Azoulay : « ma religion juive n'est pas celle d'une rupture, mais celle de l'écoute de l'autre »

Publié le par Al Ittihad Al Ichtiraki d'après qantara.de

AzoulayArabWeek-copie-2.jpgLe conseiller du souverain marocain, André Azoulay, constitue un cas exceptionnel dans le monde arabe et musulman : il est le seul juif marocain qui appartient au premier cercle du pouvoir au Maroc depuis vingt ans. Notre collègue Rim Najmi, qui étudie le journalisme en Allemagne, après une licence à l'Institut supérieur de journalisme de Rabat, l’a interviewé il y a quelque jours pour le compte du célèbre site électronique culturel, Qantara.de, appartenant à la Fondation allemande Deutsch Welle.

Ci-après la traduction approximative de quelques passages dudit interview, reproduit dans l’édition de ce week-end du quotidien marocain Al Ittihad Al Ichtiraki, l’organe arabophone du parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires.


Rim Najmi : M. André Azoulay, vous participerez le mois prochain à Berlin à une réunion internationale sur le dialogue entre les civilisations et les cultures dans le cadre de la conférence internationale convoquée par Qantara.de, le site mondial pour le dialogue avec le monde musulman. Quel est votre pari sur cette participation ?

Azoulay: La bataille pour le dialogue entre les cultures et le rapprochement des religions, c'est la bataille de ma vie, qui a commencé il y a près d'un demi siècle, et probablement il ne sera pas possible pour moi d'assister à la fin de cette bataille pour voir la victoire qui sera obtenue ; mais cet engagement est le défi de ma vie. Aujourd'hui, je suis impliqué dans cette bataille plus que jamais ; car, malheureusement le monde a rétrogradé et a perdu la boussole de la raison. Je n'ai jamais pensé dans ma vie qu’un jour on sera confronté à des théories de choc des civilisations et de choc des religions. Ma civilisation en tant que marocain arabe de confession juive ne reflète ni le choc ni le rejet, mais au contraire, elle exprime l’ouverture et la communion. Ma religion n'est pas celle d'une rupture, mais une religion de l’écoute de l’autre, une religion de communion et de solidarité avec les autres religions monothéistes. On peut implorer Dieu dans une langue différente avec un Livre sacré différent, mais in fine il n’y a qu’un seul Dieu.

Ainsi m’a été enseignée ma religion par mon Maître et mon Rabbin dans la ville d’Essaouira. Les enseignements que j'ai reçus exigent que ma foi juive ne puisse exister qu’en étant en accord avec mon regard sur l’autre qui est mon voisin musulman (…)


RN : Vous êtes connu, Monsieur le Conseiller, pour être parmi les défenseurs de l'idée d'un Etat palestinien indépendant aux côtés de l'Etat d'Israël. Comment voyez-vous aujourd'hui cette question sur fond de tensions politiques actuelles ; êtes-vous optimiste?

Azoulay: Tout d'abord, je ne veux pas abandonner, jusqu’ici la réalité ne m’a pas rendu justice. Je lutte depuis 50 ans pour un Etat palestinien indépendant. En tant que militant juif, ma première rencontre avec l'Organisation de libération palestinienne fut quand j’ai fondé en l'Association « Identité et Dialogue » à Paris en 1973. A cette époque, pour un juif de l'establishment juif, et j'insiste sur cette qualité, ce fut une sorte de « grande trahison (…)

RN : Il est bien connu, que les Israéliens d'origine marocaine, constituent la plus grande communauté d'origine arabe en Israël. Pensez-vous que le Maroc pourrait avoir une influence sur la décision du pouvoir politique israélien à travers leur force électorale?

Azoulay: Il y a maintenant environ un million de juifs dans le monde considèrent le Maroc comme leur patrie et l'espace où sont ancrées leurs racines. En Israël il y a environ 600 000 juifs qui reconnaissent leur marocanité. Au Canada et en France, leur nombre est très grand, ainsi qu'en Amérique latine, où vivent de millions de juifs qui ont émigré il y a près de deux siècles (…)

RN : M. André Azoulay, vous jouissez d’une situation exceptionnelle dans le monde arabe et musulman, vous êtes le seul marocain juif à faire partie du premier cercle du pouvoir au Maroc en tant que conseiller du Roi du Maroc; comment voyez-vous le symbolisme de cette situation ?

Azoulay: Tout d'abord, je remercie mon pays, mon Roi et ma communauté pour ce privilège et cette responsabilité. C’est un signe de modernité et d’humanisme adressé par le Maroc aux autres (…)

RN : M. André Azoulay préside la Fondation « Anna Lindh » pour le dialogue et le rapprochement entre les cultures, quelles sont les étapes que vous allez suivre pour garantir la réussite de la mission de cette institution de rapprocher les différentes cultures?

Azoulay : Tout d'abord, il convient de noter que j'ai été élu président de la Fondation «Anna Lindh » en tant que candidat de la Ligue des États arabes, et c'était la première fois dans l'histoire de la Ligue qu’un arabe juif est élu pour prendre la tête d'une institution mondiale (…) Les objectifs de la Fondation Ana Lindh est de faire en sorte que 750 millions de personnes appartenant à l’espace méditerranéen de prendre conscience des défis communs et des difficultés. Et pour que ces objectifs ne restent pas prisonniers des bureaux des ministres, il fallait parier sur la société civile (…)


RN : Comment évaluez-vous le rôle des médias qui contribuent à la diffusion d’une culture de tolérance et créent un dialogue entre les cultures ?

Azoulay : Je tiens à vous remercier pour votre travail et vous encourage aussi, c'est en fait la deuxième fois que je participe à un dialogue avec vous. Je remercie la Fondation « Deutsche Welle » dont la voix arrive au monde entier en raison de sa diffusion dans de nombreuses langues aussi bien allemande, arabe, française, anglaise ou russe ainsi qu'en d’autres langues... C'est très important. Et je rêve qu’un jour existera au Maroc une Fondation de cette dimension et cet engagement (…)

Al Ittihad Al Ichtiraki du 09/10 octobre 2010 d'après qantara.de
Photo : André  Azoulay à côté de Amr Moussa, le Secrétaire général de la Ligue arabe

Publié dans Dialogue des cultures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article