Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une structure pour améliorer l'autonomie des malades d'Alzheimer opérationnelle à Essaouira en avril 2015

Publié le par aujoudhui.ma

Alzheimer : Une plate-forme de recherche sera opérationnelle à Essaouira (Titre d'origine)

La première plate-forme marocaine d'accueil, de soutien et de recherche sur la maladie d'Alzheimer sera opérationnelle à Essaouira en avril prochain. 


Aujourdhui.ma | 24-09-2014 01:27:12
Par ALM

Alzheimer

Ne pas les oublier...
 

C’est ce qui a été annoncé à Monaco, à l'occasion de la célébration de la 20ème journée mondiale de la maladie d'Alzheimer.

Intervenant lors d'un dîner de soutien présidé par le Prince Albert II de Monaco et auquel a pris part André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et Président Fondateur de l'Association Essaouira-Mogador, Mme Catherine Pastor, Présidente de l'Initiative Méditerranéenne sur la maladie d'Alzheimer, s'est félicitée du partenariat de sa Fondation avec l'Association Essaouira-Mogador, l'Association Sud-Maroc Alzheimer, présidée par le Professeur Kissani, Directeur du département neurologique de l'Hôpital Mohammed VI à Marrakech et l'Association Coeur de Gazelles à l’origine  de ce centre pilote à Essaouira.

Ce  centre aura cinq fonctions. Il sera question d’offrir des Consultations Mémoire pour repérer, orienter et accompagner les malades et leurs familles.  Cet établissement fera également office de Centre de Recherche et d'Expertise pour développer la recherche médicale et aider à une meilleure connaissance de cette maladie au Maroc,

Il servira de plate-forme d'accueil d'écoute et d'information. Autre fonction : proposer un lieu de vie et de stimulation pour aider et améliorer l'autonomie des malades. Et enfin ce sera un espace convivial pour contribuer à l'insertion sociale des personnes malades.

Le Professeur Kissani, en liaison avec l'équipe de neurologie de l'Hôpital Mohammed Ben Abdallah à Essaouira, assurera le contrôle médical et scientifique du Centre avec le soutien des différentes institutions mobilisées par la Fondation Méditerranéenne sur la maladie d'Alzheimer, basée à Monaco.

Partager cet article

Repost 0

Tolérance : André Azoulay honoré à Cologne

Publié le par atlasinfo

Culture & Médias

André Azoulay reçoit le prix 2014 pour la Tolérance de l’Académie européenne des sciences (Titre d'origine)

Mercredi 24 Septembre 2014 modifié le Mercredi 24 Septembre 2014 - 22:20

M. André Azoulay, Conseiller du Roi du Maroc et président de la Fondation Euro-méditerranéenne Anna Lindh, a reçu, lundi à Cologne (ouest de l’Allemagne), le prix 2014 pour la Tolérance décerné chaque année par l’Académie européenne des sciences.

 
André Azoulay reçoit le prix 2014 pour la Tolérance de l’Académie européenne des sciences
Azoulay, un combat inlassable pour les les causes humaines
Intervenant à cette occasion, M. Azoulay a noté que “dans un temps et dans un espace qui sont trop souvent ceux de la fracture, du repli et de l’exclusion”, le Maroc est, encore une fois, “reconnu et célébré pour sa résistance à toutes ces régressions”.
S’exprimant devant un parterre de personnalités du monde académique, scientifique et politique venues de plusieurs pays européens, M. Azoulay, citant le philosophe hollandais Spinoza, a souligné que “la peur de l’autre, la haine et le racisme sont des passions tristes”, insistant qu’”il ne fallait à aucun moment baisser la garde et accepter que nos religions, nos civilisations et nos histoires respectives soient prises en otages, stigmatisées par les uns ou instrumentalisées par les autres”.
Mercredi 24 Septembre 2014 - 13:49
Atlasinfo
1 2 3 4 5 Notez
           

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi la femme fait courir Benkirane

Publié le par Abdelkarim Chankou

Depuis ces derniers mois, le chef du gouvernement et du PJD Abdelilah Benkirane semble avoir trouvé un bon filon d’or qu’il ne veut plus lâcher. Il ne rate plus une seule occasion pour répéter ce qui est désormais l’idée de sa vie : « La femme doit rester au foyer. » Elle  la compare même à « un lustre qui illumine le foyer !»

Pourquoi cet entêtement de Benkirane à répéter la même chose quand celle-ci a lui a valu une levée de bouclier quasi générale de la part des associations féminines et des ONG des droits de l’homme ?

La raison de cet acharnement à provoquer les femmes marocaines  modernes qui travaillent en dehors du foyer pour s’assurer une indépendance financière  est aussi évidente que sournoise ; dans ce sens qu’elle cache un dessein purement électoraliste.  Benkirane est convaincu que sa vraie réserve électorale se trouve dans ces millions de femmes qui partagent soin idée que la place naturelle de la femme marocaine est dans la cuisine et la chambre à coucher. Les autres elles sont ultra minoritaires et s’agglutinent autour de l’axe Casa-Rabat.

Benkirane ne s’est point trompé sur ce point. En effet de plus en plus de femmes marocaines même celles qui sont détentrices de diplômes universitaires rêvent d’un mari qui les prend en charge financièrement en leur permettant  de vivre tranquillement entre les quatre murs du foyer. Ce retournement de tendance a plusieurs causes. Dont le fait que le nombre de femmes qui lisent deux à trois magazines féminins par semaine en collant à la télé plusieurs heures par jour à regarder des feuilletons mexicains doublés en arabe dialectal a considérablement grandi depuis 10 ans. Or au bureau ou à l’usine aucune femme sauf de très rares exceptions ne peut jouir de ce type loisir sous peine d’être mise à  la porte  sans aucune indemnité. Autre cause : « femme au foyer » ne signifie pas forcément que l’épouse est condamnée à s’interner au domicile 24h/24 : en réalité, une bonne partie de celles qui choisissent le foyer et le hijab possèdent grâce à leurs maris ou parents de belles voitures avec lesquelles elles meublent le temps entre un magazine et un téléfilm par des petites virées dans les boutiques de mode où les salons de coiffure…

Que demande le peuple ? Que demande Benkirane ? Le jour « J », au lieu qu’une de ces femmes bien «entretenues» par son mec passe la matinée à flâner dans les  supermarchés, elle peut rendre visite pour quelques minutes à un bureau de vote où elle glissera un bout de papier dans l'urne tout en formulant le vœu que les conditions d’une telle belle vie s’éternisent... et surtout se généralisent ...

Allah Akbar !

Publié dans Opinion

Partager cet article

Repost 0

L'alimentation méditerranéenne, une amie de la santé humaine

Publié le par Harissa.com

Les bienfaits de l'alimentation méditerranéenne (Titre d'origine)

Les maladies coronariennes font deux fois plus de victimes dans le Nord de la France que dans son Sud.

La cuisine méditerranéenne est plus qu'à la mode : des études ont montré qu'elle assurait le bon fonctionnement de notre organisme et une meilleure espérance de vie… Mais de quels aliments se compose t-elle exactement ? Et quels sont leurs bienfaits ?

Six ingrédients-clés

Les bienfaits pour la santé de la cuisine provençale sont ceux, récemment découverts par la science, de la cuisine méditerranéenne. En effet, les pays bordant la Méditerranée, bien qu'ils offrent des plats différents, utilisent les mêmes ingrédients pour les concocter. Et c'est la consommation quotidienne et variée de ces ingrédients qui assure un bon fonctionnement de notre organisme et une plus grande espérance de vie.

C'est l'épidémiologiste américain, Ancel Keys, qui, dans les année 50, après des années de recherche sur l'alimentation de sept pays (Etats-Unis, Finlande, Grèce, Hollande, Italie, Espagne, Yougoslavie), a découvert les bienfaits de l'alimentation méditerranéenne, et plus particulièrement de l'alimentation crétoise. Il a remarqué que le taux de cancers et de cholestérol, les maladies cardiovasculaires et le stress étaient quasi inexistants dans les pays méditerranéens.

Les résultats de l'étude ont montré que le taux de mortalité des suites de maladies coronariennes en Finlande s'élevait à 97 %, contre 4 % en Crête. De plus, ils ont montré que les maladies coronariennes faisaient deux fois plus de victimes dans le nord de la France que dans le sud. Premier facteur de cette performance : la nature des ingrédients employés dans les cuisines locales.

Voici les principaux ingrédients entrant dans la composition des plats méditerranéens, et les éléments essentiels et bons pour notre organisme qu'ils contiennent.

L'huile d'olive est riche en acides gras mono-insaturés qui ont la propriété de réduire le taux de "mauvais" cholestérol.

Les poisson et les crustacés (anchois, merlan, rouget, sardine, moules, crevettes…) sont riches en oméga 3, acide gras poly-insaturé qui a aussi le propriété de réduire le taux de "mauvais" cholestérol.

Les fruits et légumes frais (abricot, pêche, datte, aubergine, tomate, poivron…) sont riches en fibres, vitamines et minéraux, éléments qui ont presque disparu des aliments en conserve. 

La viande blanche (lapin, poulet, agneau, mouton…) est moins calorique que la viande rouge. Les Méditerranéens consomment cette dernière en faible quantité.

Les fromages de chèvre et de brebis sont plus maigres que les autres. Par ailleurs, feta, ricotta et mozzarella sont riches en ALC, un antioxydant naturel.

Les graines (noix, noisettes, amandes, pignons…) sont riches en fibres, vitamines et minéraux.

Les céréales (blé, orge, riz…) sont la meilleure source de fibres, elles contiennent aussi des vitamines et des minéraux.

Le vin rouge ou le "french paradox", le fait que les Français ont moins de problèmes cardio-vasculaires que les autres, alors qu'ils consomment davantage de vin. Des études ont montré que le vin rouge est riche en polyphénols, anti-oxydants naturels qui réduisent le taux de mauvais cholestérol. Il ne faut cependant pas excéder les trois verres de vin par jour, car au-delà, d'autres maladies peuvent se développer.

Trois facteurs bienfaisants 
L'alimentation méditerranéenne est pauvre en graisse animale et en sucre rapide, mais elle est riche en fibres, en oméga 3 et en antioxydants.

Les fibres réduisent le taux de mauvais cholestérol, stabilisent le taux de glycémie (important chez les diabétiques), améliorent le transit intestinal et procurent un effet de satiété, réduisant les risques de grignotage entre les repas.

Les oméga 3 sont des acides gras essentiels que notre corps ne fabrique pas et qu'il est donc important de puiser dans l'alimentation (poisson, huile végétale, noix…). Ils réduisent le taux de mauvais cholestérol, participent à la fluidité du sang et donc réduisent les risques de maladies cardiovasculaires. Ils agiraient même contre le stresse et l'anxiété.
Selon l'étude Epic (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) lancée en 1991, le risque de cancer du côlon baisse significativement pour les amateurs de poisson, alors qu'il augmente pour les gros consommateurs de charcuteries.

Les antioxydants aident notre organisme à lutter contre le dépôt de cholestérol sur les parois des artères, et donc à lutter contre les maladies cardiovasculaires. De plus, les antyoxydants agissent contre le vieillissement cutané, la peau étant agressée par des radicaux libres liés au tabac et au soleil.
Toujours selon l'étude Epic, l'incidence des cancers aéro-digestifs serait réduite de 50 % par une consommation quotidienne de 500 g ou plus de fruits et de légumes.
 

harissa.com

Partager cet article

Repost 0

L’EIIL n’est qu'une mutation cancérisante de la dissidence en Islam

Publié le par Karim El Maghribi

Le Levant (Cham) et l'Irak, toxines mutagènes d'un cancer généralisé si pas traité radicalement et rapidement.

Depuis la fin de la période préislamique, dite Al Jahilya (l’Ignorance), l’islam a connu des hauts des bas, des succès et des coups bas. Et pas toujours de la part des nations et peuplades non arabes : les coups les plus durs sont donnés par les Arabes eux-mêmes. Guerres tribales, assassinats religieux et politiques où des villages et des récoltes ont été brûlées, des eaux de boisson empoisonnées, des leaders poignardés en pleine prière dans les aires sacrées des mosquées… Si Youtube et Facebook existaient en Arabie du VIIe siècle de l’ère chrétienne les internautes auraient été aussi horrifiés que de nos jours avec ce  qui se passe en Syrie et en Irak, ces vidéos horribles montrant des combattants ou des journalistes décapités au couteau par des djihadistes enrôlés sous diverses bannières dont celle de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) est la plus célèbre.

Selon une vérité, communément admise et attestée par plusieurs théologiens dont je me garderai bien de nommer (ne serait-ce que pour éviter de tomber dans le piège du  « religieusement correct »), le kharijisme est avec le sunnisme et le chiisme l'une des trois principales branches de l'islam.

La communauté des Kharidjites doivent leur appellation de « khawarij » à une période cruciale de l’histoire des premier temps de l’islam. Cette appellation   a été choisie par Ali, le cousin du Prophète Mohammed, pour désigner tout mouvement musulman contestataire, sans qu’aucun compte ne soit tenu de leurs revendications ni de leurs méthodes, fussent-elles radicalement opposées.

Historiquement la branche kharidjite, au départ embryonnaire, prit de l'ampleur et de l’importance à cause du rejet de l'arbitrage entre Ali et Muâwîya ibn abi Soufiane à l'issue de la bataille de Siffin qui les avait opposés en 657 de l’ère chrétienne. Cette bataille fratricide entre musulmans avait été meurtrière et Ali dut se résigner à l’idée d'un arbitrage pour arrêter le bain de sang. Les traditions orales populaires parlent de flots de sang ayant arrivé jusqu’aux cous des chevaux (1) ! En principe les kharidjites, partisans d'Ali, se sont retirés et ont condamné les deux camps. Ils ont reproché à Ali de s'être soumis à un arbitrage car « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu ».

Le clan rebelle était, du point de vue kharidjite, celui de Muâwîya qui aurait dû s'incliner devant Ali.

Face  à la communauté des  kharijites et celle de ceux qui sont restés fidèles à Ali, la branche principale de l’islam : « Ahl sunna wa al jamaa - أهل السنة والجماعة " ce qui peut se traduire par « les gens de la sunna et du consensus ».

Selon l’imam Tajeddine Ibn As Subki sont unanimes en ce qui concerne l'obligatoire, le permis et l'impossible pour Allah, même s’ils ont utilisé des méthodologies et des fondements différents pour y  arriver. Grosso modo, trois subdivisions  forment « Ahl sunna wa al jamaaa :

a) Les gens du hadîth (ahl al hadîth). Leurs principes fondamentaux sont les preuves philologiques tirées de la révélation;

b) Les gens de l'examen rationnel (ahl un nadhar al aqqli). Ce sont les Acharites et les Hanafites;

c) Les gens de l'extase et du dévoilement (ahl al wijdan wal kachf), ce sont les Soufis.

Cette branche principale et dominante Ahl sunna wa al jamaa qui se définit comme la voie pour un islam des pères fondateurs et des apôtres (sahaba) du Prophète s’appuie sur un passage coranique pour écraser toute rébellion et dicter se doctrine aux minorités. L’inverse étant aussi vrai. C'est ce passage  même du Livre saint de l'islam qui a permis à Muâwîya et ses compagnons et l'emporter sur Ali et ses troupes. Il s'agit du texte suivant :

« Si deux partis de croyants se combattent, rétablissez la paix entre eux.  Si l'un se rebelle encore contre l'autre, luttez contre celui qui se rebelle.  Jusqu'à ce qu'il s'incline devant l'ordre de Dieu. »

-Le Coran, Al-Hujurat (Les Appartements), XLIX, 9.

Mais le monde arabe et musulman d’aujourd’hui, engagé dans la spirale infernale de la mondialisation avec ses cortèges de luttes des classes, de raréfaction des ressources hydriques et énergétiques fossiles, de famines, de maladies meurtrières, de chômage endémique, d’athéisme rampant, de « printemps arabes », de népotisme, d'ignorance, de misère…, ne peut plus se permettre de vivre une autre histoire de dissidences comme celles de jadis. Désormais le mot d’ordre et à l’union sacrée face aux «dangers» qui menacent la umma… Dont l’EIIL et assimilés. Seulement c’est une partie très difficile. L’EILL est un cancer qui sera long à éradiquer, ainsi l’a qualifié judicieusement le président Obama dans son dernier discours à la Nation. Un cancer d’origine mutationnelle qui a déjà dépêché et placé ses sentinelles et métastases partout dans le monde arabe et aussi non arabe... Si bien qu’un nettoyage post éradicateur risque de provoquer de graves dégâts latéraux, entre autres le risque de fragiliser les ordres établis au sein de la grande sphère qu’est Ahl sunna wa al jamaa. Qu’à Allah ne plaise ! En tout cas ...

  1.  Métaphore probablement syncrétique : Les  récits sur les conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie évoquent aussi des «mers» de sang ayant arrivé jusqu’au cou des montures.
Abou Bakr Al Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EILL (tel qu'l est présenté dans les médias)

Abou Bakr Al Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EILL (tel qu'l est présenté dans les médias)

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Le Maroc un pont pour les entreprises coréennes vers l'Afrique

Publié le par lematin.ma d'après MAP

Maroc-Corée : «Une plate-forme commune privilégiée» (Titre d'origine)

Publié le : 4 septembre 2014 - MAP

 
Azoulay_Seoul.jpg«La capacité de notre pays à proposer à ses partenaires, un espace de raison, de cohérence et de consensus national autour des valeurs les plus éclairées de l'Islam», c’est ce qui a souligné André Azoulay. Ph : MAP

André Azoulay a mis en relief, à Séoul, la profondeur et la légitimité du leadership de S.M. le Roi, en Afrique et en Méditerranée.

L'exceptionnel momentum marocain en Afrique et sur la scène internationale, crée une opportunité historique pour la Corée et ses grandes entreprises pour forger avec le Maroc et à partir du Maroc, un partenariat stratégique de la nouvelle génération et de dimension régionale et continentale, a déclaré à Séoul André Azoulay, conseiller de S.M. le Roi.

Invité du gouvernement coréen pour un voyage d'études du 25 août au 1er septembre, André Azoulay s'est notamment exprimé devant une assemblée de diplomates coréens réunis au siège de leur ministère pour débattre avec le conseiller de S.M. le Roi du thème «Choc des civilisations ou choc des ignorances, leçons et enseignements des réalités et des choix de la société marocaine». 

«Dans un espace régional en pleine mutation et dans un contexte international traversé par le doute et les tentations de la fracture, le Maroc, au sein de la communauté des Nations, est plus que jamais emblématique de la résistance à toutes les régressions et à tous les archaïsmes», a rappelé André Azoulay en soulignant «la capacité de notre pays à proposer à ses partenaires, un espace de raison, de cohérence et de consensus national autour des valeurs les plus éclairées de l'Islam».

La stratégie pionnière et visionnaire mise en œuvre dans cette perspective par S.M. le Roi Mohammed VI, prend toute sa signification dans un temps et dans un espace où les relations internationales sont minées et fragilisées par l'instrumentalisation de toutes nos religions et souvent de toutes nos civilisations, a ajouté le conseiller du Souverain. 

 

«Croissance du futur»

 

Dans cette perspective et analysant les paramètres historiques, économiques et culturels qui fondent les choix structurels du Maroc, André Azoulay a mis en relief la profondeur et la légitimité du leadership de S.M. le Roi Mohammed VI, en Afrique et en Méditerranée notamment, des choix qui font du Maroc, la plate-forme privilégiée à partir de laquelle se dessinent des partenariats inédits, désormais basés sur la complémentarité, l'équité et la réciprocité des intérêts de chacun.

«Les grands champions mondiaux que la Corée a eu le talent de générer sur la scène industrielle, technologique et commerciale, doivent prendre la juste mesure de cette nouvelle donne pour développer, à partir du Maroc et avec le Maroc, les espaces de compétitivité et d'expansion qui détermineront la croissance du futur», a estimé pour conclure André Azoulay qui avait à ses côtés, le vice-ministre coréen des Affaires étrangères en charge du multilatéral ainsi que l'ambassadeur du Maroc à Séoul, Mohamed Chraibi.

Au cours de son séjour en Corée, le conseiller de S.M. le Roi s'est successivement entretenu avec le conseiller spécial de la Présidente de la République, en charge des Affaires étrangères et de la Sécurité ainsi qu'avec les vice-ministres des Affaires étrangères, du Tourisme et de la Culture, avant de rencontrer les principaux responsables des grands groupes coréens industriels et commerciaux.   

lematin.ma

Partager cet article

Repost 0

La lumière de l'islam d'Annahda plonge la Tunisie dans les ténèbres

Publié le par Benoît Delmas

Effondrement du système électrique tunisien (Titre d'origine)

 

Noir c'est noir ... il n'y a plus d'espoir...

Le black-out qui a plongé ce dimanche le pays dans l'obscurité a fait naître mille rumeurs et souligne le délitement de l'administration.

Aux alentours de 17 heures, dimanche 31 août, la Tunisie a été plongée dans le noir. Une coupure d'électricité d'envergure nationale a été constatée dans tout le pays, de la capitale Tunis jusqu'à la cité touristique d'Hammamet, de Tozeur à Sfax. Les coupures locales étant fréquentes, personne n'a pris conscience de l'ampleur de l'effondrement du système électrique national de Tunisie. La STEG, l'EDF national, a communiqué que la centrale de Ghannouch, dans le gouvernorat de Gabes (sud-est), a cédé devant une trop forte consommation liée à la canicule. Effet domino, le réseau tunisien a flanché. Clin d'oeil à la campagne électorale qui commence, les législatives auront lieu le 26 octobre prochain, Ghannouch est le fief natal du leader du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi. Cette panne à l'échelle d'un pays faisant suite aux déclarations alarmistes du ministre de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, et du ministre de la Défense, Ghazi Jeribi. Les deux hommes ont indiqué lors d'une conférence de presse conjointe que de "sérieux risques terroristes" risquaient d'ensanglanter le mois de septembre. Cette plongée dans la nuit de la Tunisie, faute d'électricité, a nourri les rumeurs et autres théories du complot. 

Effondrement de l'État

Cet événement illustre surtout l'affaiblissement de l'administration de la République de Tunisie. Un affaissement de l'État malgré les déclarations du Premier ministre Mehdi Jomaa voulant "remettre au travail la Tunisie". Cinq mois après sa nomination, le bilan est maigre. Ce technocrate élevé en France a été placé à la tête du gouvernement pour préparer la Tunisie aux élections, législatives puis présidentielles, ainsi qu'assurer la sécurité. Dans un contexte douloureux entre une Libye en capilotade et des régions du centre victimes du djihadisme, quinze soldats ont trouvé la mort en juillet dernier après une attaque d'un groupe revendiqué comme salafiste.

Dans un contexte régional complexe, de Tripoli au Caire, la frêle démocratie tunisienne compte désormais 95 listes candidates aux législatives. Et 34 candidats aux présidentielles de fin décembre. Cette nuit version watt alimente les soupçons de retour de l'ancien régime, d'intrusions étrangères (l'Algérie est pointée du doigt en interne par les islamistes tunisiens) et autres suppositions. Reste que ce dimanche 31 août, la STEG a démontré ses limites. Et prouvé que l'administration tunisienne est à bout de souffle. Plus qu'un complot contre la démocratie, la rupture de lumière pointe le délitement de la supposée puissance publique tunisienne. Vers 20 heures, la lumière est revenue, mais la rumeur ne s'est pas éteinte.

Benoît Delmas

Partager cet article

Repost 0