Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Maroc: Vers un report sine die des Législatives du 25 novembre ?

Publié le par Karim El Maghribi

http://www.accesafrique.net/userfiles/news/1283404524_Urne_Vote_Guinee.jpg

C’est dans l’air depuis le retrait surprise du projet de loi de Finances du Bureau de la Chambre des représentants, mercredi  21 septembre,  sur ordre du premier ministre ! Les élections législatives prévues le 25 novembre prochain ont beaucoup de chances d’être ajournées à une date ultérieure.

 

Le report, malgré les dénégations du gouvernement qui répète à qui veut l’entre que la date fixée sera respectée, arrange beaucoup de monde, surtout les milieux qui ne veulent pas d’une victoire éclatante du Parti  (islamiste) de la Justice et du Développement ; d’autant qu’un grand Institut français de sondage d’opinion qui a l’habitude de travailler pour le ministère de l’Intérieur aurait conclu, suite à une enquête, que le PJD sortira grand vainqueur dudit scrutin.

 

Mais ce n’est pas l’unique raison d’un éventuel report de ces Législatives que les hautes autorités ont promis qu’elles seront propres. Loin s’en faut.  Des fissures apparues dans la majorité gouvernementale suite au retrait du projet de loi de Finances qui prévoyait  une taxe de près de 5,5 % sur les bénéfices de certaines établissements financiers et sociétés de capitalisation  en vue d’alimenter une caisse de solidarité (en réalité un piège pour le futur gouvernement (1) et au différend de certains partis avec le ministère de l’Intérieur au sujet du nouveau découpage électoral, le seuil minimum de représentativité et la liste nationale (femmes, jeunes), ont également plaidé pour un éventuel report  des Législatives sine die. De même un désaccord survenu entre deux partis constituant le pôle libéral (RNI, PAM, MP et UC) favoriserait l’idée du report…

 

Toutefois l’estocade finale qui a décidé les autorités pour envisager sérieusement l’ajournement serait la fixation surprise des élections générales anticipées espagnoles au 20 novembre, soir 4 jours avant la date marocaine. Et comme la victoire du PP (Parti populaire) est inévitable vu la baisse draconienne de la populaire du PSOE  à cause de la grave crise économique qui frappe le royaume ibérique, il y a un risque majeur que le scrutin législatif marocaine en soit influencé, eu égard de l’importance des relations bilatérales maroco-espagnoles.

 

(1)  http://chankou.over-blog.com/article-maroc-l-impot-sur-les-grandes-fortunes-info-ou-intox-84559502.html

Publié dans Confidentiel

Partager cet article

Repost 0

JT2M.mp4

Publié le par Abdelkarim Chankou

Extrait du JT de 2M du Jeudi 22 septembre (déclaration du Taieb Fassi Fihri sur la Plestine).

Extrait du JT de 2M du Jeudi 22 septembre (déclaration du Taieb Fassi Fihri sur la Plestine).

Partager cet article

Repost 0

Palestine: Cacophonie au sommet de la diplomatie marocaine?

Publié le par Karim El Maghribi

 

 

A moins d’un malencontreux lapsus lingua dû à l’émotion où à la fatigue ou à quelque chose d’autre, un curiaux passage de la déclaration à chaud du ministre marocain des Affaires Etrangères, Taieb Fass Fihri, faite à la deuxième chaîne marocaine (2M) le jeudi dernier et diffusée dans le JT arabophone du soir, semble en totale discordance sin on contradiction avec le Discours du Trône du 20 Août 2011.  

 

Un Discours innovant et révolutionnaire à bien des égards surtout en ce qui est de la question palestinienne. Dans celui-ci, le Souverain Mohammed VI a notamment dit au sujet du projet d’un Etat palestinien :  « Nous réaffirmons, à cet égard, que l'avènement d'une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient passe par la nécessité de garantir le droit de tous les peuples de la région à la liberté, à la stabilité et à la prospérité, outre l'instauration d'un Etat palestinien indépendant et viable, avec Al-QODS-EST pour capitale (…) » (1).

 

Comme l’on peut aisément le relever  SM le Roi rompt  avec une expression longtemps consacré par les diplomates arabes et n’est plus dans l’air du temps depuis les processus de Madrid et d’Oslo. Ainsi plus de Al « Qods Acharif » comme capitale palestinienne, expression floue, désormais  place à  « Al Qods-Est »  ou Jérusalem-Est, si nous voulons…

 

Or ledit chef de la diplomatie marocaine continue de parler de Al Qods Acharif  (Voir un extrait du JT) ! Et pas n’importe où ni n’importe quand SVP ! A New-York et à quelques heures de la remise officielle du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au Secrétaire général de l’ONU de la demande d’un siège dans cette organisation !

 

Pour ceux qui connaissent les « us et coutumes » de la diplomatie, chaque mot a son importance, fut-il une virgule. Al Qods Acharif signifie « Tout Jérusalem » et non seulement sa partie orientale. Nuance fondamentale.

 

Cafouillage, cacophonie ou lapsus lingua ?

 

(1) http://chankou.over-blog.com/article-discours-du-trone-2011-nouveautes-et-constantes-80535736.html


Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost 0

Mohammed V, un Juste parmi les Nations

Publié le par Avec MAP

azoulay-copie-1

Ifrane- En opposant sa résistance aux lois racistes de Vichy, « Feu SM. Mohammed V a donné à chacun d'entre nous la capacité et la légitimité qui nous permettent de porter au plus haut et dans le monde entier les valeurs de courage, de liberté, d'humanité et de modernité que beaucoup d'entre nous veulent ancrer au plus profond de la société marocaine », a affirmé M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi Mohammed VI.

 

Intervenant lors d'un séminaire, organisé mercredi à Ifrane, par le club Mimouna de l'Université Al Akhawayn, sous le thème « Mohammed V, juste parmi les Nations », M. Azoulay a précisé que des survivants de cette époque sont encore là et peuvent témoigner de ce qu'ils doivent au Maroc, tout en mettant en perspective l' « actualité, la cohérence et la permanence des choix du Maroc, depuis l'attitude exemplaire de Feu SM le Roi Mohammed V à SM le Roi Mohammed VI avec la nouvelle Constitution votée le 1er juillet 2011 et qui consacre par son préambule historique la richesse et la diversité des composantes spirituelles et culturelles qui forgent l'identité de chacun d'entre nous ».

 

Au moment où l'Europe était en proie à la barbarie nazie, c'est du Maroc et d'autres pays de la Rive sud de la Méditerranée que s'allumait la lumière de la liberté et de l'espoir qui commande à chacun d'entre nous d'en faire partager le témoignage au plus grand nombre, a souligné le président de la Fondation Anna Lindh pour le Dialogue des cultures.

 

Jouissant de la pleine protection du Sultan, aucun Juif marocain n'a été en effet détenu dans un camp de concentration, a confirmé pour sa part, M. Serge Berdugo, Secrétaire général de la Communauté juive du Maroc, rappelant que le Souverain avait toujours désavoué les mesures anti-juives de Vichy.

 

C'est ainsi qu'il invita à la Fête du Trône en 1941 les notables juifs qu'il plaça ostensiblement à proximité des officiels français et des membres de la commission d'armistice allemande en état de choc, a-t-il rappelé. Entouré par les rabbins et les notables juifs, Feu SM. Mohammed V déclarait aux journalistes: « Je n'approuve pas du tout les nouvelles lois anti-juives et je refuse de m'associer à une mesure que je désapprouve. Je tiens à vous informer que comme par le passé, les Israélites restent sous ma protection et je refuse qu'une distinction soit faite entre mes sujets ».

 

C'est pourquoi les Juifs marocains « vénèrent Feu SM Mohammed V, un Juste parmi les Nations, pour les avoir sauvés des griffes nazies et de la Shoa, a-t-il dit. Il a fait savoir de même que son père lui avait toujours raconté avec émotion l'épisode des Etoiles jaunes. « Lorsque le général Noguès lui annonça que 200.000 Etoiles jaunes avaient été préparées pour l'identification des Juifs, le Sultan lui répliqua qu'il en fallait une cinquantaine de plus pour Lui et Sa Famille », a-t-il dit.  

 

De son côté, M. Simon Lévy (1), Secrétaire général de la fondation du patrimoine culturel judéo-marocain, a affirmé d'emblée que Feu SM le Roi Mohammed V, qui avait été choisi pour être docile, s'est révélé être celui de l'indépendance. Il s'est ensuite attardé sur le statut des Juifs marocains durant le régime de Vichy, ainsi que sur la réaction de Feu SM Mohammed V, qui rejetait les lois scélérates anti-juives imposées par les autorités du protectorat. Il a précisé aussi avoir été témoin de plusieurs scènes et décisions antisémites racistes envers les Juifs marocains (insultes, injures, expulsions des établissements scolaires, etc.)

 

L'assistance a également suivi des exposés sur la montée du nazisme en Europe et un émouvant témoignage de Mme Elizabeth Citron, une rescapée de l'Holocauste, actuellement âgée de 80 ans. A l'âge de 10 ans, raconta-t-elle, elle avait été arrêtée en 1940 en compagnie de sa mère et de sa grand-mère en Roumanie pour être déportée au camp de concentration d'Auschwitz en Allemagne nazie et dans d'autres camps, jusqu'à l'arrivée des Américains en 1944 en Autriche. Elle avait livré à l'assistance les péripéties de son arrestation et nombre de « petites choses », qui lui ont permis à plusieurs reprises d'échapper aux chambres à gaz et à l'assassinat dans une série de camps de concentration en Allemagne et ailleurs. Une panoplie d'activités culturelles, musicales et culinaires aux touches judéo-marocaines sont programmées pour ces 3e Journées judéo-marocaines du club Mimouna, lesquelles vont se poursuivre ce jeudi [hier : Ndlr] à Casablanca par une visite au musée judéo-marocain, la tenue d'une conférence sur le même thème et une soirée avec Vanessa Paloma, soliste et écrivaine.

 

(1)Simon Lévy, Universitaire,  Résistant, Directeur du Musée juif de Casablanca et ex-Membre du Bureau politique du PPS a notamment noté l’absence du terme « Juif » dans la nouvelle Constitution marocaine mais a estimé que la mention du terme « hébraïque » est une grande avancée.

  

  

Photo : André Azoulay avec Mustafa Ceric, Grand Mufti de Bosnie à Auschwitz en février 2011.

 

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

André Azoulay honoré à la ville de Chichaoua

Publié le par Avec MAP

AzoulayChich

 

Chichaoua,18/09/11- Le Maroc a été depuis des siècles une terre de coexistence et de convergence de civilisations, de cultures et de religions, a affirmé, dimanche à Chichaoua, M. André Azoulay, conseiller de SM le Roi [Mohammed VI : Ndlr].

 

Intervenant lors d'une rencontre initiée par le Forum de la liberté de la presse et des médias (FLPM) sous le thème « L'identité marocaine: la richesse et la pluralité, base de la cohésion communautaire », M. Azoulay a souligné que le Royaume du Maroc tire sa force de la richesse du pluralisme, ce qui lui vaut respect et considération à l'étranger.

 

Le Maroc a réussi, à travers les différentes phases de son histoire, à préserver son identité et son unité nationales entre les différentes composantes de la société et les différentes tendances culturelles, ethniques et religieuses comme il a réussi à consacrer les valeurs de coexistence et de tolérance, a-t-il dit. 

 

Le Conseiller de SM le Roi a, d'autre part, mis en relief le rôle historique du Royaume du Maroc dans le processus de paix au Proche-Orient.

 

La tenue de cette conférence dans la ville de Chichaoua - considérée comme une zone de transit et d'échanges culturels et commerciaux entre le Nord et le Sud du Royaume et une terre où sont installées des tribus arabes, berbères, juives et sahraouies - est de nature à conforter l'identité nationale et de la préserver, a-t-il par ailleurs indiqué.

 

azoulay-copie-1.jpg

M. Azoulay a, dans ce contexte, fait remarquer que la nouvelle Constitution contribuera sans nul doute à la consolidation de l'identité nationale et au renforcement du pluralisme culturel et civilisationnel qui a marqué l'histoire du Maroc au fil des siècles.

 

Cette rencontre s'est déroulée en présence notamment du gouverneur de la province de Chichaoua [entre Marrakech et Agadir : Ndlr], Abdelfettah Lebjioui, du directeur du Musée du judaïsme marocain de Casablanca, Simon Levy, de chercheurs, d'universitaires, de penseurs et de représentants de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), de l'Association « Essaouira Mogador », de l'Association « Al Qods pour les recherches et les études » (Palestine) et de l'église protestante au Maroc.

 

La conférence a été marquée par des témoignages à l'adresse de M. André Azoulay pour ses efforts inlassables destinés à la promotion des valeurs de coexistence et de tolérance entre religions et civilisations et son rôle efficient dans le développement économique du Maroc en général et d'Essaouira en particulier.

 

Un hommage a été également rendu au Conseiller de SM le Roi qui a reçu à cette occasion une attestation de considération et les clés de la ville de Chichaoua.

 

 

 Photo d'en haut (in : goud.ma) : Azoulay portant une gandoura, offerte par des personnalités sahraouies ;

Photo d'en bas : Le conseiller du Roi Mohammed VI, M. André Azoulay (d), à l'occasion de son voyage au camp d'Auschwitz en Pologne, le 1er février 2011 /MAP.

Publié dans Nation

Partager cet article

Repost 0

Maroc : L'impôt sur les grandes fortunes, info ou intox ?

Publié le par Karim El Maghribi

http://www.guide-az.com/wp-content/uploads/2008/09/Site-de-Direction-g%C3%A9n%C3%A9rale-des-impots-au-Maroc.jpg

 

Et voilà qu’à la veille des élections législatives du 25 novembre prochain, l’on reparle  de l’instauration par le gouvernement sortant d’un « impôt sur les grandes fortunes » pour réduire les disparités sociales qui au Maroc  ne cessent de se renforcer.

 

Même si une telle mesure, - si elle se concrétise - ne servirait qu’à effrayer (1) le Parti de la justice et de développement, formation islamiste que tout le monde dit qu’elle sera en tête du prochain scrutin (sauf miracle),  le gouvernement sortant aura toutes les peines du monde à l’inscrire à la prochaine loi de Finances. D’autant que le temps imparti à la préparation de cette loi est si court à cause du calendrier électoral qu’il est impossible aux techniciens des Finances de pondre une telle mesure fiscale sans la bâcler.  D’ailleurs, ce projet « n’est pas à l’ordre du jour » s’est empressé de démentir Salah Eddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances et secrétaire général du Rassemblement national des indépendants, un parti de la bourgeoisie urbaine.  

 

Quelle que soit la mouture  ou l’architecture de cette taxe, elle sera inspirée de la fiscalité de France, pays ou l’IGF a été instauré pour la première fois en 1982, dans la foulée de la victoire du socialiste feu François Mitterrand en 1981.

 

Payé par les personnes physiques et les couples détenant un patrimoine net imposable supérieur à 1,3 million d’euros au 1er janvier 2011, l’Impôt de solidarité sur la fortune (sa nouvelle dénomination), est un vrai casse-tête pour les inspecteurs des finances et les percepteurs  hexagonaux qui parfois vont jusqu’à employer des méthodes de barbouzes pour traquer et débusquer les fuites et les fraudes. Et les paradis fiscaux sont là pour leur compliquer la tâche.

 

Que dire alors du Maroc où l’administration fiscale n’a ni les moyens humains ni matériels encore moins technologiques pour donner tout son sens à un tel impôt qui, n'ayons pas peur des mots, est aussi populiste que sans effet.

 

Si en France, un riche n’osera pas dispatcher sa fortune entre ses sœurs, frères ou cousins, par peur de se faire arnaquer, au Maroc cela se fait naturellement et sauf cas rarissime,  aucun proche mis à contribution ne tentera de trahir la confiance d’un membre de la famille. Hchouma !

 

Donc si le gouvernement fixe le seuil d’imposition à 3 millions de dirhams, par exemple, une personne éligible à l’IGF qui possède un patrimoine net imposable de 4 millions de dirhams, pourra facilement disperser cette somme ou son équivalent en bien mobiliers ou immobiliers sur ses frères, sœurs ou cousins de telle façon qu’il ne tombera jamais tomber sous le coup de la loi. C’est évident.

 

Mieux : En ce moment ou plusieurs maisons-mères françaises de banques marocains tutoient d’éventuelles banqueroutes à cause de la dette grecque, leurs filiales marocaines réfléchiront longtemps avant de déclarer les dépôts de leurs clients au fisc sous peine de que ces derniers soldent leurs comptes.

 

(1) Si le PJD conduit le prochain gouvernement ou y participe, il traînera gratuitement cette mesure impopulaire comme une casserole.

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Erdogan ou la revanche turque

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou1.jpg

Malgré la laïcisation et l’alphabet latin imposés par Mostafa Kemal, l’islam et une animosité envers l’Occident n’ont jamais totalement déserté les cœurs et la terre turcs. La rancune remonte au moins à la célèbre grande bataille navale de Lépante qui se déroula le 7 octobre 1571 (au large de Naupacte) à proximité du golfe de Patras en Grèce.

 

Regroupée sous le nom de « Sainte Ligue », la flotte chrétienne, composée essentiellement  de Venise et de l’Espagne, y affronta la marine ottomane. La bataille se conclut par une lourde défaite pour les Ottomans.

 

Depuis beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts et l’empire ottoman connaîtra de hauts et des bas. Un dernier point de rupture sera la victoire éclatante des islamistes du parti du Refah de Erbakan à fin 1994, et surtout la montée en puissance de l’AKP (parti islamiste actuellement au pouvoir) avec la nomination de l’ancien maire d’Istanbul, Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre le 14 mars 2003.

 

Ce dernier qui sera reconduit trois fois dans ses fonctions sait se montrer fédérateur aussi bien des Turcs que des Arabes nostalgiques de l’époque d’avant la naqba, soit le 14 mai 1948, marquant la date de la proclamation de l’Etat d’Israël.

 

Erdogan semble avoir trouvé le bon nerf sur lequel il faut tirer chaque fois que le corps arabe replonge dans la léthargie : Israël qui ne cesse de provoquer la Turquie et l’Union européenne dont certains chefs d’Etat des pays membres refusent publiquement et catégoriquement l’adhésion de la Turquie, le président français Nicolas Sarkozy entre autres.

 

Avec Israël, la confrontation la plus spectaculaire -il y en a eu plusieurs dans l’ombre-, sera l’altercation entre Erdogan et le président israélien Shimon Perez à Davos au bout de laquelle le Premier ministre turc quittera le Forum économique en promettent de plus jamais y mettre les pieds. Ensuite surviendra l’épisode du navire humanitaire Marmara pris d’assaut par les Forces spéciales israéliennes et qui a aboutit notamment au gel par la Turquie de toute coopération militaire avec l’Etat hébreu qui refuse de demander pardon pour la mort de 9 citoyens turcs sur le navire…  

 

Bref, la nouvelle Turquie qui se définit par la bouche même de Recep Tayyip Erdogan comme celle des néo-ottomans maintient son offensive inexorable et multi-fronts. D’un côté elle continue la provocation de l’Occident en s’attaquant à l’un de ses alliés le plus sûr, Israël, et en même temps semble chercher le bon prétexte de claquer la porte de l’OTAN ; et de l’autre elle met la pression nécessaire sur les masses arabes avides de gloires d’antan.

 

En débarquant hier en Egypte pour annoncer son soutien à la proclamation d’un Etat palestinien et aussi pour rencontrer les dirigeants de la Ligue arabe, Erdogan devra prononcer un important discours à l’adresse du Monde arabe, à l’Opéra cairote.

 

S’il est encore tôt de spéculer sur la teneur de ce discours, on peut déjà dire sans médire qu’il sera la revanche sur l’Occident qui au début du siècle dernier soutint les nationalismes arabes contre un empire ottoman expansionniste. Ce faisant, Erdogan, le néo-ottoman,  haranguera à son tour les foules du Printemps arabe contre un Occident qui a déjà dégainé en annonçant par le biais du G7 la consécration de quelque 40 milliards de dollars pour soutenir cette « movida arabe » !

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Après le vote utile, l'urne intelligente!

Publié le par MAP

http://hisaux.free.fr/dotclear/images/_2007/actu/vote_urne.jpg

Rabat-MAP, 06/09/11 - L'inventeur marocain Yousef Aït Ali a annoncé, mardi, avoir mis au point une urne intelligente dotée de nouvelles caractéristiques de nature à conférer davantage de transparence aux opérations de vote.

Cette urne, a-t-il expliqué à la MAP, est munie d'une lampe intégrée qui s'allume immédiatement après extinction de l'éclairage dans le bureau de vote, permettant ainsi aux observateurs et aux membres du bureau de localiser son emplacement.

Elle est également dotée d'un mécanisme de détection qui provoque un son très fort à l'ouverture de l'urne avant le début de l'opération de dépouillement des voix, afin d'attirer l'attention en cas d'existence d'irrégularités.

L'urne est aussi équipée d'un système de comptage automatique des voix et peut se fermer à l'aide d'un code confidentiel, contrairement à la clé traditionnelle facile à reproduire.

A la faveur de son recours aux moyens technologiques modernes, cette invention vise, selon son concepteur, à couper court aux pratiques électorales frauduleuses et à dissuader quiconque songerait à voler l'urne, à la remplacer ou à trafiquer les voix.

Le jeune prodige, diplômé des études supérieurs en physique et président de l'Association des jeunes et de la sensibilisation, a assuré que l'idée de cette urne a été favorablement accueillie après présentation de son premier modèle devant des parlementaires.

Youssef Aït Ali compte à son actif plusieurs inventions, dont deux appareils qui, destinés aux chauffeurs et aux aveugles, permettent d'identifier les feux de signalisation (rouge, orange et vert) lors du lever et du coucher du soleil, ainsi que pendant la pluie et le brouillard.

Il avait déjà déposé son premier brevet d'invention auprès de l'Office marocain de la propriété industrielle et commerciale dans le domaine des accessibilités des sourds-muets.

Partager cet article

Repost 0

Le Général de Division Hamidou Laanigri victime d'un grave accident de la route

Publié le par Karim El Maghribi

http://www.telquel-online.com/137/images/image_zoom_137.jpg
Le Général de Division Hamidou Laanigri a été victime d'un grave accident de la route aujourd'hui aux environs de Settat rapporte le site goud.ma. L'inspecteur général des Forces auxiliaires (zone nord) et ancien DGSN a été transporté par avion vers 11h30 à l'hôpital Zayd Ibn Soltane de Rabat après un passage à l'hôpital Hassan II de Settat.
Son état est jugé critique et il a été admis en réanimation précise le site.
Celui qui a formé la garde rapprochée du feu Cheikh Zayda Ben Soltane (Président des Emirats Arabes Unis) durant les années 1980, se dirigeait vers Rabat pour participer aux obsèques de SAR Lalla Aïcha  qu'il avait accompagnée personnellement à l'aéroport d'Agadir lors du terrible tremblement de terre de 1960 ( Feue SAR Lalla Aïcha était alors Présidente de l'Entraide nationale) qui a frappé la capitale du Souss. 
Laanigri était qui était à ce moment un simple officier de la gendarmerie royale est oroginaire de Meknès et son rêve d'enfant était de devenir un sapeur pompier !
 
 
Erratum : Inspecteur général des Forces auxiliaires de la zone Sud et non Nord. Réctificatif apporté par l'auteur de la brève.
 

Publié dans Flash

Partager cet article

Repost 0

Les chars allemands entrent à Riyad

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou1.jpg

Une guerre larvée est en cours depuis ces derniers temps entre Paris et Berlin pour s’attirer les bonnes grâces de certains marchés arabes demandeurs d’armes sophistiquées. Mais selon toute vraisemblance c’est le rouleau compresseur allemand qui risque de reporter la bataille finale.

 

Alors que la France peine toujours à vendre son super-chasseur Rafale dont les Emirats, les derniers démarchés, semblent ne pas vouloir non plus, Berlin est en train de finaliser un gros contrat de vente de 200 chars blindés Léopard 2A7+ à l’Arabie saoudite. Même si une polémique-qui a tout baroud d’honneur- a été déclenchée par cette transaction, celle-ci rapportera à l’Allemagne plus d’un milliard de dollars.

 

Inquiétés par la crise économique et la férocité de la Chine, les Allemands sont sur tous les fronts et font tout pour garder leur statut de première puissance commerciale mondiale et la chancelière Angela Merkel qui s’est arrangée pour poser à côté de l’émir du Qatar et son ministre des affaires étrangères lors du sommet de Paris sur la Libye le 1er septembre dernier, se comporte en véritable VRP efficace. Et ça marche tellement bien que Berlin semble de moquer comme de l’an 40 de tout ce qui  peut compromettre sa force de vente. Il s’en fout du projet de l’Union pour la Méditerranée (cher à Sarkozy) ; il s’en fiche de ce que sera la Libye de l’après Kadhafi du moment que ses futurs dirigeants commanderont des Mercedes pour leurs hauts fonctionnaires et des super motos BMW pour la police…

Il n’y a pas de petite économie.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0