Durban II ou le poker menteur

Publié le par Abdelkarim Chankou

Franchement qu’est-ce ça peut faire à Israël un discours sulfureux du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui l’a traité d’ « Etat raciste » ? D’autant que les moindres détails de ce discours étaient connus de toutes les capitales occidentales. Mieux : que pouvait-on attendre d’un Ahmadinejad à part une telle diatribe contre un Etat   qui l’a déjà traité de tous les noms d’oiseau. N’avait-il pas allé jusqu’à menacer l’Etat hébreu  de le rayer de la carte ? N’avait-il pas nié maintes fois l’existence des chambres à Gaz ?

Alors pourquoi tout ce tohu-bohu autour d’un discours qui est tout sauf surprenant.  Surtout que les mots déplacés et haineux prononcés par le président iranien  sont ceux aussi d’une grande partie de chefs d’Etat arabes et non arabes qui les pense tout bas.

Israël a-t-il soudainement découvert lors de cette grand-messe onusienne sur le racisme que la Suisse a abrité qu’une partie du monde pense que le sionisme est une doctrine raciste ?

Franchement… tout ça pend des allures d’un poker menteur de mauvais goût où le seul gagnant est malheureusement Ahmadinejad qui aura réussi sans génie à montrer au monde entier que par son petit discours il peut tenir en haleine toute la planète quand bien même les retraits en bloc des certaines délégations indignées n’auront servi en fon de compte qu’à donner plus de crédit à la prestation de Ahmadinejad.

On comprend la peur de l’Etat d’Israël de se voir comparer au régime sud-africain qui a fini par tomber en 1994 sous une administration démocrate dirigée alors par un jeune Bill Clinton plein d’énergie comme l’est actuellement  son copartisan  Barack Obama.  Mais quoique imparfait sur un nombre de points, le régime israélien n’est pas raciste et n’a rien de commun avec l’apartheid dont l’élimination fut la priorité des priorités du candidat Clinton  qui avait besoin du vote noir pour accéder à la Maison Blanche. Un seul exemple : des arabes israéliens sont admis à siéger  à la Knesset (Parlement) ou à être membre du gouvernement israélien alors que l’apartheid interdisait même aux noirs le droit d’entrer aux cafés réservés exclusivement aux blancs.

Par ailleurs l’ONU qui parraine cette conférence  de Genève faisant suite à celle de Durban en 2001 devrait plutôt se pencher sur les centaines de milliers de cas de racisme quotidiens et moyenâgeux que subissent encore les minorités noires dans les pays arabes notamment au Darfour ou en Mauritanie. Enfin n'est-il pas temps que l'ONU cesse d'être un purgatoire de l'Etat d'Israël ?

En fin la vraie question est "est-ce que l’Iran aura sa bombe atomique ?". Si oui comment faire pour l’en dissuader. Le reste c’est de la littérature.

Publié dans Edito

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article