6e Festival des Andalousies Atlantiques : un vibrant hommage à l’universalité

Publié le par SCSM

       
Du 29 octobre au 1er novembre prochain, la 6e édition du Festival des Andalouses Atlantiques promet à ses fans un programme riche et varié dont voici quelques points forts :
- Rencontre du Flamenco et de l’Inde avec « Indialusia » et la Cie Gutierrez.
- Hommage à Zohra El Fassia avec Hayet Boukhriss et Raymonde El Bedaouia.
- Grande soirée autour du Zyriab d’Oujda et du Rabbin-Chanteur Haim Louk.
-En marge du festival, un prix pour la préservation et la promotion du Matrouz au Maroc et ailleurs sera créé et décerné annuellement au cours des prochaines éditions, a annoncé André Azoulay, Conseiller de S.M. Mohammed VI  et qui est aussi président délégué de la Fondation des Trois Cultures. 
           
Ouverture en fanfare avec l’orchestre Zyriab d’Oujda et le Rabbin-Chanteur Haim Louk, hommage à la grande chanteuse Zohra El Fassia, exceptionnelle rencontre sur la scène de Bab El Menzeh entre des danseurs Kathak venus de Benares (Inde du Nord) et des grands du flamenco comme Ana la China qu’Essaouira a su réunir pour le concert « Indialusia » qui fera date dans les annales de toutes les Andalousies.

Ce sont là quelques uns des temps forts de la 6ème édition du Festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira qui du 29 octobre au 1er novembre va marquer le début de la saison musicale et culturelle (2009-2010) dans la Cité des Alizés.

« Cette année encore, ce festival hors du commun va prendre l'allure d'un véritable manifeste culturel et artistique, une fête de la mémoire, de la transmission et de l’altérité pour dire d'une seule voix les richesses et la profondeur du Maghreb pluriel, vibrant à l'unisson autour des mêmes notes d'une musique sans frontière » a déclaré André Azoulay, Conseiller de S.M. le Roi et Président du Festival des Andalousies Atlantiques d’Essaouira.

Fidèle à sa vocation et riche de son partenariat avec la Fondation des Trois Cultures, l’édition 2009 des Andalousies Atlantiques va revisiter cette période exaltante où la Convivencia était de mise avec comme fil conducteur la musique.

-D’abord avec le chant et la danse flamenco, qui seront magnifiquement représentés par la talentueuse Compagnie Manuel Gutierrez, qui inaugurera en seconde partie de soirée le concert d'ouverture à Bab El Menzeh. Flamenco encore au coucher du soleil le vendredi 30 octobre sur les remparts de la Skala et en clôture samedi soir pour cette rencontre lumineuse et inédite entre l’Andalousie et les artistes Kathak venus de l’Inde du Nord.

-Le Gharnati ensuite, celui qui sait chanter Grenade comme au temps où l'Empereur Boabdil en détenait encore les clés. Ce sera la partition du groupe algérien Tarab et de Fouad Didi, qui nous feront voyager à Tlemcen.

-La musique arabo-andalouse qui est au cœur de tout le festival s’exprimera à Essaouira avec des accents particuliers avec le jeune chanteur Tangérois, Abderrahim Moumen. Une façon de donner cette année un éclairage particulier à la nécessaire transmission entre les générations, avec la présence sur scène de grands maîtres et de jeunes talents reconnus à la fois par leurs aînés et par le public.

-Le répertoire croisé du Matrouz Judéo-Marocain (cette broderie musicale et linguistique qui nous ramène à nos identités multiples et métissées) sera représenté avec panache par l'immense Rabbin-Chanteur Haim Louk accompagné par l'orchestre Zyriab d'Oujda (en ouverture du festival) et se prolongera par les prestations et la présence chaleureuse de l'un des grands maîtres de la tradition judéo-arabe, le pianiste franco-algérien Maurice El Medioni, référence incontestée de cette grande école musicale maghrébine.


-Après l'hommage appuyé en 2008, à Samy El Maghribi, Essaouira va se souvenir et nous faire revivre avec émotion et délices, les pages les plus exceptionnelles du répertoire de la chanteuse disparue Zohra El Fassia, d'abord à travers un film retraçant sa vie et sa carrière, puis avec les voix magnifiques de Raymonde El Bedaouia et de Hayet Boukhriss, sur la scène du chapiteau de Bab El Menzeh et dans le cadre des concerts intimistes d'après-midi à Dar Souiri. Hayet Boukhriss et Raymonde El Bedaouia, deux artistes qui portent bien haut la tradition musicale ancestrale marocaine et qui interprèteront quelques pièces de Zohra EL Fassia rendant hommage à la même occasion à toutes les femmes et notamment à la grande pianiste de musique andalouse, Hajja Ghita El Oufir qui vient de nous quitter.


En marge de la musique, prendront place comme d’habitude à Essaouira, des « Matinées Forums » autour de la notion d'identité et de transmission. Des Forums au cours desquels viendront débattre des spécialistes mais pas seulement car les artistes présents donneront leur propre tonalité aux débats en nous faisant partager à leur façon, leurs convictions et en laissant leurs voix et leurs talents s’exprimer pour nous dire leurs vérités.

Essaouira accueillera également dans le cadre de ce festival une exposition, qui participe directement à la reconstruction identitaire. Une exposition autour de « MOROCCAN MEMORIES IN BRITAIN ». Organisée par le Conseil de La Communauté Marocaine à l'Etranger autour de la collection de Paul Dahan, cette exposition va nous faire découvrir la diversité, la spécificité et la profondeur des relations historiques entre le Maroc et la Grande-Bretagne. Un voyage documenté et illustré à travers les échanges diplomatiques et sociaux, les biographies des Marocains émigrés en Grande-Bretagne et enfin l'héritage commun des Maroco-Britanniques.

Une façon d'inviter le public à découvrir les aspects souvent méconnus de l'histoire de cette communauté marocaine en Grande-Bretagne. Une histoire qui est aussi au cœur de la mémoire et de la singularité d’Essaouira.


Pour tout renseignement prendre contact avec :

* Françoise Atlan, Direction artistique du festival
E-mail : francoiseatlan@yahoo.fr
* Hanane Ouassini, Production et organisation du festival
E-mail : h.ouassini@stratevents.ma


     
                               

Publié dans Evénement

Commenter cet article