Les Arabes toujours prisonniers des leurs contradictions

Publié le par Abdelkarim Chankou

Le jour où les Arabes parviendront à faire la paix avec eux-mêmes avant de la faire avec Israël, ils auront avancé d’un pas géant.  Il est de notoriété publique que le Monde Arabe patauge toujours dans ses contradictions. La Charte régissant la Ligue Arabe qui unit quelque 22 Etats souverains y compris de l’Autorité palestinienne est caduque depuis sa création dans les bureaux du Foreign Office britannique en 1945.

 

A part la clause prévoyant la tenue des sommets des chefs d’Etats ou la réunion des ministres des affaires étrangères des pays membres, aucune autre clause n’a été appliquée depuis plus de 60 ans. Une de ses clauses qui concerne la défense commune dont le siège se trouve à Rabat  stipule que « toute agression contre un pays membre de la Ligue Arabe est considérée comme une agression contre tous les autres pays membres ».  Quand les chars soviétiques de Saddam Hussein envahirent  le Koweït en août 1990, à part des réactions et des gesticulations  verbales aucun pays arabe n’avait osé blâmer Bagdad qui a aussitôt déclaré le Koweït sa 19e province.

 

Pire : certains penseurs arabes sont allés encore plus loin dans l’hypocrisie en justifiant l’agression irakienne par le fait que le Koweït était une création artificielle du Foreign Office qui l’avait amputé des terres irakiennes. Mais si c’était le cas pourquoi alors avoir admis un Etat fantoche ou fantôme comme membre de la Ligue Arabe ?

 

Les exemples ne manquent pas et se ressemblent tous. Et notre propos n’est pas de les égrener  ici comme un chapelet.

 

Néanmoins il n’est pas inutile de zoomer sur l’actualité récente et toute fraîche pour constater qu’encore et plus que jamais le Monde Arabe est miné par ses contradictions.

 

Le 9 décembre 2008, les ministres arabes de l'information avaient adopté au Caire à l'issue d'une réunion extraordinaire, la « charte des principes » régissant la diffusion satellitaire télévisée et radiophonique dans le monde arabe.

 

Un document qui comprenait plusieurs principes dont le respect de la liberté d'expression « à condition qu'elle soit responsable afin de préserver les intérêts suprêmes des pays arabes, qu'elle respecte les libertés et les droits des autres ainsi que la déontologie de la profession » avait été alors élaboré.

 

Il était clair comme l’eau de roche que c’était la chaîne satellitaire Al Jazeera  qui était visée par ce document. D’ailleurs Qatar, qui abrite la chaîne, avait émis des réserves sur ce document.

 

Plus d’un an plus tard, la 8e conférence des ministres islamiques de l’Information se réunissent, du 27 au 28 janvier courant, à Rabat. Objectif déclaré pour ne pas dire avoué : mettre sur pied une stratégie commune à même de contrer  l’islamophobie  et l’arabophobie dont souffre les Mondes Islamique et Arabe en faisant en sorte que les médias des pays islamiques traitent les sujets d’intérêt islamique en usant d’un langage que comprennent les Occidentaux.

 

Le communiqué final publié à l’issue de cette conférence  fait allusion en autre autres à la manière efficace avec laquelle les médias arabes ont dénoncé les « exactions et crimes israéliens à Gaza ».

 

Or quel est le média arabe qui a particulièrement excellé dans ce sens ?  Réponse : Al Jazeera. Pourtant son nom n’a point  été expressément  évoqué dans ce communiqué final.

Publié dans Edito

Commenter cet article