Rapport du département d’Etat : charité bien ordonnée commence par soi-même

Publié le par Abdelkarim Chankou

Charité bien ordonnée commence par soi-même. Le dernier Rapport du département d'Etat sur l’état des droits de l’homme dans le monde épingle un certain nombre de pays. Pour des raisons évidentes, le cas du Maroc nous intéresse particulièrement. Le royaume chérifien y est donc pointé du doigt quoique ledit rapport relève que certains progrès ont été réalisés. D’ailleurs, le ministre marocain de la Justice, M. Abdelwahad Radi, présent hier à Genève pour la 10e session du Conseil des droits de l'Homme, a été relativement bien inspiré en ayant eu ce commentaire à son sujet : « le dernier rapport du département d'Etat américain sur les droits de l'Homme au Maroc comporte des observations dont on peut tenir compte, mais aussi des exagérations », a-t-il déclaré. En ajoutant aussitôt « qu'aucun pays ne peut prétendre à la perfection en matière des droits de l'Homme, faisant remarquer que des rapports sont publiés au niveau international concernant les Etats-Unis eux-mêmes, mais aussi l'Europe et tous les pays.
Ceci dit et avant de donner notre avis sur ce rapport, remarquons tout de suite que le fait des rapports similaires « soient publiés au niveau international concernant les Etats-Unis eux-mêmes, mais aussi l'Europe et tous les pays » n’est pas une raison pour que le Maroc se contente de lui-même ni fasse la sourde oreille aux critiques extérieures. Ne serait-ce qu’il n’est ni interdit ni inconcevable que les droits de l’Homme soient autant sinon non mieux respectés au Maroc qu’en Scandinavie. Personne n’a le monopole du respect des droits de l’Homme.
Maintenant s’agissant de la position de la diplomatie américaine au sujet du Maroc on ne peut ne pas remarquer que le département d’Etat  est allé un peu vite en besogne. Sans vouloir dire que tout est rose au Maroc ni faire l’avocat du diable en matière des droits de l’Homme, je trouve tout de même que tout rapport américain à ce sujet ne peut être crédible et honnête avant que toutes les prisons secrètes américaines en Europe centrale, au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique soient fermées surtout le sinistre bagne de Guantanamo ; et le fait même que le président Obama ait annoncé juste après son élection que Guantanamo le sera dans un an prouve que cette prison horrible est une aire de non droit. Et ce même si elle se trouve dans l’Île de Cuba.
En fait comment Washington la Maison Blanche où du moins l’un de ses services extérieurs  fasse usage de toute son influence pour que des pays alliés puisse accepter de coopérer dans la lutte antiterroriste et en même temps leur reprocher d’y aller un peu fort ? M. Jack Lang, ancien ministre socialiste français n’a pas cru si bien dire en répondant hier à une question de Karl Zéro sur BFMTV concernant Cuba. « Un Etat si puissant soit-il n’a pas à s’ériger en tribunal du monde » a déclaré le militant socialiste.   Un point c’est tout.

Publié dans Edito

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article