1ère loi de Finances au goût PJD : Toujours le flouss artistique

Publié le par Karim El Maghribi

Genius1.jpg

Le retard dans la préparation de la loi de finances 2012 commence à entraver le bon fonctionnement des établissements publics qui se sont retrouvé du jour au lendemain  sans le sou si bien que certains auraient été contraints de recourir au système D pour payer leur personnel. En effet, selon certaines informations, des établissements de l’Etat ont se seraient  débrouillés  pour éviter que leurs employés ne soient payés au delà du 10 du mois de février dernier, d’autant que certains d’entre eux ne touchent même pas le salaire minimum (anomalie non encore totalement réparée par le nouveau gouvernement). Ceci alors que plusieurs ministres n’ont pas encore préparé leurs budgets sectoriels, ce qui lui a valu une mise en garde de la part du secrétariat général du gouvernement ;  lequel leur a accordé un deadline expirant au 15 mars courant, date probable du dépôt du projet de loi de finances qui sera proposée au vote en séance extraordinaire.


Pour sa part, l’opposition qui cherche à mettre à tout prix les bâtons dans les roues du gouvernement Benkirane ne cesse de crier tout haut que les opérations financières courantes sur le budget général  qu’effectue ce dernier sont contraires à la constitution quand bien même l'article 75 de cette constitution stipule que « si, à la fin de l'année budgétaire, la loi de finances n'est pas votée ou n'est pas promulguée en raison de sa soumission à la Cour constitutionnelle, le gouvernement ouvre, par décret, les crédits nécessaires à la marche des services publics et à l'exercice de leur mission, en fonction des propositions budgétaires soumises à approbation. »

Publié dans Polémique

Commenter cet article