Rabat remet Téhéran à sa place

Publié le par M.S.

Le nouveau président américain Barack Obama même s’il cherche à renouer le dialogue avec Téhéran fera tout pour que la république islamique n’ait jamais sa bombinette atomique. Alors les enturbannés noirs de Téhéran qui savent au fond d’eux que le temps ne joue pas forcément pour eux et que tôt ou tard la communauté internationale aura raison de leur régime médiéval enrobé de faux modernisme destiné à séduire les becs enfarinés parmi les jeunes désœuvrés et surtout certains pays d’Amérique Latine que le bolivarisme a rendu antiaméricains primaires cherchent à étendre leur emprise sur un maximum de pays. Le Monde arabe, divisé et affaibli par les luttes internes, s’offre dès lors comme un terrain de choix pour Téhéran. Mais pour contrôler le Monde arabe, il faut éjecter l’Egypte et surtout le Maroc qui y joue un rôle modérateur et unificateur.
La déclaration d’un haut responsable iranien selon quoi l’Etat arabe du Bahreïn était la 14e province iranienne n’était qu’un ballon d’essai destiner à tester la réaction des autres pays arabes. A ce niveau la réaction de Rabat fut immédiate et solidaire avec Manama. Une attitude qui n’a pas été du goût du régime des Mollahs qui croyait que le Maroc laisserait passer l’incident comme l’ont fait certains pays arabes noyautés par les enturbannés noirs. Téhéran qui est allée même jusqu’à convoquer le chargé d’affaire marocain auprès d’elle se fende de déclarations insultantes à l’égard du Maroc et de ses institutions.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manoucher Mottaki, s’est déclaré hier samedi, dans une conférence de presse « surpris que le Maroc n’ait pas participé à la conférence internationale sur la Palestine ayant pour thème « Soutien à la Palestine, symbole de résistance; à Gaza, victime d’un crime » qui s’est tenue à Téhéran.
Or chacun sait que le Maroc qui est un Etat souverain et qui a toujours défendu la cause palestinienne d’une façon rationnelle ne peut accepter que cette cause qui est d’abord arabe soit subtilisée par des pays qui cherchent un cheval de bataille pour s’imposer à une communauté internationale qui ne veut pas d’eux tant qu’ils refusent ses conditions.
La décision de Rabat à l’avant-veille, vendredi, de rompre toutes ses relations diplomatiques avec Téhéran est donc une réaction normale et saine, même si du côté de l’Iran cette décision a beaucoup surpris.
En clair le Maroc rejette les tentatives iraniennes de le mettre sous
tutelle.

Publié dans Nation

Commenter cet article

Margareth 08/03/2009 17:12

Je viens juste m'informer, savoir ce que l'on pense ailleurs des événements du monde.