Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pour qui voteront les Américains d’origine syrienne en IOWA ?

Publié le par Abdelkarim Chankou

 

http://obamadiary.files.wordpress.com/2012/08/obama_iowa_wx103-large.jpg?w=655&h=438

Pour Obama, le vote anticipé sera encore une fois le bon indicateur de sa cote.  Le grand jour de vote tombant un mardi 6 novembre (la tradition veut que l’ont vote les premiers mardis de novembre), ce qui est embêtant pour ceux travaillent, nombre d’Etat ont déjà lancé l’opération du vote anticipé au bénéfice des électeurs inscrits qui en ont fait la demande. Dans l’Iowa le vote anticipé a démarré le 27 septembre. Sur les 185.000 bulletins de vote anticipé demandés en 2012 en Iowa, 119.000 l'ont été par des électeurs démocrates, et 24.000 par des républicains. Cela ne signifie pas pour autant que l’on compte plus de chômeurs chez les électeurs républicains que chez les démocrates mais peut-être qu’il y aurait plus de boss chez les républicains que chez leurs adversaires. Parenthèse close. En tout cas, l'état-major démocrate compte bien sur une rapide mobilisation pour créer une dynamique favorable. L’Iowa qui est un test pour les candidats Obama et Romney est un Etat agricole qui compte une très petite communauté d’Américains d’origine syrienne et où la toute première mosquée vit le jour le 16 juin 1934 à Cedars Rapids. D'après le recensement de la population de l'anée 2000, l'Iowa comptait une population minoritaire arabe de quelque 9.000 âmes. Et selon les mêmes statistiques, les Américains de sang syrien vivant aux Etats-Unis étaient au nombre de 143.000 âmes, soit près de 12 % de la population arabe totale de ce pays. C'est pas énorme, en fait, mais c'est peut-être assez pour que cette communauté discrète et active soit un indicateur des intentions de vote des Arabes-Américains qui eux au nombre de 1.5 million (1) de personnes à vivre au pays de l'Ocle Sam.

 

Mais attention ! Pour le moment et jusqu’à la rédaction de ce billet, les sondages révèlent que les deux candidats  sont au coude à coude dans l’Iowa avec une légère avance pour Mitt Romney. Le dernier sondage en date, publié par l'Iowa Republican le jeudi 27 septembre, donnait une légère avance à M. Romney (47 % à 46 %). D’où toute l’importance du vote des Américains d’origine syrienne. Sans avoir besoin de faire un dessin, l’actualité brûlante en Syrie laisse envisager que cette communauté  dont les premiers ancêtres ont débarqué en terre américaine dès 1875 après avoir quitté la Syrie et la plaine de la Bekaa se sentirait plus proche du candidat Romney si elle pensait que ce dernier sera plus capable d’en découdre avec Bachar al Assad et ses sbires que son rival démocrate qui semble comme paralysé par  la posture pro-Assad de la Chine et de la Russie au conseil de sécurité…

 

En 2008, Barack Obama avait remporté les six grands électeurs de l'Iowa où la majorité des électeurs inscrits se positionne pourtant  dans le camp républicain. Mais c’était en 2008. Avant le début du Printemps arabe et de la guerre civile en Syrie.

 

(1) La grande majorité des immigrants syriens aux États-Unis entre 1880 à 1960 étaient chrétiens avec une minorité état juifs tandis que les Syriens musulmans sont arrivés aux États-Unis surtout après 1965. Selon le Recensement général  des États-Unis de l’année 2000, il y avait  aux Etats-Unis quelque 142.897 Américains d'origine syrienne, soit environ 12 % de la population arabe étasunienne.

 

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Les Journées européennes du développement 2012 (EDD)

Publié le par European Commission

Organisées par le Haut commissariat européen au développement, les Journées européennes du développement 2012 se dérouleront  les 16 et 17 octobre à Bruxelles. Elles ont pour but le soutien au développement humain dans le monde. La planète comptera 9 milliards d'habitants en 2050. Pour prévenir la pauvraté et l'ignorance, c'est maintenant que ça se passe !

 

http://b.vimeocdn.com/ts/343/131/343131475_640.jpg

Brussels, 16 & 17 October 2012

Supporting inclusive and sustainable growth for human development

EDD12 Agenda and VIPs

 

A full and definitive agenda containing in-depth descriptions of all HLPs, P-Labs, and R-Labs scheduled to take place during EDD12 will be published closer to the event itself. In the meantime, click on the links below to download preliminary PDFs with the EDD12 Programme Overview and Full Programme. Alternatively explore the web-based agenda below (N.B. the web-based agenda is a work in progress and is being constantly updated as new information becomes available).

October 16, 2012

11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Building a Social Contract for Health
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
11:00 - 12:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Investment Monitoring Platform
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:30 - 13:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development A More Effective Partnership for a More Resilient World
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
11:30 - 13:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Empowering Women to Reshape the Economy through Innovation in MENA
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:30 - 12:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Restore Hope
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
12:00 - 13:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion The Roots of Democracy and Sustainable Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
12:30 - 13:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Scaling-Up Sustainable Trade Through European Private-Public Collaboration
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
13:00 - 14:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Inclusive Growth in an Urbanising World
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
13:30 - 14:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion European Report on Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Sustainable Growth Promotion in Local Level Financing - Cameroon
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Resilience: The Nutrition Dimension
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade How Can We Maximise Inclusive Growth and Development?
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion The Perspective of the Working Poor in the Informal Economy
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium D
Climate change - Natural disasters and crisis management - 2012 Disaster Risk Reduction in the Age of Climate Change
Climate change - Natural disasters and crisis management - 2012
14:30 - 15:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Global Index Insurance Facility – GIIF
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
15:00 - 16:00
Tour & Taxis, Room 3
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Data Visualization for Development Planning
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
15:30 - 16:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Peace and security - Private sector development - 2012 - Trade Mobile Services in Africa
Employment - Peace and security - Private sector development - 2012 - Trade
16:00 - 17:00
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development PIP: From Food Safety to Food Security
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Growing a Better Future for Farmers
Food security - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade The Role of the Private Sector in Transforming African Economies
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Placing Social Protection at the Heart of the Development Agenda
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion WTD - Working Together for Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
17:00 - 18:00
Tour & Taxis, Room 2
Civil Society - Culture - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 European Portal of Decentralised Cooperation
Civil Society - Culture - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012
17:30 - 18:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Voluntary Guidelines on Land Tenure
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development

October 17, 2012

11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Community Resilience: Social Safety Nets
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Inclusive Business Models
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Confronting Inequality
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Climate change - 2012 - Social inclusion Post-Rio+20: which strategy for sustainable and inclusive growth?
Climate change - 2012 - Social inclusion
11:30 - 12:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Trade, Growth and Development
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
12:00 - 13:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion DATA Report
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
12:30 - 13:30
Tour & Taxis, Room 1
Climate change - Energy - 2012 Renewable Energy in Africa
Climate change - Energy - 2012
13:00 - 14:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Private Sector Funding in Development
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
13:30 - 14:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Clean Start Program
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Free Humanity from Hunger!
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 Building Competitive Industries and Systems for Green and Inclusive Innovation
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Youth Economic Empowerment
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Promoting Biofuels, Creating Scarcity?
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:00 - 15:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Food security - 2012 - Sustainable agriculture & rural development The Promotion of Sustainable and Inclusive Growth in Local Development in Cameroon
Employment - Food security - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:30 - 15:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Towards Commerce 3.0: Creating a More Inclusive Global Economy through Technology-Enabled Trade
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
15:00 - 16:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Financial Inclusion & Microfinance
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
15:30 - 16:30
Tour & Taxis, Room 1
Climate change - Energy - Natural resources - 2012 Natural Resource Management
Climate change - Energy - Natural resources - 2012
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Small Farmers – Big Business?
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade New Partnerships in Decentralised Cooperation
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Making Finance Work for Inclusive Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Taking on the Challenge of Fragility
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:00 - 17:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Competitive Industries and Innovation Programme
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:30 - 17:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Teenage Domestics can also Serve Growth
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
17:00 - 18:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Financing SME-SMI, what solutions for the missing middle?
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
EDD12 Agenda and VIPs | European Development Days

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Le mot de trop d’Abdellatif Jouahri, gouverneur de la banque centrale

Publié le par Abdelkarim Chankou

http://www.lematin.ma/files/2012/09/Jouahri_Point_Presse_BAM.jpg

La politique quand elle se mêle trop de l’économie c’est très mauvais pour les affaires ! Cette vérité, Dominique Strauss-Kahn, ex-patron du FMI, l’a rappelée récemment  à Marrakech. Selon l’ancien ministre français de l’Economie et des Finances, la crise actuelle de la zone euro est redevable à l’interventionnisme du politique dans l’économique. Autrement dit, on est libéral ou on ne l’est pas !

 

Au Maroc, le gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, sauf lapsus ou omission, a lâché lors d’un point de presse une petite phrase assez incongrue que si elle l’avait prononcée dans un pays comme les Etats-Unis, elle lui vaudrait l’honneur de prendre la porte dans les plus brefs délais. « Toutes les banques marocaines réunies ne gagnent pas ce que gagne à elle seule une société de télécoms » ! Sauf négligence de traduction de notre part, c’est la réponse de M. Jouahri à une question lors du point de presse tenue ce mercredi à Rabat, à l'issue de la réunion trimestrielle du Conseil d'administration de la Banque des banques.

 

Que veut insinuer M. le gouverneur par cette phrase ? Si c’est pour prendre la défense des banques c’est raté ! Car ces dernières ont leur syndicat ; en l’occurrence le Groupement  professionnel des banques marocaines (GPBM pour les intimes). Si pour montrer du doigt le secteur des télécoms dont la bonne santé agacerait à ce point, les banques n’ont alors qu’investir dans ce créneau. Tenter la 4 G, par exemple ou  la Bourse…. Celle-ci est faite pour ça. M. Jouahri n’a-t-il pas mieux à faire ? Veiller aux bons équilibres financiers du royaume entre autres…

 

Mieux : la petite phrase de M. Jouahri n’est même pas  parfaitement  juste, ne serait-ce que parce que tout le secteur des télécoms ne croule pas sous les roses. Loin s’en faut. Les meilleurs non seulement sont au sommet de la réussite mais aussi à celui de la contribution au budget de l’Etat… Allô !

Publié dans Sans sauce

Partager cet article

Repost 0

Comment le Premier Amendement à la Constitution des États-Unis a largement profité à Al Qaida et Al Jazeera

Publié le par Abdelkarim Chankou

Chankou2

 

Ce sacrosaint Premier Amendement à la Constitution des États-Unis d'Amérique qui interdit au Congrès des États-Unis d'adopter des lois restreignant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à s'« assembler pacifiquement », que les fous d’Allah du monde entier - et aussi les esprits étriqués- ont montré du doigt en l’accusant d’être responsable du film anti-islam produit aux Etats-Unis par un individu dont l’identité réelle demeure encore un mystère près de trois semaines après, a largement fait les affaires des extrémistes islamistes d’Al Qaida et aussi de la télévision Al Jazeera. En effet, les nombreux messages vidéo ou audio signés (ou du moins attribués à) Oussama Ben Laden et son bras droit Ayman Al Zawahiri que la chaîne qatarie a diffusés surtout entre 2001 et 2012 n’ont jamais été censurés - du moins à notre connaissance- par le gouvernement étasunien, principale cible de ces messages appelant à commettre des attentats contre les intérêts de l’Occident impie.  

 

Toujours à notre connaissance, si Washington a laissé Al Jazeera continuer la diffusion des enregistrements audiovisuels ou sonores produits par la société « As-Sahab Foundation for Islamic Media Publication » et qui ont fait l’essentiel de la réputation de la chaîne c’est à cause du respect strict de ce Premier Amendement. Un respect quasi-religieux qui n’a jamais été démenti ni sous les Républicains ni sous les Démocrates. C’est là en effet une attitude qui force le respect et qui doit faire réfléchir les gouvernements comme les peuples arabes et islamiques que le socle d’une démocratie est sacré et intangible. A ce titre le Discours du Président américain Barack Obama qui a inauguré la 67ème session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies à New-York a été tout simplement excellent et sincère.  

 

« En tant que dirigeant et Commandant en chef de nos forces armées, je m'attends à ce que l'on dise de moi les pires choses, mais je défendrai toujours le droit de le faire » a notamment expliqué Barack Obama.

Publié dans Edito

Partager cet article

Repost 0

Les caricatures de Mahomet dénotent une certaine mutation de la haine raciale

Publié le par Abdelkarim Chankou

Les crimes ou délits de racisme et xénophobie étant désormais passibles de peines de prison ou de lourdes peines d’amende, les provocateurs xénophobes et autres incitateurs à la haine raciale se sont rabattus sur une vieille technique qui a fait ses preuves à la fin du XIXe siècle et surtout au début du siècle suivant avec le journal satirique L’Assiette au beurre, notamment. Cette technique a la [fâcheuse] particularité d’échapper au glaive de la loi sur le racisme et la xénophobie au nom de la sacrosainte liberté d’expression. En effet, aucun juge occidental, qui se respecte, n’osera déroger à la règle qui consiste en le rejet systématique de toute plainte pour caricature du prophète. Ce qui explique- mais sans les justifier - d’ailleurs la violence des réactions de ceux qui s’estiment injuriés ou blessés par ces caricatures blasphématoires.

Vous l’aurez deviné ! Ces nouvelles caricatures du prophète Mahomet qui ont inauguré le XXIe siècle avec  les dessins du journal danois le Jyllands-Posten imité deux fois - et gratos SVP- par le magazine français Charlie Hebdo ont donc resurgi d’un assez lointain passé. Pépin dans Le Paradis de Mahomet (Le Grelot, 24 septembre 1876) présentait déjà le Paradis musulman où des femmes dévêtues mènent la danse  (photo).

Mohamed.jpg

Les dessinateurs du prophète Mahomet ou leurs commanditaires sont-ils des racistes qui vomissent l’Islam et la race arabe ? Peut-être que oui, peut-être que non. Mais toujours est-il que l’assurance de ne courir aucun risque de se voir puni par les tribunaux les  encourage un peu dans leur « entreprise ».Disons-le sans ambages ! Maintenant tout raciste ou apprenti-xénophobe qui désire taper sur l’Islam et la race arabe dispose du moyen de le faire (le poil à gratter) sans risquer ni la prison ni même de verser un centime d’euro symbolique au titre de dommages et intérêts ; à savoir s’amuser à caricaturer Mahomet ou à produire des navets dans le même but.

Mais il n’y pas que la haine contre l’arabe et le racisme anti-islam qui est derrière cette manie de caricaturer les symboles de l’Islam qui, il faut le dire, n’est pas sans doper les ventes de certains médias en mal de lecteur. Il y a aussi un sentiment de jalousie, doublée d'un agacement pour ne pas dire d’une révolte identitaire que ressentent certains occidentaux autochtones à l’égard des allochtones ayant réussi ou de leurs compatriotes restés dans le pays d’origine et qui s’en sortent pas moins bien. Ce sentiment  alimente les sources d’animosité et de haine contre l’Islam et ses attributs, tenus pour responsables de cette réussite sociale qui met l’ex bougnoule colonisé et le colonisé sur le même pied d’égalité voire qui place ce dernier à un étage supérieur à celui de son ancien « maître ». Constat que résume admirablement ce passage extrait du site atheisme.org (18 janvier 2009) : « Hier culte particulier réservé au colonisé, aujourd'hui constituant de la société française, l'islam affirme désormais une présence active quand son rôle ancien de dominé le maintenait dans la passivité contrainte ».

En somme les caricatures de Mahomet dénotent une certaine mutation de la haine raciale qui n'est plus directe mais agit par déviation, par ricochet.

Publié dans On en parle

Partager cet article

Repost 0

D'où viennent les Juifs d'Afrique du Nord ?

Publié le par dafina.net

 

Temple.jpg

Illustation ajoutée par Croque Cactus : bas-relief romain  relatant une épisode de la destruction du temple de Jérusalem et sa mise à sac par les légions de l'empreur flavien Titus.

 

L'origine des Juifs d’Afrique du Nord (Titre d'origine)

Yigal Bin-Nun, Professeur

 

Les habitants de l’Afrique du Nord sont tous à l’origine des Berbères. La conquête arabo-musulmane n’a laissé sur place que peu de soldats venus de l’Arabie et de l’Orient arabisé. Néanmoins, la civilisation arabe et la religion musulmane réussirent à s’implanter dans les villes, à les arabiser, et à les islamiser. Par contre, de grandes franges de la population autochtone sont restées berbérophones jusqu’à ce jour. Il va sans dire que la scolarisation et les media tendent à propager de plus en plus l’arabisation officielle, qui souvent s’affronte à un mouvement de renouveau berbériste. Je n’utilise le terme de berbère, que pour plus de commodité, à la place du terme plus précis, des Imazighen.


Quand à l’origine des Juifs d’Afrique du Nord, il est impératif d’élucider un mythe assez répandu dans les medias actuels. Est-il nécessaire de préciser qu’une présence juive en Afrique du Nord ne peut être possible avant l’époque romaine, pour la bonne raison qu’un judaïsme, dans le sens propre du terme, n’existait point avant cette époque ? La présence de Sidoniens, de Phéniciens ou de Puniques sur les côtes méditerranéennes n’a rien avoir avec la religion monothéiste juive. Il en est de même pour les colonies Israelites ou  Judéennes à Yeb (Éléphantine) ou en Basse Égypte qui ne sont qu’un reflet du culte monolâtrique israélite de l’époque monarchique pré deutéronomiste. Par contre, avant même la destruction de Jérusalem et de son temple en l’an 70 par les Romains, et la perte de l’indépendance, une diaspora judéenne florissait déjà en Afrique du Nord, surtout à Alexandrie où fut traduite la Bible trois cent ans environ avant n. e. et en Cyrénaïque. En plus de ces Judéens, il faut prendre en compte l’attrait qu’avaient les gentils, ou les païens, pour l’antique culte judéen, ses traditions ancestrales, sa longue histoire et ses fêtes. Cet attrait engendra un vaste mouvement de conversion à la religion juive, qui fut aussi renforcé par de nombreux païens, des sebomenoï, ou des « craignant Dieu », à la marge de ces convertis, qui avaient une grande admiration pour le Judaïsme, mais qui ne s’étaient pas convertis.


L'accroissement progressif des adhérant à la secte des « partisans de Jésus », devenus plus tard, les Chrétiens, terme qui n’existe quasiment pas dans les textes du Nouveau Testament, est due entre autres au passage de la plupart de ces nouveau Juifs et des « craignant Dieu », sous les règnes des empereurs Constantin et Justinien, du Judaïsme au Christianisme, qui était moins exigeant dans ses pratiques rituelles. Il ne fait plus de doute, comme le précise Maurice Sartre, qu’un grand mouvement de conversions au judaïsme traversait tout le monde romain. Plus de 10% de la population de ce monde, surtout en Afrique du Nord et en Orient, sont Juifs, sans compter les sympathisants de cette religion. Néanmoins on ne peut parler du Judaïsme de l’époque comme d’une religion prônant un prosélytisme actif, ceci, malgré quelques judaïsations forcées en Galilée et en Judée, sous les rois hasmonéens. Mais contrairement à l’avis de l’historien Shlomo Sand et du linguiste Paul Wexler, rien ne prouve que tous ces nouveaux convertis réussirent à surmonter les pressions de l’empereur Justinien au VIe siècle, et encore plus de la conquête militaire musulmane, et restèrent juifs. Les seuls qui pouvaient, à la rigueur, s’accrocher à leur religion ne pouvaient être que les Juifs qui l’étaient par ascendance familiale, kata sarka et non par adoption tardive.


Avec l’avènement de l’Islam au VIIe siècle, la majeure partie des habitants autochtones de l’Afrique du Nord, les Imazighen, convertis d’abord au Judaïsme, puis au Christianisme, furent pratiquement tous contrains à s’islamiser. Ce qui rend très probable, à mon avis, la constatation que les seuls nord-africains qui sont restés juifs ne devaient être que ceux qui, à l’origine, avaient émigrés de la Judée et de la Galilée. Aussi, la thèse défendue par l’historien tunisien Ibn Khaldoun (1332-1406) dans son livre l'Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, selon laquelle les Berbères seraient des descendants de Cananéens ou que le personnage de Dihya el Kahina serait d’origine juive a été largement réfutée par les historiens Abdelmajid Hannoum et Gabriel Camps. Malgré le mouvement berbériste qui cherche à s'affranchir du joug de la culture arabo-musulmane, en mettant en avant les origines juives des Berbères ou l’origine berbère des Juifs nord-africains, il faut se rendre à l’évidence et ne pas prendre des mythes pour des vérités historiques. Malgré la sympathie que ressentent actuellement les Juifs d’Afrique du Nord pour certains de ces mouvements représentés dans le Web, les Juifs nord africains, dans leur grande majorité, ne seraient donc pas des Berbères convertis mais principalement des anciens Israelites et Judéens émigrés de leur pays, avant et surtout après la révolte contre les Romains.


Dernièrement, Shlomo Sand dans un livre pamphlétaire prôna l’inexistence d’un peuple juif qui à son avis fut inventé de toute pièce par le mouvement sioniste. Ce qui assez dissimulé dans son livre c’est  le fait qu’il ne fait que répéter ce qu’avaient déjà dit quasiment tous les historiens du peuple juif  bien avant lui. En outre, aucun historien sioniste n’a jamais prétendu que les origines des Juifs étaient ethniquement, biologiquement  ou génétiquement exclusives ou que tous les Juifs devaient obligatoirement avoir des ascendants remontant aux populations des royaumes d’Israël et de Juda.Les brassages constants de populations à travers les siècles ont effacé toute possibilité d’évoquer une définition à base ethnique du peuple juif et de quasiment toutes les populations des états-nations actuelles. Il serait aussi ridicule, comme essaient de le faire certains généticiens peu scrupuleux de la rigueur scientifique,  de vouloir prouver à tout prix l’existence d’un dominateur génétique commun à tous les Juifs du monde actuel.


Durant tout le Moyen âge, l’Afrique du Nord et l’Espagne ne formaient qu’un seul domaine culturel et les lettrés juifs à l’époque voyageaient  facilement d’une communauté à l’autre. Ce brassage de population ne permet plus de distinction ethnique entre les Juifs d’Espagne et ceux de l’Afrique du Nord. Cependant, avec l’expulsion des Juifs d’Espagne et du Portugal, après 1492, les Juifs de la péninsule ibérique, devenue chrétienne, émigrèrent en partie en Afrique du Nord et composèrent une communauté distincte par ses origines et son particularisme. On les appelle les megorashim, les expulsés, par rapport aux toshabim, les autochtones, termes que l’on retrouve principalement dans les actes de mariages, les ketubot. Grace à ces nouveaux venus qui constituèrent une aristocratie locale, le dialecte judéo-arabe marocain, dans toute sa diversité, est encore truffé d’espagnol dans le domaine lexical. Jusqu’au XIXe siècle, on continua même de traduire à Meknès dans des textes du droit juif, dans les responsa (les she’elot u-teshubot), certains termes de l’hébreu en espagnol, pour qu’ils soient mieux compris par le lecteur.

 

Brève bibliographie

Camps Gabriel, Berbères, mémoire et identité, Actes Sud, Paris 2007, publié précédemment aux éditions Errance, 1987.

Hannoum Abdelmajid, « Historiographie et légende au Maghreb : la Kâhina ou la production d'une mémoire », in L’invention historiographique, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 54e année, n° 3, mai, juin 1999, p. 667-686.

Le Bohec Yann, « Bilan des recherches sur le judaïsme au Maghreb dans l'Antiquité », Espacio, Tiempoy Forma, Série II, H. Antigua, t.6, 1993, p. 551-566.

Oufkir Raouf, Kahena la princesse sauvage, Tome I, L'impératrice des songes, Flammarion, Paris 2010

Sand Shlomo, Comment le peuple juif fut inventé, Fayard, Paris 2008

Sartre Maurice, L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C. – 235 après J.-C.), éd. Le Seuil, Paris 1991

Schroeter J. Daniel, La découverte des Juifs berbères, in Relations Judéo-Musulmanes au Maroc : perceptions et réalités, edited by Michel Abitbol, Éditions Stavit, Paris 1997, p. 169-187

Wexler Paul,The Non-Jewish Origins of the Sephardic Jews,  State Universityof New York, Albany1996

 

Texte d’une conférence à Marseille le Mercredi 5 mai 2010 à 19h30, Au Centre Culturel Edmond FlegJUDAÏ-CITE, 4 Impasse Dragon 13006 Marseille, diffusé à Radio JM à cette occasion

 

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur « Enregistrer les paramètres » pour activer vos changements.

Que la majorité des berbères judaisés aient été convertis au christianisme et à l'Islam semble assez logique. Néanmoins, les berbères judaisés ont du se mélanger en partie avec leurs voisins judéens. Donc il semble logique qu'il y ait une petite composante berbère chez les juifs d'Afrique du nord et une petite composante juive parmi les Imazighen.

Publié dans Société

Partager cet article

Repost 0

Deux escrocs belges en vol plané à Tit Mellil

Publié le par www.lecanardlibere.com

 

Piltain.jpg

Malgré la découverte du pot-aux-roses et l’atterrissage de l’affaire devantde l’affaire devant la justice en mai dernier (Voir Canard Libéré n° 263), Pitlain Tech continue à sévir en dispensant dans l’illégalité totale des cours de pilotage en ULM (Ultra léger motorisé) à l’aéroport de Tit-Mellil. En effet, cette enseigne, montée par deux Belges il y a quelques années, dégage un parfum d’escroquerie car elle n’est pas autorisée par la direction de l’aviation civile (DAC) dépendant du ministère du Transport pour dispenser une quelconque formation en ULM au Maroc. Or, une petite recherche auprès des services de l’OMPIC confirme les soupçons : Pitlain Tech n’existe pas. Plus grave encore, un numéro de registre de commerce (RC) figure dans ses papiers à en-tête. Pire, les deux compères sont même parvenus à ouvrir un compte société auprès d’une banque à Mohammedia.


Les promoteurs de cette imposture continuent à faire la pêche aux victimes sur le Net où ils animent une page facebook tout en prétendant détenir l’autorisation de la DAC. On peut lire sur le site internet de Pitlain (photo) qui fait ouvertement la promotion de l’ULM cette plaisanterie : « Nous travaillons avec les autorités pour permettre le développement de l'ULM,  ainsi que la formation et la délivrance d'une licence ULM au Maroc ». Mais quelles autorités ? Le site nous gratifie d’une autre phrase non moins mystérieuse : «Le pilotage d’un ULM au Maroc requiert une licence ULM marocaine qui peut être obtenue par équivalence d’une licence ULM française auprès de la DAC». En bas de la page de garde, cette annonce en gras souligné couleur violet : «!!! NEWS : Autorisation Travail Aérien !!! ». En cliquant sur le lien, on s’attend à tomber sur les autorisations d’exercice par Pétlain de l’ULM au Maroc.

Du Pipeau. Le lien renvoie à une autre page…

La suite sur www.lecanrdlibere.com

Partager cet article

Repost 0

Marrakech : Quand la police cherche minuit à 14 heures !

Publié le par Karim El Maghribi

http://www.lesoir-echos.com/wp-content/uploads/Narjis-et-Mansouri.jpg

Après avoir raflé en septembre 2011 les trois sièges réservés à la province de Rhamna à la chambre des représentants, et  occupé le fauteuil convoité de la mairie de Marrakech en la personne de Mme Fatéma Zahra Mansouri, le PAM remplie au conseil de région de Marrakech Al Haouz avec la victoire d’Ahmed Touizi. Le secrétaire général régional du parti authenticité et modernité a été élu, mardi 18 septembre, nouveau président du conseil de cette importante institution, pour trois années,  en remplacement de Hamid Narjisse (photo), également affilié au PAM, et oncle de Fouad Ali El Himma, le fondateur du parti du tracteur.

 

Touizi  a récolté 56 voix  contre 37 pour  l’Usfpéiste Abdelali Domou, sur un total de 103 des voix exprimées, dont  10 ont été annulées.

 

« Cette victoire prouve que le parti travaille et va de l’avant » a déclaré Fatéma Zahra Mansouri,  la mairesse de la cité ocre, qui a salué l’élection de Touizi comme il se doit avec des yoyos (à défaut des castagnettes). Authenticité oblige !


Toutefois, cette victoire du PAM dans son fief risque de connaître quelques suites judiciaires que toute feuille de chou qui se respecte ne manquera pas de faire son beurre… because la plainte déposée par un responsable local de l’USFP à Marrakech contre Touizi, qu’il a accusé de violer le règlement qui prévoit la fin de la campagne électorale lundi à minuit pile. Pas une seconde de plus ! Top chrono !

 

Selon certaines sources bien parfumées, la police qui a rappliqué dare-dare (et zenga zena) au siège du PAM à Marrakech aurait constaté, à minuit et 30 minutes, la présence de quelque 50 députés du PAM autour d’un dîner en train de discuter de la distribution des postes (touiza en marocain, mais sans jeu de mots)*  au conseil de la région en cas de victoire de leur candidat Touizi.

 

Mais ce dépassement de 30 minutes des délais est certainement à mettre sur le compte de Benkirane qui a eu la mauvaise idée d’ajouter une heure à l’horaire légal du royaume. En effet, c’est était à 23h30 GMT que la police est arrivée et comme les Marrakechis marchent et carburent au soleil (qui est toujours à sa place, lui il n’a pas la bougeotte) les dîneurs n’ont pas pu entendre minuit sonner. Les pauvres !

 

(*) Mot ayant un lien avec la campagne : lors des travaux de moisson à la faucille, plusieurs agriculteurs moissonnaient le champ de chacun et à tour de rôle. Après la moisson, idem de l'abattage avec le rassemblement de plusieurs chevaux et mulets. Kif-kif pour les labours et les semences. Et aussi pour les tracteurs...

Publié dans On en parle

Partager cet article

Repost 0

Qui cherche à brouiller la France avec le Monde arabe ?

Publié le par Abdelkarim Chankou

http://www.lematin.ma/files/2012/09/Sar_Lalla_Meryem_Louvre.jpg

Certains ont crû que la lune de miel entre la France et le monde arabe s’arrêterait avec le retour des socialistes à l’Elysée. Erreur de calcul. D’autant que le rapprochement entre Paris et les capitales arabes, une tradition sous la Ve république, a même pris un bon coup de fouet en mai 2012, et à part quelques frictions, plutôt médiatiques, dont la polémique sur la délocalisation d’un service d’appels téléphoniques  francilien au Maroc, la danse du ventre bat son plein entre l’Hexagone et le Monde arabe. Et cette lune de miel aurait un goût de fiel pour certains adversaires politiques de la Gauche républicaine et leurs prolongements par continuité en dehors des murs français.

 

Mais comme du gros grabuge il y en a toujours à l’approche d’importantes échéances électorales, du rififi du même gabarit se manifeste souvent au faîte d’une entente «concordiale» entre deux parties, deux nations, deux mondes. L’apogée, ici, c’est l’inauguration en grande pompe du département d’arts islamiques au Louvre en présence du Président de la république François Holland et plusieurs princes et princesses arabes et islamiques, un projet qui a nécessité un gros budget (et des années de labeur et de nombreux chefs d’œuvre) auquel certains Chefs d’Etat arabes ont généreusement participé dont le Roi du Maroc.  Une occasion inespérée, doublée des Fêtes juives du Nouvel an et du Kippour. Il fallait donc s’attendre au petit grain de sable qui viendrait gripper la machine du rapprochement. Le grippage est là et il est sorti de ce «talon d’Achille» des démocraties occidentales qu’est la sacro-sainte liberté de blasphémer tout ce qui touche ou sent le sacré y compris  les morts et aussi les maures…

 

Et last bu not least, quels que fussent les crimes ou les délits que les détracteurs de l’Islam pensent -ou veulent faire croire- que Mahomet a commis, il faut bien se rendre à l’évidence que ce dernier est mort depuis 14 siècles quand bien même les délais de prescription de l'action publique varient en France de 3 à 10 ans.

Publié dans Regard

Partager cet article

Repost 0

Syrie : Les sanctions soudent le régime Assad, les Tchétchènes à la rescousse des rebelles

Publié le par ttu.fr

Syrie : l’enlisement politique et militaire (Titre d'origine)

Le conflit syrien risque de prendre une tournure nouvelle avec la montée en puissance d’une faction dure au sein de la communauté alaouite, qui soutient majoritairement le clan Assad. Selon les services de renseignements occidentaux, cette faction pourrait mener un coup d’Etat contre le président Bachar el-Assad, jugé trop timoré, afin de mater la rébellion par des moyens militaires accrus.


Ce scénario, s’il se réalise, provoquerait une scission au sein de l’armée, qui compromettrait tout effort de transfert du pouvoir par la négociation et rééditerait l’expérience irakienne. Certaines fractions de l’opposition syrienne parient sur un tel coup d’Etat, qui entraînerait à court terme un effondrement du régime, ôtant à la Russie et à la Chine toute justification de poursuite de leur soutien.


Tout cela ne plaide pas pour une solution politique, alors que les puissances occidentales, notamment les Etats-Unis et la France, n’ont pas les mêmes priorités. Ainsi, alors que Paris pousse le Conseil national syrien (CNS) à former un gouvernement transitoire, qui recueillerait une large reconnaissance internationale, Washington veut obtenir avant tout une unification des forces d’opposition, et l’élargissement du CNS à d’autres composantes. L’administration américaine a accueilli à Washington des personnalités de l’opposition étrangères à ce Conseil, alors que la diplomatie française continue à considérer le CNS comme son unique interlocuteur.


Parmi les projets actuellement en cours figure la constitution d’un pouvoir mixte civil et militaire, composé d’un conseil militaire représentant l’armée syrienne, qui serait garant des alliances régionales et internationales du pays, et un organe des forces de l’opposition qui formerait un gouvernement civil chargé de conduire la transition jusqu’au retour de la paix et l’organisation d’élections libres. Mais les sanctions imposées à des personnalités du régime ont eu pour effet de souder celui-ci et de limiter les défections au sein de l’armée et des services de sécurité. De même, les contacts menés par les pays occidentaux avec des franges du pouvoir de Damas ont poussé le président Bachar el-Assad à prendre des mesures radicales à l’encontre de certains responsables des services de sécurité et de l’armée.


Sur le plan militaire, alors que le conflit se prolonge, les observateurs signalent une baisse d’intensité des opérations militaires au cours des trois dernières semaines, en dépit d’un nombre toujours important de victimes civiles, surtout à Alep, où se sont récemment concentrés les combats. Ce qui serait dû à l’état de grande fatigue des combattants des deux bords, ceux de l’opposition souffrant, en outre, de l’infériorité de leur armement. En face, les forces du régime veulent préserver leurs capacités, soumises à rude épreuve, en dépit de l’aide logistique iranienne et du soutien diplomatique russo-chinois. L’armée a ainsi cessé d’utiliser ses avions Mig et Sukhoi, pour éviter toute friction avec les Russes, les remplaçant par des avions d’entraînement avancé et d’appui feu L-39 Albatros.


De même, les observateurs n’ont pas relevé l’utilisation d’hélicoptères d’attaque Mi-24 dans les combats à Alep, tandis que les hélicoptères de transport Mi-8 continuent à servir dans les opérations de reconnaissance et de surveillance des déplacements des membres de l’ALS. Un seul engin de ce dernier type a été vu tirant des roquettes air-sol dans la région d’Alep. En revanche, les forces du pouvoir font un usage intensif des techniques de détection électro-magnétique pour suivre les déplacements des combattants rebelles qui utilisent des téléphones cellulaires, ce qui explique qu’elles n’aient pas coupé les communications téléphoniques mobiles. Pour sa part, l’opposition a commencé à mettre en œuvre un nouveau centre opérationnel en territoire jordanien, le second après celui basé en Turquie. Enfin, on signale la présence de 300 à 1 000 combattants tchétchènes dans le nord de la Syrie, pour encadrer les rebelles. Ce qui augmente les capacités militaires de l’opposition. La plupart de ces Tchétchènes ayant été embrigadés à partir de la Jordanie, de l’Arabie Saoudite et de la Turquie.

Publié dans Analyse

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>