Azoulay met en garde contre tout galvaudage du dialogue interculturel en Méditerranée

Publié le par Avec MAP

 

AzoulayAndr-.jpgBruxelles-Répondant à l'invitation de la Fondation Roi Baudoin, une centaine de responsables de la société civile belge se sont réunis, mercredi à Bruxelles, pour débattre de la « légitimité du dialogue des cultures au regard du long chemin parcouru par la Fondation Anna Lindh ».

S'exprimant en sa qualité de Président de la Fondation, le Conseiller de SM le Roi, M. André Azoulay, a insisté sur l' « impérieuse nécessité de ne pas galvauder le dialogue interculturel en Méditerranée, en l'utilisant comme alibi pour contourner les dossiers politiques qui appellent d'abord des réponses politiques ».

Le Président de la Fondation Anna Lindh a rappelé à cet égard la démarche mise en œuvre par la Fondation depuis un peu plus de deux ans et qui s'efforce « de donner les accents de la lucidité et de la vérité à cette stratégie mise au service de l'Union pour la Méditerranée ».

M. Azoulay s'est félicité dans cette perspective de l'organisation prochaine à Bruxelles d'une saison du Maroc qui contribuera à donner la « juste mesure des richesses de la diversité culturelle et du pluralisme dans un pays arabe et dans l'espace maghrébin ».

Pour sa part, M. Charles-Etienne Lagasse, directeur général-adjoint pour les Relations internationales de la Wallonie-Bruxelles s'est félicité de la coopération et du partenariat privilégié entre le Maroc et la Wallonie-Bruxelles, soulignant que le Royaume « a été le plus réactif » parmi les pays du Maghreb à s'inscrire dans la dynamique de projets communs.

Le responsable belge a, dans ce sens, passé en revue une série de projets bilatéraux axés autour des valeurs de la modernité notamment la vulgarisation du nouveau Code de la famille et l'établissement d'échanges autour de la bande dessinée entre l'Institut national des Beaux-Arts de Tétouan et l'Académie des Beaux-Arts de Tournai.

Il a, de même, cité le projet « Ma web entreprise » permettant aux jeunes marocains établis en Wallonie ou dans le Royaume de créer une entreprise dans le domaine des TIC ainsi que le projet « Nayda » organisé à Casablanca par une soixantaine de jeunes de différentes nationalités. Cet ambitieux projet, a-t-il expliqué, consistait en un spectacle mélangeant diverses disciplines artistiques sur le thème de la tradition et la modernité.

Abondant dans le même sens, Mme Christine Claus, secrétaire général du département de la Culture, Jeunesse et Sports, et Médias de la Communauté flamande, s'est réjouie du partenariat avec le Maroc notamment au plan de la culture, rappelant à cet effet la création de la Maison des Cultures maroco-flamande « Daarkom ».

Pour Mme Claus de tels projets sont à même de favoriser et de renforcer les échanges, la compréhension, le dialogue et l'inter-culturalité.

Au cours de son séjour en Belgique, le Conseiller de SM le Roi interviendra également à Gand sur le thème du « dialogue des Cultures comme espace de résistance à l'archaïsme et à la régression », cela devant les Directeurs généraux des Relations extérieures et des Affaires culturelles des 27 pays de l'Union européenne, réunis dans le cadre de la présidence belge de l'Union.

Cette rencontre a été marquée par la présence de personnalités arabes et européennes du monde de la politique, de la culture et de la diplomatie dont MM. Samir Addahre et Menouar Alem, respectivement ambassadeur du Maroc en Belgique et au Luxembourg et Chef de la Mission du Maroc auprès de l'Union européenne.

Publié dans Dialogue des cultures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article