A propos du débat politique français

Publié le par Karim El Maghribi

Chankou1.jpg

La fascination qu’exercent  les débats politiques français  sur les publics étrangers est formidable. Même pour les Marocains résidant hors de France, principalement dans leurs d’origine, l’attrait est inexorable. C’est dire la qualité et le professionnalisme de ces  discussions. On regrette seulement la quasi absence de thèmes relatifs à la politique extérieure de ces traditionnels débats politiques précédant l’ouverture de chaque campagne électorale présidentielle. Car contrairement au siècle précédent, ce n’est plus la politique intérieure qui détermine sa  consœur étrangère mais l’inverse. Mieux : il n’y a même plus ce traditionnel consensus de la classe politique sur la politique étrangère de la France. Désormais, il y a les atlantistes pro-américains, les européanistes  qui ne jurent que par Bruxelles, les tiers-mondistes, les altermondialistes, les mondialistes et les localistes dont le centre du monde se situe sous l’obélisque de la Place de la Concorde à Paris.


Qu’importe ! C’est aux Français de faire le tri. Mais ce qui intéresse les Marocains non Français, résidant en France ou à l’extérieur de ces murs,  c’est la qualité de ces débats qui tranche avec la morosité et la langue de bois qui caractérisent les débats politiques marocains. « A part quelques exceptions qui demeurent isolées,   je suis tellement séduit par ces discussions politiques qui flattent l’intelligence humaine que je n’en ai pas raté une seule depuis le départ et je dis merci Hotbird qui nous a sorti de l’ordinaire pour ne pas dire de la médiocrité », confie, Khalid,  un cadre supérieur marocain vivant à Casablanca. Combien d’autres khalid ? Certainement des dizaines de milliers. Comme quoi l’art de la maitrise du métier de la gestion de la chose publique n’est pas donné au premier venu. Le truc on l’a dans la tête, le sang et le cœur. Pour les amateurs et les intrus en politique au Maroc, on leur conseille de lire les « Res gestae »  de l’empereur romain Auguste. Si toutefois ils savent lire…

 

Au Maroc on veut des professionnels de la politique, pas des marchands de tapis déguisés en politiques.

Publié dans Humeur

Commenter cet article