La guerre sans merci du GIGR contre le trafic de drogue au Nord du Maroc

Publié le par Karim El Maghribi

 

 

Le 1er janvier 2009 au quartier de Ouled Boutayeb, à 3 km de Nador, un gros poisson du narcotrafic a été arrêté par la police marocaine. Il s’agit du dénommé M’hammed Lghani. Ce coup de filet a aussitôt entraîné une cascade d’arrestations dans différents corps armés. C’est ainsi que la police a procédé à l’interpellation de plusieurs complices dans les rangs de la Marine royale, la Gendarmerie royale et les Forces auxiliaires, opérant dans la région. Ils sont poursuivis pour « leur implication présumée dans la constitution d’une bande criminelle, trafic international de drogue, corruption et complicité de corruption, et non dénonciation de délit». Au total 92 personnes sont présentées à la justice et écrouées, parmi lesquelles figurent 22 civils, dont deux avocats de Nador, 29 éléments de la Marine royale, 17 de la Gendarmerie royale, 23 des Forces auxiliaires et un élément des Forces armées royales. Elles sont poursuivies pour « leur implication présumée dans la constitution d’une bande criminelle, trafic international de drogue, corruption et complicité de corruption et non dénonciation de délit». A l’heure de la rédaction de ces lignes la liste des arrestations ne cesse de s’allonger. Parallèlement les quantités de cannabis saisies se chiffrent en tonnes et les embarcations (go fast) utilisées par les narcotrafiquants pour traverser la Méditerranée en direction des rivages européens détruites par les commandos du Groupement d’Intervention de la Gendarmerie Royale (GIGR). Voir la vidéo suivante, extraite d’un enregistrement de la Gendarmerie Royale (GIGR) diffusé par la chaîne 2M et que nous avons intitulé « La guerre sans merci du GIGR contre le trafic de drogue au Nord du Maroc. ». Commentaire de Youssef Zouitni. Spectacle.

Publié dans Sécurité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article