Affaire Benchimol ou quand la charité se moque de l’hôpital !

Publié le par Abdelkarim Chankou

La destruction par les autorités de Tanger de l’un des plus veux hôpitaux de la ville sous prétexte que le bâtiment « constitue un danger pour la sécurité des citoyens » fait autant rire que pleurer. Mais on sait que la bureaucratie à ses raisons que la raison ignore. Mais tout de même le bâtiment rasé n’était pas banal : c’était quand même l’hôpital Haim Benchimol crée en 1904 par l’association philanthropique éponyme et dont le corps médical servait à soigner bénévolement les malades qui s’y rendaient. C’est que vrai qu’au fil du temps l’hôpital a perdu de son activité à cause de la baisse du nombre des juifs Tangérois dont beaucoup sont partis à l’étranger. Si bien que le bâtiment est devenu ces dernières années un refuge pour vagabonds et autres SDF  (avant d’avoir servi quelque temps comme hospice), un autre argument avancé par les autorités qui ont exécuté la décision de démolir. Ce qui a été suivi par une volée de bois vert  et un déluge d’indignation de la part de beaucoup de juifs comme de musulmans dans le monde et aussi au Maroc.  Et il y a de quoi  se lamenter. Voici pour les faits tel qu’ils ont été rapportés par les médias et que nous avons recoupés on y ajoutant nos propres informations.

http://i69.servimg.com/u/f69/11/69/22/03/dsc02510.jpg

Notre commentaire :

1-On a rarement au Maroc vu les autorités locales s’émouvoir de la sécurité des citoyens en rasant un bâtiment délaissé qui plus est ne comporte aucun étage et paraissant d’après des images  (voir photo) récentes encore solide ;

2- Les SDF et les vagabonds qui s’y refugiaient  n’avaient certainement pas d’autres alternatives sinon ils n’auraient pas élu domicile à l’hôpital Benchimol ;

3- Ce sont d’abord les membres de la communauté juive tangéroise ou ce qui en reste ou encore les héritiers  Benchimol qui ont le droit de se plaindre du squat de l’hôpital par les SDF. A notre connaissance il n’en était rien, une preuve de la bonté du cœur des propriétaires  de feu l’hôpital Benchimol ;

4- Si l’ancien hôpital rasé ne comportant aucun étage était vraiment un danger pour les citoyens alors que peut-on dire du bâtiment Boisseau dit Hôtel Lincoln qui non seulement s’élevait très haut mais s’est déjà partiellement effondré ratent de justesse des passants. Cet édifice datant presque de la même époque que l’hôpital Benchimol est toujours à sa place malgré toutes les procédures de démolition engagées notamment d’expropriation. C’est vrai que la façade a été classée « monument historique » à la fin des années 1990, mais ça n’explique pas tout, surtout que non seulement l’immeuble Boisseau enlaidit l’un des plus belles artères de Casablanca, le boulevard Mohamed V, mais  y a carrément fermé la circulation !

5-La nouvelle de démolition de l’hôpital a été d’autant douloureuse  qu’elle est intervenue entre deux moments de fêtes juives : la Mimouna et la Hailoula.

 

Photo : dafina.net

Publié dans On en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article