) ;

-         la vice-présidente de la Banque Mondiale (BM) ;

-         les représentants de diverses agences de l'ONU.

 
La conférence a été l’occasion de multiples déclarations prônant coopération et unité d’action contre le crime organisé et la violence sur fond de descriptions dramatiques de leurs effets sur les sociétés et les appareils d’Etat.

Les présidents colombien et mexicain ont invité leurs homologues centre-américains à suivre l’exemple de fermeté qu’ils donnent dans leurs propres pays et offert l’expérience de leurs institutions spécialisées dans la sécurité.

Bien entendu, les Etats-Unis se sont entendus à plusieurs reprises rappeler leur lourde responsabilité dans la dimension prise par les trafics de drogue et d’armes.

Mme Clinton a pour sa part rappelé l’engagement sans faille des Etats-Unis à l’heure de soutenir financièrement et techniquement ses alliés de la région et a fait sensation en invitant les chefs d’entreprise – selon l’exemple colombien – à participer financièrement à l’effort collectif. Elle a également prévenu que le gouvernement américain suivrait désormais la trace de chaque dollar prêté.

Faisant écho à la secrétaire d’Etat américaine, plusieurs représentants des institutions internationales ont pour leur part encouragé les gouvernements à augmenter la ressource par la voie de l’imposition.

Divers pays ont présenté des offres d’assistance technique et d’aide à la formation des organismes de sécurité ou au perfectionnement des appareils judiciaires.

La conférence a porté ses fruits dans la mesure où l’Amérique centrale a enregistré les engagements financiers ou de coopération technique de 25 pays et institutions internationales.

Selon l’évaluation présentée en clôture de réunion  par le ministre des Affaires étrangères du pays hôte, le guatémaltèque Haroldo Rodas, ces engagements correspondraient à 2,045 milliards de USD étalés sur les 5 prochaines années. Il n’y a pas eu de commentaires sur le fait qu’avant l’ouverture de la conférence, le ministre des Finances du Guatemala, M. Del Cid, avait évalué le besoin global à 6 milliards de USD.

Parmi les engagements financiers les plus importants se détachent ceux :
 

-         de la BM : 1 milliard USD ;

-         de la BID : 500 millions USD ;

-         des Etats-Unis qui rajoutent 40 millions USD à l’aide prévue pour 2010-2011 ;

-         de l’Australie : 22 millions USD.
 

Pour financer la stratégie de sécurité sur ses 4 axes (et 22 projets), M. Del Cid  a expliqué qu’allaient être mis au point 3 « mécanismes » distincts qui seront administrés et coordonnés par le Secrétariat Général du SICA :


-         un « panier » pour assurer la collecte des aides et leur distribution pour le financement des projets ;

-         un « fond des donateurs » chargé de l’administration de l’apport de chaque donateur ;

-         un « comité exécutif » formé par des représentants des donateurs chargé de juger des priorités et de l’avancement des projets ;

La réunion des 22 et 23 juin dernier à Guatemala aura tout à la fois confirmé :
 

-         l'importance accordée par les États-Unis à l'Amérique centrale qui se révèle aujourd'hui le maillon faible du dispositif de lutte contre la criminalité qu'ils soutiennent depuis des années sur leurs approches sud ;

-         la volonté des gouvernements centre-américains de s'engager plus concrètement dans une coopération régionale contre la criminalité multiforme qui désormais menace la crédibilité de chacun de leurs appareils d’État et la viabilité de leurs économies ;

-         le souci de grandes institutions internationales d'accompagner les efforts que déclarent vouloir mener à bien les pays de la région.
 

Néanmoins, des quatre conditions essentielles évoquées en introduction et aujourd’hui semble-t-il réunies pour regagner l’avantage sur le crime organisé et l’insécurité , la volonté politique sera sans doute la plus difficile à maintenir dans la durée et au niveau d’engagement souhaitable dans ses divers champs d’application :
 

-         la lutte contre la corruption ;

-         le recours à l’impôt ;

-         la prévention du délit ;

-         l’action sociale ;

-         la coopération interinstitutionnelle ;

-         la coopération opérationnelle régionale.
 

© ESISC 2011

--------------------------------------------------------------------------------

[1] Nombre d'homicides pour 100 000 habitants en 2009 : Costa Rica : 7,68 ; Nicaragua : 12 ; Panama : 12,9 ; Belize : 33,4 ; Guatemala : 48 ; Honduras : 58 ; El Salvador : 72.

[2] RNB/habitant (Banque Mondiale) :Belize : 4355 USD; Guatemala : 2680 USD; Nicaragua : 1080 USD; El Salvador : 3370 USD ; Honduras : 1600 USD ; Costa Rica : 5560 USD ; Panama : 6570 USD.

[3] Selon des études de la Banque mondiale, il faudrait compter sur une moyenne de 10 armes pour 100 habitants en Amérique centrale avec des extrêmes de 2,8 armes pour 100 habitants au Costa Rica et 16 au Guatemala.

[4] IPC 2010 / Transparency International (classement sur 176 pays) : Honduras : 2,4 (134e) ; Nicaragua : 2,5 (127 e) ; Guatemala : 3,6 (91 e) ; Panama, El Salvador : 3,6 (73 e); Costa Rica : 5,3 (41 e) ; Belize : non publié.

[5] A titre d'illustration, en 2008, soit avant l'expansion des cartels mexicains que l'on connaît aujourd'hui, 66% des Guatémaltèques se déclaraient convaincus que la police locale était impliquée dans les affaires criminelles (49% des Salvadoriens et 47% des Honduriens exprimaient la même opinion).

[6] Évaluation du nombre de maras et de leurs membres selon la commission des chefs de police d'Amérique centrale et des Caraïbes : Belize : 2 et 100 membres ; Guatemala : 434 et 14 000 membres ; El Salvador : 4 et 10 500 membres ; Honduras : 112 et 36 000 membres ; Nicaragua : 268 et 4 500 membres ; Costa Rica : 6 et 2 660 membres ; Panama : 94 et 1 385 membres.

[7] Dépenses par pays sur la période 2006-2010 et pourcentage du PIB en 2010 : Belize : 43 millions USD (en 2010 : 2,82% PIB) ; Guatemala :  890 millions USD (en 2010 : 2,16% PIB) ; El Salvador : 766 millions USD (en 2010 : 3,46% PIB) ; Honduras : 426 millions USD (en 2010 : 2,77% PIB) ; Nicaragua : 201 millions USD (en 2010 : 3,08% PIB) ; Costa Rica : 884 millions USD (en 2010 : 2,46% PIB) ; Panama : 764 millions USD (en 2010 : 2,85% PIB).

[8] Les 5 objectifs de la CARSI sont : créer des rues sûres pour les citoyens de la régionales ; interdire la circulation des criminels et de la contrebande à l'intérieur et entre les pays d'Amérique centrale ; soutenir l'apparition de gouvernements forts, capables et responsables ;  restaurer la présence de l’État et la sécurité dans les communautés menacées ; promouvoir de meilleurs niveaux de sécurité et de coopération entre nations de la région.

 

Publié dans Sécurité

Partager cet article

Repost 0

Martin Schultz salue le projet de société mis en œuvre par le Maroc

Publié le par MAP

Azoulay-prdt_Parlement_europeen-M.jpg

Rabat- La cohérence et la modernité du projet de société désormais mis en œuvre par le Maroc reflète l'art de tous les possibles dans le monde arabo-musulman, a déclaré lundi à Rabat M. Martin Schultz, président du Groupe socialiste et démocratique du Parlement Européen, à l'issue d'un entretien au Cabinet Royal avec M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi.

 

 

Accompagné des membres de sa délégation et de M. Landaburu, chef de la délégation de l'Union Européenne au Maroc, M. Schultz a ajouté que cet entretien avait confirmé et conforté sa propre évaluation sur le caractère exemplaire et exhaustif des réformes globales mises en œuvrepar le Maroc.

 

De son côté, M. Azoulay a souligné que cette séance de travail avait permis de mettre en relief les paramètres nouveaux, fondamentaux et parfois inédits qui vont façonner et structurer le paysage institutionnel et politique marocain « tout en apportant à notre pays l'opportunité historique de consolider son leadership régional dans un espace en complète restructuration et en profonde mutation ».

 

Dans cette perspective, le Conseiller de SM le Roi a rappelé la centralité et l'importance stratégique du « partenariat euro-méditerranéen directement concerné par l'évolution de la situation dans notre région », qu'il s'agisse des changements en cours ou du caractère prioritaire et plus urgent que jamais de la relance du processus de paix au Moyen-Orient.

 

Publié dans Nation

Partager cet article

Repost 0

Maroc : Le « Oui » à la nouvelle constitution aurait pu être plus massif

Publié le par Abdelkarim Chankou

Image0341.jpg

Les chiffres officiels annoncés samedi 16 juillet par le conseil constitutionnel  et qui ont plébiscité le Oui à près de 98,5 % auraient-ils pu être plus significatifs encore de la mobilisation quasi unanime du peuple marocain pour l’approbation de la nouvelle loi fondamentale amendée ?

La réponse est sans équivoque  « Oui » ! Car les 98,49 % de suffrages positifs (contre 1,5 % de Non) ne représentent que 73 % des inscrits ; autrement dit 27 % de Marocains ayant droit au vote ne sont  pas allés - ou n’ont pas pu- aller voter ; soit par empêchement sérieux (maladie grave où présence dans un pays  dépourvu de représentation diplomatique marocaine au moment du vote) ; soit parce qu’ils étaient très loin de leurs bureaux de vote indiqués sur leurs cartes électorales le jour du scrutin. Et c’est là que le bât blesse.

 

S’agissant d’un vote référendaire qui plus est constitutionnel, donc nettement en dehors de la mêlée ou plutôt la mélasse politique, le ministère de l’Intérieur  aurait pu déroger à la règle en permettant aux Marocains qui se trouvaient au Maroc le jour du vote mais loin de leurs bureaux électoraux d’exprimer leur opinion ; d’autant que l’enjeu n’était  point  partisan ; donc le vote dans le lieu de résidence n’était pas absolument nécessaire. Mieux : non seulement le vote dans le lieu de résidence n’était pas nécessaire mais la marge de fraude, voter plusieurs fois, était quasiment nulle en raison du marquage à l’encre indélébile du votant et l’absence d’achat des voix dans un tel scrutin.

Ainsi par son incurie certainement involontaire, le ministère de l’Intérieur a privé au moins des centaines de milliers de marocains de voter, si l’on soustrait du compte les grands malades et ceux qui ont refusé sciemment d’accomplir leur devoir. C’est regrettable ; d’autant que ces citoyens privés de leur droit de vote sont considérés à tort comme des abstentionnistes  par la statistique.

Il faut savoir que la date du vote, le Premier juillet, annoncé tardivement n’a pas laissé beaucoup de temps à ceux qui ont anticipé leurs congés annuels ; du fait de la coïncidence du mois du ramadan avec le mois d’août.

Moralité : il ne faut pas toujours calquer  nos  modes de scrutin sur des modèles étrangers, fussent-ils séduisants.

 

 

Photo : Meeting pour le Oui de Abderrahman el Kouhen (au centre), SG du parti de la Réforme et du Développement, le 28 juin 2011, dans la commune de Tlite  (province de Tata).

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0