Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Davos 2012 : Croisons les doigts Ben Kirane croise les pieds !

Publié le par Abdelkarim Chankou

BenkaDavos2.jpg

 

Etant à l’origine, un conclave de riches au fait des règles de bienséance et du chic, le Forum économique de Davos est passé ces dernières années à une  « version économique » en se démocratisant… Mondialisation et crise financière obligent.

 

L’une des gestuelles à laquelle doivent se conformer- ou parfois sacrifier-  les intervenant officiels lorsqu’ils sont assis dans la tribune face à l’auditoire est  de croiser les jambes en posant l’une sur l’autre de manière à ce que le public distingue nettement le type de chaussures et de chaussettes que  portent l’invité de marque. Ne vous ai-je pas prévenu que Davos était au début un club de nantis  tirés à quatre épingles ?


Notre premier ministre barbus, Abdelilah  Ibn Ben Kirane, je prends acte strictement du rectificatif apporté par le Secrétariat général du gouvernement quant à l’orthographe correct du patronyme du chef du PJD même si le nom de ce dernier inscrit en caractère bien visibles à côté du siège qui lui est réservé à Zürich est « Benkirane », avait le pied droit posé sur celui de gauche. Sans blagues ! Je n’ai bien vu ni la marque des chaussettes ni celle des chaussures mais j’imagine que les godasses au moins étaient différentes de la fameuse paire du jour de la dernière prière rogatoire pour attirer des pluies bienfaitrices.  C’est déjà ça. Je me sui alors dit que notre nouveau chef de gouvernement commence se mettre dans le bain : d’abord la cravate, puis une nouvelle paire de souliers. Mais quelle fût ma surprise quand j’ai appris que l’ancien député de Salé a exigé que toute table à laquelle il devrait se joindre doive impérativement être débarrassée de tout alcool ! Ok ! C’est de bonne guerre. Mais  fallait-il encore aller jusqu’au bout de ses convictions et surtout du respect de la sunna. Car un hadith attesté (sahih Moslim, chapitre 21)  et attribué à Jabir Ibn Abdelilah rapporte que le Messager d'Allah a interdit à l'homme de se couvrir d'un habit grossier (samma), de s'envelopper d'un vêtement unique, et de placer l'un de ses deux pieds sur l'autre en s'étendant sur le dos. C’est vrai que Ibn Kirane n’était pas étendu sur le dos à Davos (les chaises était solides) mais il est indéniable que mettre poser un pied sur l’autre est aussi mal vu par l’islam sunnite que de manger de la main gauche quand la droite est bien portante. Mieux : il est également mal vu de faire la prière les mains croisées sur sa poitrine. Amen.

 

Photo copyright : snrt.ma

Publié dans Humeur

Partager cet article

Repost 0

Ces juifs de Gibraltar...

Publié le par www.harissa.com

Les juifs de Gibraltar, par David Koskas (Titre d'origine)

Les juifs de Gibraltar, par David Koskas

 

Des Juifs vivaient déjà à Gibraltar en 1356.

Ils durent quitter le rocher pendant l'Inquisition (ou se convertir), mais ils purent s'y installer à nouveau quand la Grande-Bretagne en pris le contrôle en 1713.

Dans ce petit territoire britannique au sud de l'Espagne, les juifs parlent fréquemment parlent le llanito, mélange de castillan, d'anglais et d'hébreu.

Aujourd'hui, ils sont près de 750 personnes, bien que l'organisation de la communauté permette surement à 2000 Juifs de s'y sentir à l'aise: on y trouve 4 synagogues, un mikve, un lycée religieux où les garçons et les filles sont séparés et un café casher.

La communauté s'aggrandit , avec 25% de membres en plus au cours des trois dernières années, et l'école primaire juive compte 140 élèves.
Bien installés dans la société, parfois même à des postes gouvernementaux, les Juifs de Gibraltar auraient pourtant tendance, ces dernières années, à se fermer au monde extérieur et à se recentrer sur une pratique plus orthodoxe de judaïsme.

"Il y a des Juifs qui n'ont absolument aucun contact avec les non-Juifs", déplore Jo Abergel, une anglaise originaire de Leicester qui a épousé un natif de Gibraltar. "Ils ne participeront à aucune activité – ballets, leçons de natation, etc. – si ce n'est pas la communauté juive qui l'organise".

"La vie sociale tourne essentiellement autour du Chabbat", continue-t-elle.
"C'est complètement différent de ma vie en Angleterre, vraiment. Là-bas, on pouvait être juif culturellement. Il y avait des danses, des évènements de bienfaisance, il y avait beaucoup de choses dans lesquelles on pouvait s'impliquer, quel que soit son niveau".

Mais tous les Juifs de Gibraltar ne s'en plaignent pas: "Dans la communauté, on a vraiment l'impression de faire partie de la même famille", témoigne l'un d'entre eux.

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Les « relents algériens » de trois partis de la coalition Ben Kirane enivreront-ils Bouteflika ?

Publié le par Abdelkarim Chankou

BoutefOthmani

Saad-Eddine El Othmani, le soufi derkaoui El Illighi (région du Souss), qualité qui ne manquera pas de le rapprocher  de son collègue, le ministre des Affaires islamiques et des Habous Ahmed Taoufiq, un autre soufi, originaire également du pays berbère (Village de Marigha, entre Marrakech et Taroudant), dépêché lundi 23 janvier dernier par le Palais en Algérie pour une visite officielle de 3 jours au terme de la quelle il a été reçu en aparté  par le Président Abdelaziz Bouteflika,  est un homme heureux qui peut s’estimer avoir démarre son mandat de ministre Affaires étrangères et de la Coopération sous de bons auspices.  Bien que son premier voyage officiel  à l’étranger ait été effectué avant l’investiture par le Parlement de la coalition à laquelle il appartient. Une parenthèse constitutionnelle qui a fait que l’ancien député de Mohammedia était reçu au Palais El Mouradia en tant qu’un « émissaire spécial du Roi » et non comme du Gouvernement Ben Kirane. Mais. Et il y a beaucoup de « mais » et non des moindres. Voici pourquoi.


L’enthousiasme médiatique sans précédent depuis 1974 qui a entouré des deux côtés ce déplacement de El Othmani en pays voisin (de l’Est) doit aussi quelque chose au passé de trois partis qui composent le consortium quadripartite dont le chef de file et le parti  Ben Kirane, en l’occurrence le PJD. Et n’est de ce fait cet enthousiasme n’est pas uniquement redevable à la qualité d’ « émissaire spécial du Palais ».


Commençons pas le PPS. Ce parti de gauche est  composé de plusieurs militants influents qui sont d’origine algérienne alors que son fondateur, feu Ali Yata, était de père Kabyle. Quant au PJD, son père fondateur, feu Abdelkrim Khatib, était également de père algérien et aussi co-fondateur avec Mahjoubi Aherdane du MP ! Ceci sans oublier que Boueteflika, himself, ouvrit  pour la première ses yeux à Oujda.


Maintenant l’important est de savoir si ces relents algériens des 3 partis de la coalition Ben Kirane enivreront-ils Bouteflika au point que ce dernier convainc son entourage pour ouvrir une nouvelle page avec Rabat ? En commençant par l’ouverture des frontières terrestres ? Rien n’est moins sûr, du moins à court terme. Cependant, l’espoir demeure de mise. Le Printemps n’est-il pas la saison de l’espoir ?

Publié dans Analyse

Partager cet article

Repost 0

La double peine ou l’histoire du policier mort empoisonné avec sa femme à Marrakech

Publié le par Karim El Maghribi

productimages_robb-balm-25g.png

Si l’information, relayée par certains journaux, il y a une dizaine de jours, et selon laquelle un jeune officier de la DGST de 23 ans et sa jeune épouse enceinte et son cadet de 4 ans, sont morts empoisonnés par un gel périmé vendu à la sauvette par des immigrés africains, est fondée alors on peut dire que la couverture professionnelle qui permet aux agents de police secrète de travailler efficacité et en sécurité n’est plus aussi sûre que le métier l’exige au Maroc comme partout dans le monde.


En effet l’important n’est plus de savoir si le gel Robb made in China, importé en contrebande de certains pays subsahariens et utilisé pour atténuer les douleurs musculaires, la congestion nasale et le catarrhe, a été ou non à l’origine du décès  du policier et de sa femme enceinte, mais de dire que ce triple décès dont a pensé au début qu’une pizza en était la cause, révèle une dérive grave d’une certaine presse et de non moins graves carences de la part des services concernés  dans notre pays.  Comme si la mort d’un jeune policier et de sa femme enceinté n’était pas assez dramatique, il fallait étaler la confiture pour préciser que le futur papa était un agent de la Direction de surveillance du territoire. Maintenant tout connaît le véritable métier du défunt, cela risque de nuire à sa famille et à celle de sa défunte épouse. Qui a révélé la profession du jeune officier ? Voilà une question d’une gravité extrême. Car si les agents de la DGST deviennent aussi voyants qu’un camion de pompiers, l’on peut dire adieu à la sûreté dans ce pays. Mais on voit d’ores et déjà la brèche s’élargir dans les murs des autorités sanitaires que cette salle affaire met en cause. En effet comment se fait-il que des produits médicaux ou paramédicaux périmés sont vendus librement par des marchands ambulants au vu et au su des services du ministère de la Santé ?  Faut-il rappeler qu’il suffit qu’une substance comme le méthyle salicyclate, base du produit en question ici (vendu à 10 dirhams pièce), se déméthyle (perte du groupe méthyle)   pour une raison ou une autre pour qu’il se transforme en morphine, puissante drogue dont l’overdose provoque l’arrêt de la respiration, cause probable du double décès du malheureux couple.  Double décès doublé d’une double peine, celle de l’indiscrétion et de l’incurie de services sanitaires.

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Cl. Sérillon, l'ex-star du JT du 20 Heures sur France 2 lance "ON" son roman au Sofitel Essaouira

Publié le par www.libe.ma

Andre-Azoulay.jpg

Le romancier inaugure la première «Escale littéraire» d’Essaouira : Claude Sérillon présente sa nouvelle «ON»

Vendredi 20 Janvier 2012

Le romancier et journaliste français reconnu, Claude Sérillon, inaugure demain soir, samedi 21, à partir de 18h, la première « Escale littéraire » au Sofitel Essaouira Mogador Golf & Spa. Au côté d’André Azoulay, l’ancienne vedette du 20 Heures sur France 2, inconditionnel du Maroc et de la cité des alizés, présentera à la presse nationale et au grand public sa nouvelle intitulée «ON», inspirée par la magie de cette ville hors du commun.

Le romancier « nous parlera également à cette occasion de son dernier livre « Les mots de l’actu » en présence de M. Azoulay qui nous fera l’honneur de mener lui-même l’interview. Une belle rencontre qui promet un moment riche en partage et en émotion», soulignent les organisateurs.
http://image1.madeinmedina.com/1273681335/098/portrait/266.jpg?token=51ebe7aa8befa7b34b8020d4f98b5048a14904d7b80440b775643344dfe7b42b
Chroniqueur dans l'émission de télévision française « Vivement dimanche prochain», présentée par Michel Drucker, Claude Sérillon inaugure ainsi un nouveau concept nouvellement mis en place à Essaouira. Et connu sous l’appellation des Escales littéraires. Le principe est simple : « Un écrivain est accueilli pour un séjour de 5 à 7 jours dans un hôtel Sofitel, au cours duquel il rédige une nouvelle que lui inspirent la destination, l’originalité de l’escale et les valeurs de Sofitel », explique-t-on. Son séjour devient alors « l’occasion d’événements littéraires locaux (rencontres avec les lecteurs, la clientèle et les personnalités locales, conférences de presse…) ».

C’est donc pour pérenniser ce lien que des écrivains ou journalistes confirmés seront régulièrement invités pour la rédaction de nouvelles.




 

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

Gouvernement Benkirane : Pour mémoire…

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou4

Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane -ou Ben Kirane- vient d’exposer  sa déclaration de politique générale devant le parlement réuni en congrès, hier, jeudi 19 janvier. A son entrée dans l’hémicycle, le secrétaire général du Pari de la Justice et de développement a été accueilli par les députées brandissant des pancartes où elles expriment leur mécontentement  quant à la sous-représentativité féminine au gouvernement, une seule femme sur 31 ministres.  Le même accueil lui a été réservé par plusieurs militantes féministes devant le portail de la chambre des représentants. Toutes réclament l’équité entre hommes et femmes telle qu’elle est consacrée par la constitution rénovée. Le Chef du gouvernement ému par tant d’égards a promis aussitôt une commission ad-hoc et ajoutant cette petite phrase : « Moi je dis et je fais ». OK ! Soit !


Benkirane qui a prononcé son discours sans jamais faire allusion ni mentionner une seule fois le terme « modernité » comme si le Maroc avait atteint ou dépassé le niveau du Canada ou la Suède en la matière, a par contre insisté, à s’ennuyer il faut bien le dire,  sur la référence islamique de la coalition qu’il conduit comme si le reste des Marocains était tous des agnostiques ou de méchants athées ! Mais passons. Et prenons au mot notre nouveau Premier ministre Benkirane qui semble oublier que le port de la barbe ne signifie rien, le Chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy la porte aussi et son collègue et co-militant  au PJD, Lahcen Daoudi, est aussi imberbe qu’un proconsul romain du premier siècle de l'Empire


« Wa min kouli chay2in khala9na zawjayn la3alakom tadakaroun » dit un verset du Coran. Traduction approximative : « De toute chose nous avons créé un couple, ne vous souvenez-vous donc pas ? » La femme représente plus que la moitié de l'homme : Plus de 50 % des Marocains sont des femmes.


Le terme «azwaj» (ou «couples»)  apparaît 14 fois,  dans 13 versets. C’est dire son importance comme est importante aussi la phrase interrogative ou interro-affirmative «Ne vous-souvenez-vous pas ? » ou « Ne vous rappelez-vous pas ? »


Il faut dire que le rappel au bon souvenir de ses promesses données est l’un des fondements de l’Islam. Le souvenir et la mémoire est la pierre angulaire de nombre de religions antérieures à la foi islamique, particulièrement le judaïsme.


Benkirane « qui dit et fait » se souviendrait-il de ses promesses, particulièrement celle qu’il a fait aux femmes ce jour du 19 janvier 2012 que Dieu a fait ?


Sans avoir la moindre intention de lui faire un procès d’intention, on lui rappelle que dans certains pays comme les Etats-Unis d’Amérique, que chérissent certains poids lourds du PJD, un trou de mémoire, même involontaire, peut coûter dans certains cas la peau des fesses.

Rick Perry, le candidat à l’investiture républicaine pour la présidentielle américaine de novembre prochain,  a annoncé, ce jeudi même, qu’il abandonnait la course à la Maison-Blanche. Sa perte il a l’a doit à un incident survenu  en novembre dernier quand  lors d’un débat télévisé, il avait été victime d’un trou de mémoire, ne se souvenant plus du nom d’un des trois ministères qu’il souhaitait supprimer s’il était élu président. «Je ne peux pas, je suis désolé, je ne peux pas. Oups», avait-il bredouillé.

 

Que dire alors d'un politique qui oublie toutes ses promesses électorales...


Et pan sur le bec…La3alakom tadakaroun !


 

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Lettre ouverte au Chef du Gouvernement Benkirane et aux responsables des Partis Politiques

Publié le par Karim El Maghribi

benki bennis

 

Photo : Fathia Bennis & Abdelilah Benkirane (photo-montage)

 

Vu le modèle de développement humain initié par Sa Majesté le Roi Mohamed VI qui place la femme au cœur de la réduction des inégalités et disparités de toute nature,
Vu l’article 19 de la Constitution qui dispose ……… » l’Etat œuvre à la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes »……………


Vu la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes telle que publiée sur le Bulletin Officiel en janvier 2001 et qui consacre l’égalité de la femme et de l’homme,


Vu les avancées de l’expérience marocaine, citée en exemple, en matière d’approche genre dans les politiques publiques au centre de laquelle figure la question de l’accès de la femme au pouvoir et à la prise de décision,


Vu la supériorité numérique de la proportion des femmes, actives ou non actives, diplômées (51,1%) par rapport à celle des hommes,


Vu la mobilisation quantitative et qualitative des femmes marocaines pour l’adoption de la Constitution et leur participation aux dernières élections législatives,


Considérant la chute de la participation de la femme marocaine dans la composition du nouveau Gouvernement,



Considérant le préjudice que cette élimination démotivante et démobilisatrice peut causer à la marche du développement que connaît notre pays,

Les signataires :
Expriment leur stupéfaction, leur amertume et leur totale désapprobation suite à l’annonce de la formation gouvernementale qui a déçu tous les espoirs portés par l’adoption de la nouvelle Constitution,


Dénoncent avec vigueur et détermination la quasi absence de la femme dans le gouvernement actuel,


Dénoncent avec la plus grande vigueur la sous représentation de la femme au sein des états-majors de tous les partis politiques nationaux,


Demandent au chef de gouvernement d’identifier dans l’immédiat, les moyens pour corriger cette injustice qui porte atteinte à l’image de notre pays, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur,
Recommandent vivement la prise en considération de l’élément féminin, à compétence égale avec l’homme, dans les prochaines nominations à tous les niveaux et toutes les échelles de l’administration publique, des établissements publics ou toute entreprise dépendant d’une manière ou d’une autre de l’Etat,



Requièrent du Chef du Gouvernement, conformément à l’esprit et aux dispositions de la Constitution et à ses promesses,  la prise des mesures nécessaires à l’instauration des mécanismes institutionnels à même d’assurer une meilleure représentativité de la citoyenne marocaine dans tous les organes élus,


Enfin, les signataires revendiquent de faire des femmes, qui participent de facto au développement socio-économique de notre pays, des acteurs de jure.

 

Personnes signataires :

Abouanass Samira
Alaoui Abdelmalek
Alaoui Hassan
Alif Nora
Amlal Tarik
Amor Slimi Aicha
Ayouch Amal
Ayouch Siham
Azbane Khalida
Bayahya Nabil
Belkacem Boutayeb
Belliard Rachida
Ben Mansour Assia
Benabdallah Abla
Benabdallah Nadia
Benabdallah Selwa
Benabdellah Rachida
Benamour Yasmina
Benharbet Fatim-Zahra
Benhayoun Sakina
Benjelloun Amine
Benkirane Hayat Najat
Bennis Bennani Yasmina
Berrada Mao
Binebine Mahi
Bouaida Mbarka
Boukdir Abdelaziz
Boulouiz Bahija
Bourqia Rahma
Boussayri Abdelhak
Bouyapha Mustapha
Chafaqui Khalid
Chehbi Youssef
Cherkaoui Ghizlane
Cherradi Samia
Chraibi Jawad
Dabchy Hassan
Didi Bennani Smires Wassila
Dinia Sherin
Disseau Majda
El Alj Reda
El Bitouri Aicha
El Jassifi Hanane
El Kellali Rachid
El Oufir Rabia
El Youssoufi Helene
Eloualidi Chraibi Zineb
Fadi Hanane
Fadlallah Mina
Farchado Fouzia
Farchado Wassima
Fassi Fihri Latifa
Freidji Nabila
Ghali Bouabid
Ghandi Leila
Guessous Ghita
Haiti Hakima
Hajji Karim
Hamri Idrissi FZ
Iben Mansour Ghita
Ibrahimi Said
Jaidi Farida
Janati Selwa
Jebbari Fatiha
Kably Mouna
Karkri Saloua
Kerrad Ida
Kinana Leila
Ksikess Driss
Lahrichi Nezha
Lazrak Malika
Mamou Rajae
Mih Baraa
Moussaoui Driss
Naamane Guessous Soumaya
Nciri Myriam
Ouazzani Farida
Oulddagharia Hicham
Ouriaghli Fatima
Ouzanane Hassan
Rochdi Najat
Sakhri Aicha
Sakkal Mehdi
Sefraoui Rajae
Seghrouchni Meryem
Senhaji Naima
Setti Anissa
Setti Mohamed
Sijelmassi Khadija
Sitail Samira
Slaoui Amina
Slaoui Khadija
Slaoui Malika
Slaoui Omar
Soubat Rachid
Stitou Daoudi Aicha
Taarji Hinde
Talhemt Rabia
Temsamani Rajaa
Yamani Nezha
Zerriffi Mouna

Associations signataires :


AFEM,    Badraoui Souraya,    Présidente
Centre Al Manar,    Lazrak Annie,    Présidente
Cœur de Femmes,    Raja Traki,    Présidente
Collectif Démocratie et Modernité,    Lahbib Kamal,    Président
CVA,    Iben Mansour Nadia,    Présidente
ESPOD,    Chraibi Sabah,    Présidente
Fondation Zakoura pour l'Education,    Noureddine Ayouch,    Président
Groupes EGICO-SUP,    Tarik Fouzia,    Présidente Fondatrice,
Joussour Forum des Femmes Marocaines,    Benachir Rhizlane,    Présidente
L'Heure Joyeuse,    Cherif Leila,    Présidente
Lions Club Casa,    Nouzha Skalli,    Présidente
OMDH,    Bouayach Amina,    Présidente
Réseau Espace de Citoyenneté TANGER,    Tajeddine Houria,    Présidente
Terre et Humanisme au Maroc,    Fettouma Djirani Benabdenbi,    Co-Présidente
Union de l'Action Féminine,    Jbabdi Latifa,    Présidente
Women's Tribune,     Bennis Fathia,    Présidente

 


Publié dans Tribune libre

Partager cet article

Repost 0

RSF proteste contre Sopa et Pipa en fermant son site anglais pendant 24 heures

Publié le par rsf.org

 

http://fr.rsf.org/local/cache-vignettes/L193xH69/slideshow-d0d8a.jpg

 

Pour la première fois, la version anglaise du site de Reporters sans frontières sera fermée pendant 24 heures, dès 14 heures, heure de Paris, le 18 janvier 2012, pour protester contre les propositions de loi américaines antipiratage, "Stop Online Piracy Act" (SOPA) et "Protect IP Act" (PIPA). L’organisation se joint ainsi aux nombreux acteurs du Web qui ont décidé de rendre leurs sites inaccessibles, comme le groupe de hacktivistes Parti Pirate, Wikipedia et le réseau social Reddit.

 

“Nous avons décidé de fermer notre site en langue anglaise pendant 24 heures pour symboliser la chape de plomb qui pourraient s’abattre sur le Web tel que nous le connaissons si SOPA et PIPA étaient adoptées. Ces propositions affecteraient un nombre incalculables d’internautes innocent de toute violation de la propriété intellectuelle, en obligeant notamment un site tiers à bloquer l’accès à d’autres sites soupçonnés de violation du droit d’auteur dont la définition reste vague. Ces deux textes, démesurément répressifs, peuvent conduire à une censure du Net sans précédent et sacrifier la liberté d’expression en ligne au nom de la lutte contre le piratage. Il ne faudrait pas que le coup de grâce aux libertés numériques soit porté par le pays qui a vu naître Internet”, a déclaré Reporters sans frontières.


Et d’ajouter : “De telles mesures discréditeraient les prises de position officielles des États-Unis en faveur de la liberté d’expression en ligne dans le monde. Et affaibliraient considérablement les net-citoyens utilisant les outils de contournement de la censure ainsi que les communautés open source. Nous appelons les députés et sénateurs américains à trouver d’autres moyens pour protéger le droit d’auteur et à rejeter ces textes liberticides”.


Le Protect IP Act (Preventing Real Online Threats to Economic Creativity and Theft of Intellectual Property Act), introduit au Sénat en mai 2011, consacre le filtrage et le blocage de sites portant atteinte à la propriété intellectuelle. Il signifierait la mise en place d’une “muraille électronique”, à la chinoise, alors que les risques de surblocage de contenus sont réels. Les sites collaboratifs, comme YouTube ou Facebook, seraient forcés de surveiller leur contenu sous peine d’être sanctionnés. Les ayant-droits pourraient faire ordonner par un tribunal que les sites juges illégaux ne soient plus référencés par les moteurs de recherche. Les annonceurs publicitaires et les services de paiement en ligne seraient également interdits de collaborer avec ces sites, entraînant de fait leur asphyxie financière. Les outils de contournement de la censure, par ailleurs soutenus financièrement par le Département d’Etat à hauteur de dizaines de millions de dollars, seraient criminalisés, dépouillant ainsi les cyberdissidents de certains pays de mesures de protections vitales.


L’équivalent de PIPA à la Chambre, le Stop Online Piracy Act (SOPA) va encore plus loin, en permettant aux ayant-droits d’exiger le retrait d’un contenu publié en ligne sans passer par un juge.

SOPA et PIPA pourraient ainsi signer “l’arrêt de mort pour les sites Internet”, pour reprendre la formule de l’universitaire américain Mark Lemley. Selon Alexis Ohanian, co-fondateur de Reddit, adopter SOPA et PIPA pour lutter contre le piratage en ligne revient à “essayer de s’en prendre à Ford seulement parce qu’une Mustang a été utilisée dans une attaque de banque”.


Dans une déclaration officielle du 16 janvier 2012, trois conseillers du président Obama en matière de propriété intellectuelle ont affirmé que la Maison blanche s’opposerait à toute législation du droit d’auteur “qui réduirait la liberté d’expression, augmenterait les risques de cybersécurité et saperait les bases d’un Internet mondial, innovant et dynamique”. Si le soutien à ces propositions de loi semble également s’éroder au Congrès, la vigilance reste de mise. Le 18 janvier 2012, une audience sur le SOPA devait se tenir à la Chambre des députés, mais elle a été repoussée à une date encore indéterminée. Le PIPA doit être voté au Sénat le 24 janvier prochain.


Les supporters et les détracteurs de SOPA et PIPA se livrent une véritable bataille rangée. Hollywood et l’industrie du divertissement d’un côté, contre la Silicon Valley, des ONG et des “pères d’Internet” de l’autre, qui dénoncent cette législation comme une grave atteinte à l’innovation et à l’intégrité du Web. Reporters sans frontières avait signé, en novembre 2011, avec une quarantaine d’associations de défense de la liberté d’information et des droits de l’homme, une lettre adressée aux parlementaires américains à l’origine de ces lois.


Le site Blackout SOPA : http://www.blackoutsopa.org/

Signez la petition d’EFF : https://blacklists.eff.org/

Sur Twitter, le compte @BlackoutSOPA permet de suivre les évolutions de ce mouvement de protestation, et vous pouvez également relayer le hashtag #BlackoutSOPA.

Publié dans Médias

Partager cet article

Repost 0

Maroc : Un gouvernement « tout feu tout femme »

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou1.jpg

Trop de boucan pour rien ! « Le gouvernement de Abdeilah Benkirane ne comprend qu’une seule femme et en plus elle a été mal placée dans la photo officielle ». C’est le commentaire type que se partagent presque les analystes et observateurs  professionnels et en herbe, sur les colonnes des journaux, les terrasses de café, les ondes de radio et de télévision en passant par les réseaux sociaux et j’en passe…


Il est vrai que ce fait constitue en soi un net recul -du moins numérique- par rapport aux gouvernements antérieurs de 2007, 2003,  1997 (transition) et 1998.  Pis : c’est  le PJD, le parti d’essence ou de référence islamiste, qui, il faut le souligner, à été le seul  à avoir placé cette unique femme, en l’occurrence Mme Bassima Hakkaoui (*). Mais cela ne veut pas dire que les autres partis de la coalition, à savoir l’Istiqlal, le MP et le PPS (parti se définissant comme progressiste) n’ont pas essayé. Ils ont tenté leur chance mais leurs choix n’ont pas eu l’aval du Palais. Non pas à cause d’une quelconque misogynie palatine (**) mais certainement en raison des profils proposés, jugés soit incompétents soit non convenables pour endosser le tablier promis par qui de droit...


Mme Hakkaoui dira dans une déclaration à chaud que les partis concernés ne se sont pas trop cassé la tête pour dénicher des profils plus valables. C’est un peu vrai d’autant qu’on est dans un bled où la femme continue de jouer le rôle de bouche-trou ou de brosse à reluire l’image du pays.


En revanche, il n’en demeure pas moins vrai aussi que ce n’est pas sur le sexe des ministres que les Marocains attendent le gouvernement drivé par l’islamiste Benkirane (***). Ces derniers, électeurs ou pas, s’attendent à voir leur niveau de vie ou au moins leur vie changer en mieux. Se soigner sans se ruiner, ester en justice en toute confiance, éduquer des enfants pour qu’ils trouvent un travail et non pas le chemin de la prison, avoir un logement accessible aux petites bourses qui soit un vrai toit et non pas un gourbi de pêcheur… Bref des programmes qui demandent courage, probité, imagination, intelligence, désintérêt de soi et non féminité ou masculinité. D’ailleurs, le cabinet royal qui a toujours fait son travail  avec désintérêt et efficacité ne compte qu’une seule femme conseillère, en l’occurrence Mme Zoulikha Nasri.

 

(*) Les pourfendeurs de Mme Hakkaoui, la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, l’accusent déjà de vouloir remettre en question certains acquis de la femme marocaine et ne pas vouloir entendre de levée des réserves  sur certaines pratiques ancestrales consacrées par la charia, notamment l’accès égal à l’héritage. Mais ceux que ces pourfendeurs ignorent c’est que même le petit 1/8  que le Coran attribue à l’épouse si  le mari décédé n'a pas d'enfant elle ne n’en voit jamais la couleur dans certaines régions du Maroc !

 

(**) Le Roi a nommé plusieurs femmes ambassadeurs et une autre pour ne citrer qu'elle,  Mme Bahija Simou, préside aux destinées des Archives royales...

 

(***) Le gouvernement du Japon, remanié du 02 septembre 2011 et dirigé par M. Yoshihiko Noda affilié au PJD (ce n’est pas une blague), ne compte que deux femmes et d’ailleurs les seules à avoir été reconduites dans leurs fonctions.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Sauver la Mer morte!

Publié le par David Koskas (israel-infos.net)

http://www.saltworks.us/images/picts/dead_sea.jpg

Israel-infos.net.

Numéro 1058 - 13.01.2012 - 18 Tevet 5772  

 

Israël- Environnement : l'avenir de la mer morte...Choisir Red ou Med (Titre d'origine)
Par David Koskas


Le président de la Chambre de commerce d'Israël, Uriel Lynn, a appelé les ministres israéliens à étudier ...


la création d'un canal entre la mer Morte et la mer Méditerranée.
L'idée n'est pas nouvelle.

Comme le rappelle Lynn dans la lettre qu'il a adressée au ministre de la Protection de l'environnement, Gilad Erdan, et au ministre de l'Energie et de l'eau, Uzi Landau, le gouvernement israélien a déjà étudié le projet "Med-Dead" en 1970.


Grâce au dénivelé existant, les avantages à connecter les deux mers sont multiples; Lynn avait suivi le dossier de près lorsqu'il dirigeait le ministère de l'Energie et des infrastructures.

Tout d'abord, la mer Morte verrait son niveau enfin remonter.
Ensuite, une centrale hydroélectrique installée à proximité de la mer Morte fournirait jusqu'à 240 mégawatts 'de quoi fournir de l'électricité à 300 000 habitants).

Enfin, le tourisme, l'agriculture et l'environnement y gagneraient.


Le ministre de l'Energie et de l'eau a répondu à Lynn mercredi, l'informant que le gouvernement avait préféré en 2007 s'orienter dans une autre direction avec le projet Red-Dead, qui propose de creuser un canal entre la mer Rouge et la mer Méditerranée.

Une équipe internationale composée de représentants d'Israël, de l'Autorité palestinienne, de la Jordanie et de la Banque mondiale étudie aujourd'hui le dossier.

Landau a ajouté que même si son ministère aurait dû logiquement traiter cette question, elle est actuellement gérée par le ministre du Développement régional, Silvan Shalom.


 [Ndlr] : étant en circuit fermé, la Mer morte s'évapore sans renouvellement d'où l'augmentation continue de sa teneur en sel qui interdit toute vie marine (voir photo)

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>