Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Remise du Prix de la liberté "Martin Luther King Jr-Rabbin Abraham Joshua Heschel", décerné à titre posthume à Feu SM le Roi Mohammed V

Publié le par MAP

SM le Roi Mohammed VI adresse un message à l'occasion de la remise du Prix de la liberté "Martin Luther King Jr-Rabbin Abraham Joshua Heschel", décerné à titre posthume à Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V.
SM le Roi Mohammed VI adresse un message à l'occasion de la remise du Prix de la liberté Martin Luther King Jr-Rabbin Abraham Joshua Heschel, décerné à titre posthume à Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V
Le texte intégral du message Royal dont lecture a été donnée par M. André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi
21 Décembre 2015
21 Décembre 2015
Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa a reçu ce Prix au nom de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Voici le texte intégral du message Royal dont lecture a été donnée par M. André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi :.
"Louange à Dieu,.
Prière et salut sur Ses Prophètes et Ses Messagers,.
Excellences,.
Monsieur le Président,.
Mesdames et Messieurs,.
Le rendez-vous que vous donnez ce soir au Royaume du Maroc est de ceux qui naturellement font l’histoire et écrivent en lettres de lumière, les plus belles pages du livre d’une humanité qui a su et qui sait encore résister aux vertiges de la fracture culturelle, religieuse ou sociale.
Arrêtons-nous un instant pour en prendre toute la mesure.
Sur les bancs de cette synagogue, au cœur de New-York et sur les hauteurs de Manhattan, ce sont le Révérend Martin Luther King Jr. et le Rabbin Abraham Joshua Heschel, rien de moins, qui du plus profond de leur éternité, voient leurs noms, leurs combats et leurs victoires associés à l’hommage qui est rendu ce soir à mon illustre Grand-Père, feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, que Dieu le Garde en Sa Sainte Miséricorde.
C’est à ces deux icônes historiques du Mouvement des Droits Civiques aux Etats-Unis que vous avez choisi d’identifier le Prix de la Liberté que vous venez de créer et dont le premier lauréat sera depuis ce soir et pour l’histoire, Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, héros vénéré de tous les Marocains et symbole pour tous les Peuples en quête de liberté et de dignité enracinées au plus profond de notre identité, une identité multiséculaire ouverte sur le Monde et que le Royaume du Maroc n’a de cesse de nourrir de la richesse de toutes nos diversités.
Mesdames et Messieurs,.
C’est précisément à ce Maroc du courage et de l’éthique la plus exigeante que vous avez décidé de rendre hommage ce soir en rappelant depuis New-York, que Sa Majesté le Roi Mohammed V, malgré un pouvoir bridé par les réalités implacables du protectorat de la France, alors sous occupation nazie, avait fait le choix de s’opposer à l’application aux citoyens marocains de confession juive, des lois racistes du gouvernement de Vichy.
Résistance Royale exemplaire, Résistance Populaire et Nationale emblématique de l’Islam des lumières qui a su depuis le Palais Royal à Rabat, prolonger la leçon et les enseignements du grand philosophe Ibn Rochd qui en son temps disait déjà que la Cité exprime ce qu’elle a de meilleur, quand ses Magistrats et d’abord le Premier d’entre eux s’identifient à ce qu’il y a de plus éclairé, et de plus élevé dans la nature humaine.
Monsieur le Président,.
Mesdames et Messieurs,.
Chacun comprendra aisément que m’exprimant devant vous en cette fin d’année 2015, ma lecture de l’honneur qui est fait ce soir au Royaume du Maroc ne se limite pas au rappel exaltant de l’exemplarité d’une page d’histoire écrite il y a plus de 70 ans.
Aujourd’hui, l’actualité et les leçons de cette page d’histoire s’imposent à nous plus que jamais pour mieux résister aux dérives mortifères de ceux qui prennent en otages nos cultures, nos religions et nos civilisations.
Nous sommes en effet dans un temps et dans un monde où l’imaginaire collectif de nos sociétés est trop souvent miné et gangréné par la régression et l’archaïsme et c’est en puisant dans la profondeur et la résilience de l’héritage que nous a légué mon Illustre Aïeul, Sa Majesté le Roi Mohammed V, que nous saurons ensemble partir à la reconquête de l’espace de raison et de respect mutuel qui a déserté beaucoup de nos rivages.
Ce devoir de mémoire, vous me permettrez de le souligner, a fait parfois défaut à une Communauté des Nations qui a souvent tourné le dos à la riche complexité de nos histoires respectives.
Lui rappeler comme nous le faisons ce soir, que ce sont des pays comme le Mien, au sein du monde arabo-musulman, qui ont su dire non à la barbarie nazie, contribuera assurément à un peu plus de discernement quand montent les clameurs de l’islamophobie et que se multiplient les amalgames les plus caricaturaux qui nourrissent une culture du rejet, de l’exclusion et du déni du savoir vivre ensemble.
Mesdames et Messieurs,.
Je voudrais conclure en saluant les centaines d’étudiants américains qui sont dans la salle et qui à l’initiative de Mr Peter Geffen, le Fondateur de KIVUNIM, l’organisation qui nous a rassemblés ce soir, ont choisi d’aller au Maroc pour étudier notre histoire, notre culture, apprendre l’arabe et se familiariser avec l’Islam.
Ces étudiants qui appartiennent en majorité à la Communauté Juive Américaine seront demain des acteurs différents au sein de leur société, différents et précieux parce qu’ils auront fait l’effort d’aller vers les autres, pour mieux comprendre nos traditions mêlées et solidaires, pour mieux préparer un autre futur, un autre destin commun riche des promesses d’une histoire dont ils auront compris au Maroc, qu’elle ne s’écrit pas seulement au passé.
Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh".

Partager cet article

Repost 0

La Cop 21, un bol d'air régénérant pour le Parti socialiste

Publié le par Abdelkarim Chankou

Jusqu’à samedi, en milieu d’après-midi, rares ceux qui auraient donné cher de la peau d’un parti socialiste affaibli par la concomitance de deux dernières estocades portées à son flanc droit ; d’une part, par le chômage qui ne cesse de croître, +1,2% en octobre, et d’autre part, par le score sans précédent réalisé par les candidats du Front National qui sont arrivés nettement en tête dans 6 régions de la France métropolitaines sur 13, à l’issue du 1er tour des élections Régionales du 6 décembre 2015. N’eussent été le formidable élan de solidarité et le profond sentiment d’union nationale, générés par les attentats du 13 novembre qui ont fait remonter considérablement les cotes de popularité du président François Hollande (passe de 22 % d'opinions favorables en octobre à 32 % en novembre) et son premier ministre Manuel Valls (43 % d'opinions favorables contre 36 % en octobre) la rose du 10 rue Solferino aurait accueilli ce mois de décembre avec la perte de sa dernière pétale. Puis miracle ! Vers 19h30, hier samedi 12 décembre, le président de la Cop21 Laurent Fabius, au bord des larmes, déclarera « adopté » l’accord pésenté en fin de matinée pour lutter contre le réchauffement de la planète. « Un accord sans précédent sur le réchauffement climatique a été officiellement adopté par 195 pays ce samedi soir, au terme de deux semaines de discussions en banlieue parisienne. », titre le Nouvel Obs. A partir de ce coup de marteau vert donné par un Fabius et comme par enchantement la rose se régénère et reprend ses couleurs ! Une aubaine pour le parti de Jaurès à 24 heures des résultats du second tour de ces Régionales, même si les sondages d’entre les deux tours donnaient perdants les Lepen.

Le PS ne reprend des couleurs et ses forces

qu’à l’occasion des grandes

causes nationales et internationales qui l’ont fait

Pourquoi donc cette inversion de la vapeur en faveur du Parti socialiste ? La réponse est dans l’histoire et la personnalité du parti. Lequel ne reprend des couleurs et ses forces qu’à l’occasion des grandes causes nationales et internationales qui l’ont fait. «(…) Le socialisme réserve ses grandes forces pour des grandes causes, pour la défense du pays, l’amélioration de la condition sociale des démunis et des travailleurs(…) » écrit notamment David Frapet dans « Le socialisme selon Léon Blum »* Voler au secours de la planète Terre et de ses habitants vulnérables et démunis, consacrer 90 milliards d’euros pour accompagner les pays pauvres dans la mise en œuvre de leurs programmes de reconversion énergétique est une de ces grandes causes comme l’est l’engagement armée de la France contre Daesh. Il reste le front de l’emploi. L’amélioration de la condition sociale des démunis et des travailleurs n’est pas une guerre aisée. Comme une tumeur maligne, une lutte efficace contre chômage requiert outre la chirurgie radicale un traitement chimique et radio assez précis pour ne pas léser le voisinage. Autrement dit ne pas trop appauvrir les riches en voulant enrichir les pauvres. That’s the question.

 (*)David Frapet (Préface par  François Hollande), mars 2003 – Editions Créer.

La Cop 21, un bol d'air régénérant pour le Parti socialiste

Publié dans Focus

Partager cet article

Repost 0

Comment venir à bout de l'Etat islamique

Publié le par YOSSI MELMAN/JPost(Fr)

« (…) C’est l’Arabie Saoudite qui a fabriqué l’Etat islamique. « Ce royaume est fondé sur une alliance avec un clergé fondamentaliste qui conceptualise, légitime et répand le wahhabisme, version ultra-puritaine de l’islam à laquelle Daesh se nourrit (…) »

« (… )»D’après les experts militaires, il suffirait de quelques divisions de blindés et d’artillerie soutenues par des frappes aériennes nourries, pour reprendre la plupart des territoires aux mains de l’Etat islamique(… )»

« (…) il est impératif d’accroître les capacités dans le domaine du renseignement. Il faut développer les missions d’infiltration et de recrutement au sein du groupe djihadiste lui-même et de ses cellules à travers le monde, et accélérer l’interception et le décodage de leurs communications. Comme on l’a vu avec les derniers attentats de Paris, les cellules dormantes de Daesh sont nombreuses(…) »

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Il est temps que les nations agissent de concert pour vaincre les djihadistes (titre d'origine)

Recueillement du président Obama devant le Bataclan

Recueillement du président Obama devant le Bataclan. (photo credit:REUTERS)

Ce n’est un secret pour personne. Tous les pays engagés dans la lutte contre l’Etat islamique – les Etats-Unis, l’Union européenne, les nations arabes, la Russie, et même la Chine – savent de quelle manière éliminer, ou, tout du moins, affaiblir le mouvement le plus barbare et le plus dangereux que le monde ait connu depuis le nazisme. Et pourtant. Bien que conscients des moyens à mettre en œuvre, ils refusent d’en faire usage. Persuadés que l’opinion publique n’est pas prête à voir des soldats sacrifiés sur le champ de bataille, il manque à ces leaders le levier essentiel d’une action efficace : la volonté politique.

L’émergence de Daesh

Daesh n’était encore, il y a quatre ans, qu’un groupe marginal qui retenait à peine l’attention des services de renseignement. Sa fulgurante ascension est une des conséquences collatérales des politiques menées par les deux dernières administrations américaines, persuadées que la démocratie serait une panacée pour tous les maux du Moyen-Orient. C’est dans cette perspective que Georges Bush a forcé Israël à organiser des élections dans les Territoires palestiniens. Résultat : le Hamas est monté au pouvoir à Gaza. C’est avec cette même conviction que l’ancien président a ordonné à ses troupes d’entrer en Irak, provoquant la destitution de Saddam Hussein et de son régime de terreur. Sauf qu’en lieu et place d’un véritable gouvernement démocratique, un gouvernement pro-iranien corrompu s’est installé au pouvoir, et a entraîné la désintégration du pays.
Barack Obama a, quant à lui, pris deux directions contradictoires. Il a certes marché dans les pas de ses prédécesseurs en prêchant la démocratie, mais s’est aussi écarté de la politique de George Bush en retirant les troupes américaines d’Irak, précipitant inexorablement le pays dans sa chute. Tandis que l’idéologie de l’axe du bien et du mal a entraîné le chaos irakien, les conceptions d’Obama ont contribué à l’éclatement de trois autres pays : la Syrie, la Libye et le Yémen. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché à caresser la bête dans le sens du poil. Dans son discours d’investiture, le président américain avait ainsi tenté de toucher les esprits et les cœurs musulmans en soulignant la richesse culturelle, historique et religieuse de l’islam. Idem en juin 2009, lors de son discours à l’université du Caire, événement organisé en coopération avec l’université islamique al-Azhar. Seulement le monde arabe, lui, ne l’entendait pas de cette façon. Le Printemps arabe en est le meilleur exemple : au nom de la démocratie, Barack Obama a apporté son soutien à la population arabe qui luttait pour renverser le président Moubarak, allié de longue date des Etats-Unis. Pour, au final, voir les Frères musulmans monter au pouvoir. Il aura fallu deux ans au peuple égyptien pour réaliser son erreur, et se ranger derrière un gouvernement dirigé par les militaires après un semi-coup d’Etat de l’armée. Ce qui s’est passé en Egypte n’est qu’un moindre mal. Car partout ailleurs dans la région, les conséquences de ces soulèvements populaires ont été de loin plus catastrophiques et dramatiques. Le renversement des gouvernements de Libye, de Syrie et du Yémen a ainsi laissé place à des guerres civiles sanglantes au sein de fiefs contrôlés par des fanatiques religieux, des terroristes et des gangs criminels.

Il est également important de souligner le rôle – largement occulté dans le discours public occidental – que joue l’Arabie saoudite dans l’expansion de l’islam radical. Dans un article récemment paru dans le New York Times, l’écrivain algérien Kamel Daoud met en relief la contribution majeure du royaume wahhabite à la progression de l’Etat islamique, et distingue le « Daesh noir » du « Daesh blanc ». Selon lui, le « Daesh noir » est celui qui égorge, lapide, coupe les mains, détruit l’héritage commun de l’humanité contenu dans ses trésors archéologiques, méprise les femmes et les non-musulmans. Le « Daesh blanc » lui, à savoir l’Arabie saoudite, fait exactement la même chose, mais en se montrant « mieux habillé et plus propre sur lui », c’est-à-dire en sauvant les apparences. Daoud affirme ainsi qu’en réalité, c’est l’Arabie Saoudite qui a fabriqué l’Etat islamique. « Ce royaume est fondé sur une alliance avec un clergé fondamentaliste qui conceptualise, légitime et répand le wahhabisme, version ultra-puritaine de l’islam à laquelle Daesh se nourrit », dit l’écrivain algérien. Ce radicalisme messianique, qui a vu le jour au XVIIIe siècle, prône l’instauration d’un califat au sein du désert, centré sur un livre sacré et deux lieux saints, Médine et La Mecque. Face à ces deux versions d’une même entité, Kamel Daoud affirme que l’Occident fait preuve d’hypocrisie, « faisant la guerre à l’un, et serrant la main de l’autre. »

De manière paradoxale, la lutte menée par les Etats-Unis contre al-Quaïda est également un facteur à prendre en compte dans l’émergence de l’Etat islamique. Car la guerre globale contre le terrorisme, décrétée par George Bush, a certes largement affecté l’activité du groupe islamiste, mais sans affaiblir ses idées. Ainsi, depuis l’assassinat de son fondateur et dirigeant, Oussama ben Laden, al-Quaïda est devenu un mouvement secondaire, qui a pratiquement abandonné le business de la terreur. Mais la politique des Etats-Unis, trop efficace en un sens, a eu un effet boomerang. De même que la nature n’aime pas le vide, le paysage de l’islam djihadiste ne le tolère pas non plus. C’est à la faveur de cette vacance qu’a émergé un groupe plus cruel encore, Daesh, porteur d’un mépris inégalé pour la vie humaine. Face à la désintégration de l’Irak, à la guerre civile en Syrie, à la fracture croissante entre sunnites et chiites et aux tensions entre l’Iran et l’Arabie saoudite, le leader de l’organisation, Abou Bakr al-Baghdadi – ancienne figure-clé d’al-Qaïda – a compris l’opportunité qui s’offrait de tirer son épingle du jeu.

Dégager un agenda commun

Ni les actions militaires, ni les manœuvres politiques, ne parviendront à modifier rapidement cette réalité complexe. Ceci dit, la communauté internationale a la possibilité à moyen terme, si ce n’est d’anéantir l’Etat islamique, du moins de réduire ses capacités et son influence, pourvu qu’elle fasse preuve d’une approche adaptée. Ce qui signifie avant tout de remiser au placard les promesses politiques creuses appelant à « vaincre le terrorisme », et d’opérer un virage à 360° au niveau de la stratégie militaire. Seule une révolution de cet ordre permettra de vaincre les forces du mal de Daesh, et ses métastases malignes en Afrique, dans le Sinaï et en Europe de l’Ouest. Exactement de la même manière que le monde a su mobiliser ses forces, il y a 75 ans de cela, pour vaincre le fléau nazi.

Pour y parvenir, il est vital que les acteurs majeurs de la lutte, c’est-à-dire les grandes puissances (plus la Chine et l’Inde), surmontent leurs divergences pour faire front commun contre l’ennemi. Ce qui implique de fixer ensemble les priorités, et de faire fi des désaccords et des rivalités entre Etats concernant des intérêts secondaires. Mais également de résoudre les objectifs contradictoires de ceux qui sont impliqués dans la guerre civile en Syrie. Car pendant que l’Iran et la Russie soutiennent activement le président Bachar al-Assad, la Turquie et l’Arabie saoudite œuvrent à son renversement. Quant à l’Europe et aux Etats-Unis, ils semblent moins pressés de voir le président syrien tomber qu’ils ne l’étaient auparavant. Cette position a d’ailleurs largement nui aux troupes kurdes dans leur lutte contre Daesh, alors qu’elles représentent la seule force crédible sur le terrain.
La Turquie et l’Iran, qui possèdent d’importantes minorités kurdes, jouent un double jeu, clamant d’un côté leur volonté de combattre l’Etat islamique, mais refusant, de l’autre, de fournir des armes aux forces kurdes en Irak et en Syrie. L’attitude d’Ankara est particulièrement répréhensible : sous couvert de lutte contre l’Etat islamique, elle en profite pour bombarder les positions kurdes et régler ses propres comptes avec l’ethnie minoritaire. Washington admet certes la contribution importante des Kurdes dans l’effort de guerre, et leur fournit des armes légères ; mais redoutant de provoquer Ankara, l’administration Obama leur refuse les armes lourdes dont ils ont pourtant désespérément besoin.

Le fait de dégager un agenda commun rendra plus facile – sans toutefois le garantir – l’envoi de troupes au sol en Irak et en Syrie pour combattre Daesh. D’après les experts militaires, il suffirait de quelques divisions de blindés et d’artillerie soutenues par des frappes aériennes nourries, pour reprendre la plupart des territoires aux mains de l’Etat islamique. Mais pour le moment, la coalition s’attaque à la principale source de financement de Daesh : son pétrole, qui lui rapporte pas moins de 1,5 million de dollars de revenus journaliers. Dans la ligne de mire des bombardements : les puits, ainsi que les moyens de production et d’acheminement de l’or noir. Pour mener cette mission à bien, il faut également s’assurer que ce pétrole ne trouve plus d’acheteurs, ou que ceux-ci – en l’occurrence la Turquie, le régime d’Assad et une poignée de mercenaires – soient sévèrement sanctionnés.

Dans le même temps, il est impératif d’accroître les capacités dans le domaine du renseignement. Il faut développer les missions d’infiltration et de recrutement au sein du groupe djihadiste lui-même et de ses cellules à travers le monde, et accélérer l’interception et le décodage de leurs communications. Comme on l’a vu avec les derniers attentats de Paris, les cellules dormantes de Daesh sont nombreuses. D’après les renseignements français, l’organisation possède des agents chargés de superviser des opérations terroristes dans chaque pays visé. Ces cellules possèdent un fort degré d’autonomie et ne rendent de comptes qu’à Abou Ali-al-Anbari, ancien officier des services de sécurité irakiens sous Saddam Hussein, aujourd’hui à la tête des services de renseignement de l’Etat islamique. Selon plusieurs informations, l’organisation aurait élaboré sa stratégie en juin dernier lors d’une réunion à Mossoul entre ses principaux cadres. Il aurait été décidé que les opérations terroristes en Occident seraient menées par des membres aguerris de l’organisation, chapeautés par ses dirigeants en Syrie, plutôt que par des cellules isolées, constituées d’« amateurs ». Pour venir à bout de Daesh, il faut donc aussi viser ses leaders. Un ancien agent de la CIA confiait récemment à la télévision que, s’il était président des Etats-Unis, il autoriserait des unités des forces spéciales à mener des opérations ciblées en Irak et en Syrie afin de capturer les dirigeants de l’organisation et de leur soutirer des informations.

Depuis les attentats du 13 novembre en France, et l’explosion d’une bombe dans un avion russe, Paris et Moscou ont intensifié leurs frappes sur le sol syrien, visant tout particulièrement Raqqa, la capitale déclarée de l’Etat islamique. Et contrairement à l’US Air Force, qui a pour consigne stricte d’éviter les dommages collatéraux – comprenez de toucher des civils innocents – les jets français et russes se montrent désormais nettement moins regardants sur ce point. L’envoi de troupes au sol, que Paris est bien décidé à soutenir, devrait constituer la suite logique des opérations militaires, si l’on veut mettre les 30 000 hommes de Daesh définitivement à terre. A moins que l’Occident ne décide que le prix à payer est décidément trop élevé.

© Jerusalem Post Edition Française

YOSSI MELMAN

Partager cet article

Repost 0