Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A propos du bannissement du mot « vin » dans tous les livres édités en Iran

Publié le par Abdelkarim Chankou

«Le temps de vin et des roses» Omar El Khayyam

La décision de bannir le mot « vin » dans tous les livres édités en Iran est spectaculaire. Mais elle est non moins banale dans un pays tenu d’une main de fer par les mollahs. Le couperet est tombé quelques jours après L’entrée en vigueur de l'accord historique sur le nucléaire iranien et la levée- qui en a résulté- des sanctions économiques contre la république islamique par l’Union européenne, les Etats-Unis et l’Onu. L’interdiction, qui fera sourire aussi bien les buveurs que les non buveurs d’alcool, concerne également les noms de chefs d’Etat et d’animaux étrangers. On pense entre autres au « cochon », « porc » et certains chefs d’Etat du Moyen-Orient que Téhéran ne tient pas en odeur de sainteté… Voici pour le côté scène. Pour le côté coulisse, le bannissement d’une boisson « satanique » même d’écriture et dont l’Iran fut un grand producteur et consommateur avant la révolution islamique qui a renversé le Shah Pahlavi en 1979 est une sorte de « feuille de vigne » par laquelle le Guide suprême Khamenei, qui a décrété ces interdits inédits, veut occulter les nombreuses concessions faites par Téhéran à l’Occident pour qu’il lève son embargo sur l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire. Une façon pour Khamenei de dire aux faucons de la république islamique et aux jeunes excités par l’idée que leur pays va bientôt reprendre sa place dans le concert des nations avec tout cela suppose en termes de produits de consommation étrangers : « J’ai fait des concessions au Grand Satan, c’était nécessaire… mais cela ne signifie pas pour autant que j’ai bradé la révolution islamique. L’Iran restera une forteresse intenable face l’invasion culturelle occidentale qui cherche à détruire son identité islamique». Autrement dit : que ceux qui croient que le temps de la dolce vita et de l’oisiveté est arrivé économisent leur joie. Sinon c’est l’échafaud. On est « livre » mort de rire… «Lorsque de nouveaux livres nous sont soumis, les fonctionnaires du ministère vérifient page par page qu’ils ne nécessitent pas de modifications rédactionnelles au regard des principes de la révolution islamique afin de faire face efficacement à l'assaut culturel occidental et de censurer toute insulte faite aux prophètes » notamment expliqué Mohammad Selgi, le chef des questions d’édition au ministère de la Culture et de l'Orientation islamique.

Livre mort, livre halal

Mais pourquoi avoir seulement décrété l’interdiction du vin (rouge, et autres blancs mousseux ça s’entend) et pas toutes les autres drogues comme la bière, le whisky, la vodka, la marijuana, la cocaïne, l’héroïne, etc. ? Réponse : tout simplement parce que malgré 39 ans de régime islamique, le vin demeure dans la mémoire collective des Iraniens, surtout les jeunes femmes, synonyme de liberté et de romantisme. Donc la boisson de tous les dangers qui dort dans le conscient collectif du peuple et qu’une seule ligne y faisant allusion dans un roman ou poème est susceptible de réveiller… Il faut savoir que l’ancienne Perse a été la terre de nombreux poètes romantiques qui ont chanté le vin dont le plus connu est Omar El Khayam. C’est resté gravé dans le marbre cérébral. Ainsi, le vin est-il « l’élément important d'un rendez-vous amoureux pour une majorité de femmes » constate le quotidien Le Parisien. C’est vrai aussi en Iran. Il n’y a qu’à faire un petit tour dans les bars et restaurants des 4e, 5e, 11e autres arrondissements parisiens, réputés pour leur activité nocturne, pour voir toutes ces jeunes d’origine Iranienne, nées en France ou qui ont choisi d’y refaire leur vie, vouer une grande estime pour le vin et le champagne. Cette réalité les durs du régime à Téhéran ne le savent que trop bien ; ils savent que les milliers de conteneurs de marchandises occidentales qui vont s’abattre prochainement sur leur pays peuvent receler des petites bouteilles de vins déguisées, par exemple, en jus de raisin ou grenadine, à la manière de ces 48 000 canettes de bières habillées en Pepsi que les douanes saoudiennes ont interceptées en novembre 2015. Et lorsque les jeunes femmes iraniennes recommenceront à boire du vin importé légalement ou illégalement ou encore fabriqué localement en cachette ce sera la fin de la révolution islamique. Les intellectuels iraniens sont férus de la culture grecque (hellénistique) qui a fécondé la leur (achéménide) au courant du IVe siècle avant J.-C.. « la conquête de l’empire achéménide par Alexandre le Grand débouche sur le mariage inattendu des cultures grecque et perse. Il se solde par le fractionnement de l'Orient entre différents royaumes mi-grecs mi-orientaux, autrement dit hellénistiques. » Les hauts dignitaires du régime au pouvoir, du moins, ont certainement lu Les Bacchantes, l’excellente tragédie où Euripide a mis en scène des femmes qui en se mettant à boire du vin ont sonné le glas d’une société grecque conservatrice. Vite à boire !

Publié dans On en parle

Partager cet article

Repost 0

Les gagnants du Prix Lorenzo Natali 2015

Publié le par Abdelkarim Chankou

Arison Tamfu-Grand Prix LNP 2015-Cameroun

Version française (traduction non officielle)

Ce soir (14 Janvier 2015), la Commission européenne a honoré neuf journalistes travaillant sur les questions de développement avec les Prix Lorenzo Natali de journalisme. Sur plus de 1400 participants inscrits à travers le monde, les neuf journalistes nominés se sont démarquées par la qualité de leur travail journalistique. Leurs rapports journalistiques ont couvert des sujets variant, allant de l'économie des déchets électroniques au Ghana, à des méthodes agricoles novatrices dans les bidonvilles du Kenya, de la criminalité de la drogue au Mexique, et la prostitution des enfants au Myanmar.

Le Grand Prix de cette année a été décerné à Arison Tamfu du Cameroun pour son histoire « les milliards de l'Afrique pourraient être enterrés pour toujours», publié dans The Cameroon Daily Journal. L'histoire raconte comment l'utilisation des énergies renouvelables peut améliorer la vie dans les communautés rurales en Afrique.

Parlant des gagnants, le commissaire de la coopération internationale et le développement Neven Mimica a déclaré: « Ces journalistes de talent nous rappellent pourquoi le développement et l'éradication de la pauvreté sont si importants pour la vie des gens partout dans le monde, que leurs histoires puissantes montrent. Au nom de la Commission européenne, je félicite et remercie les gagnants et les participants pour leurs efforts et leurs contributions inestimables ».

Le prix de l’édition 2015 a été organisé dans le cadre de l'Année européenne pour le développement, et pour la première fois, la compétition était ouverte aux journalistes professionnels et amateurs, ainsi que des blogueurs.

Les journalistes ont été invités à présenter leur travail, que ce soit dans le domaine de la presse électronique, de la presse écrite, de la radio, de la télévision, ou du blogging.

Cinq catégories de prix (basé sur l'emplacement la diffusion du média) : l'Afrique, le Monde arabe et le Moyen-Orient, l'Asie et le Pacifique, l’Europe, l’Amérique latine et dans les Caraïbes ont été récompensées.

Un jury indépendant présidé par Olivier Basille (Reporters sans frontières, Belgique) et composé de membres représentant les cinq régions-catégorie était chargé de sélectionner les gagnants. Le jury était composé de Richard Jones (Devex), Caroline Giraud (Forum mondial pour le développement des médias), Eric Chinje (African Media Initiative), Frank La Rue (Robert F. Kennedy en Europe Droits de l'Homme) et Jefry M. Tupas (Newsdesk.ph, vainqueur de la paix de l'UE Prix de journalisme).

Les journalistes récompensés ont reçu des prix dotés de 5.000 € et des trophées lors d’une cérémonie de remise du Prix Lorenzo Natali médias, tenue à la Bibliothèque Solvay à Bruxelles (Belgique) le 14 Janvier 2016.

Pour plus d'information

Liste de tous les lauréats et leurs histoires- http://ec.europa.eu/europeaid/lnp

Photos de la cérémonie et autres informations de presse- http://ec.europa.eu/europeaid/lnp/lorenzo-natali-prize/press-corner_en

Extraits et autres photos de la cérémonie seront disponibles sur Europe by Satellite (EbS) site - http://ec.europa.eu/avservices/ebs/schedule.cfm

 

For more information

List of all the winners and their stories - http://ec.europa.eu/europeaid/lnp

Photos of the ceremony and other press material - http://ec.europa.eu/europeaid/lnp/lorenzo-natali-prize/press-corner_en

Extracts and additional photos of the ceremony will be available on the Europe by Satellite (EbS) website - http://ec.europa.eu/avservices/ebs/schedule.cfm

Contacts :

Les gagnants du Prix Lorenzo Natali 2015

Publié dans Médias

Partager cet article

Repost 0