Israël : La tentation apartheid

Publié le par AC & JPF

Avigdor-Lieberman_expand-copie-2.jpg
Plus que le danger que représente certains de ses voisins, plus que la bombe A que les Iraniens cherchent à fabriquer, c’est la tentation raciste de certains franges extrémistes de la société juive israélienne qui peut se révéler létale pour l’Etat hébreu. Souvenons-nous de ce qui s’est produit en 1994. Le racisme de la communauté dominante blanche sud-africaine a atteint des niveaux tellement intolérable et anachroniques que Bill Clinton alors président des Etats-Unis fut obligé de lâche le régime de Pretoria et la suite on la connaît. S’il y a une chose que les Américains ne tolèrent pas après le viol, le terrorisme et le parjure c’est le racisme et l’esclavagisme. Une réalité qui n’a point échappé à Ehud Barak, le ministre israélien travailliste de la Défense.

En fait, le manifeste anti-arabe signé par 27 femmes de rabbins a soulevé une vague d'indignation dans le pays. Barak a dénoncé ce mercredi la « vague de racisme qui menace de mener la société israélienne dans des voies sombres et dangereuses ».

Auparavant quelque, vingt-sept femmes de rabbins ont signé une lettre où elles appellent les femmes juives à ne pas se mêler ni s’approcher des hommes arabes. Parmi les recommandations, « ne pas flirter avec des hommes arabes, ne pas travailler dans des endroits qui emploient des Arabes et ne pas effectuer à leurs côtés dans un service national. »

La lettre d’exhortation a été publiée par l'organisation Lehava se réclamant de l'héritage spirituel du rabbin Méir Kahana, le chef du parti Kach, un groupuscule ouvertement raciste interdit de se présenter à la Knesset. Kahana a été assassiné en 1990 à New York par un Egyptien.

Parmi les signataires de ce manifeste, la bru du rabbin Ovadia Yossef (sépharade d’origine marocain, photo), le chef spirituel du parti orthodoxe sépharade Shass désormais célèbre pour ses sorties outrancières et incendiaires, l'épouse du rabbin Lior de Kyriat Arba ou encore l'épouse du rabbin Zalman Melamed de Beit El.

Cette nouvelle controverse qui risque de faire passer Israël aux yeux du monde comme une nouvelle terre d’apartheid secoue le pays quelques semaines seulement après la décision de 47 rabbins municipaux d'interdire la vente et la location de biens immobiliers aux non-Juifs.

En réponse à la pétition, près de 50 rabbins conservateurs (Massorti) ont signé une déclaration s'inscrivant en faux contre la position halakhique, à l'origine de cette controverse.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article