Combats violents entre commerçants chinois et algériens à Alger

Publié le par Karim El Maghribi

Non ! le danger pour la communauté chinoise d’Alger ne viendra pas d’Al Qaïda au Maghreb Islamique que dirige l’Algérien Abdemalek Droukdal alias Abou Mosaab Abdelwadoud. Ou plutôt pas encore si l’on prend au sérieux les menaces proférées il y a quelques semaines par cette dernière après la répression de quelque rebelles musulmans en Chine par la police communiste. Le danger pour l’instant réside dans la corporation commerçante algéroise de Bab Ezzouar, quartier populeux d’Alger où des commerçants chinois très actifs ont élu domicile depuis 10 ans.

En effet selon une dépêche de l’AFP des heurts violents ont éclaté entre commerçants algériens et chinois. La principale cause en serait les prix défiant toute concurrence proposés par les tenants des boutiques chinoises. Il faut dire que la Chine est très présente économiquement en Algérie si bien que Dilem le célèbre caricaturiste algérien avait osé souhaiter il y a trois ou quatre ans « bonne fête de travail aux Chinois d’Algérie ! » ; car selon le caricaturiste ce sont les seuls qui bossent en Algérie ; allusion aux Algériens qui sont réputés pour être des fainéants de premier choix.

Bilan de cette rixe qui a éclaté hier lundi après-midi à Bab Ezzouar : un commerçant algérien blessé. Selon des habitants de ce quartier situé à une quinzaine de kilomètres du centre d'Alger, les heurts auraient commencé par une rixe entre un commerçant algérien et un Chinois qui ont précisé que certains Chnois étaient armés de couteaux et de barres de fer.

Selon l'ambassade de Chine en Algérie, quelque 8.000 chinois sont employés par des entreprises chinoises en Algérie dans le secteur du bâtiment. Dans le quartier de Bab Ezzouar, la CSCEC (Société publique de construction de Chine) a construit depuis 2001 des dizaines d'immeubles dans le cadre d'un programme de logements en location-vente, lancé par le président Abdelaziz Bouteflika en faveur des salariés à faibles revenus. Un habitat qui ne profite à toutes classes sauf la moyenne.

Les Chinois sont également très présents dans d'autres branches, notamment celles des hydrocarbures, des télécommunications et des routes.

Publié dans Focus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article