Israël-Monde arabe : et si la paix venait avec la Turquie ?

Publié le par Karim El Maghribi

http://2.bp.blogspot.com/_97SyLkA2eds/Sw0b5vQIlNI/AAAAAAAABKw/NyfaCa2UhR4/s320/isra%C3%ABl-turquie.jpg

Maintenant qu’il s’est écoulé près d’une semaine depuis l’arraisonnement violent  du cargo battant pavillon turc par les Forces spéciales israéliennes dans les eaux internationales face aux côtes de Gaza et qui a fait une vingtaine de morts dont 9 Turcs  parmi  les participants (quelque participants représentant près de 50 nationalités) à cette aventure baptisée « Flottille de la Liberté », on peut dire sans médire que les conséquences de cet incident sont imprévisibles et dépassent de loin l’imagination, tant les relations interarabes s’en trouvent chamboulées. Les peuples arabes   découvrent un nouveau Gamal Abdel Nasser qui s’appelle Recep Tayyip Erdogan. En même temps que la mort subite de l’Initiative de paix arabe (réactivée par le roi Abdellah d’Arabie saoudite en 2007) que le Koweït vient de quitter ainsi que de la Ligue des Etats-Arabes.

 

Il faut reconnaître que la reconquête turque d’un Monde arabe déchiré et miné par les contradictions s’est fait presque toute seule et l’incident du navire affrété par une ONG islamiste turque n’a en réalité que levé le voile sur le port aux roses. A savoir a « réottomanisation » du Monde arabe qui inclut cette fois le Maroc. Justement examinons le cas du Maroc. Comme l’Egypte qui a réussi se faire aimer des Marocains plus par le biais de ses feuilletons (bon marché) dramatiques et romantiques que par la radio nassérienne « La Voix des Arabes », la Turquie s’est aussi engouffré dans la brèche par les feuilletons que les télés marocaines en perte de vitesse importent en masse. Résultat : de plus en plus de Marocains et de Marocaines, toutes tendances sociales confondues, sont séduits pour ne pas dire fascinés par le modèle turc. Les files en âge de mariage rêvent d’un mari turc même polygame et acceptent de le rejoindre aux fins fonds de la steppe anatolienne ! Quant aux  islamistes marocains  ils sont si contents que la Turquie soit gouvernée par le parti islamiste AKP, le seul qui ose dire non à Israël, qu’ils ne manquent aucune occasion pour rappeler à qui veut l’entendre que le nom actuel du parti  d’Erdogan a été proposé  par les dirigeants du Parti de la Justice et du Développement marocain.

 

Maintenant la question  qui est sur toutes les lèvres : Ankara va-t-il franchir le pas et rompre toute relation diplomatique avec l’Etat Hébreu ou bien se contentera-t-il de réduire sa représentativité ?

 

A notre avis, Ankara ne pourra pas fermer son ambassade en Israël. D’abord parce que c’est incompatible avec son statut de membre actif de l’OTAN  et de pays musulman aspirant à adhérer un jour à l’union européenne. Puis, parce que Ankara tient absolument à  ce que le conflit israélo-palestinien soit solutionné  rapidement et durablement. Et pour ce il doit garder ses canaux de contacts privilégiés avec Israël. Peut-être bien que la solution à ce conflit séculaire vienne de la Turquie. Qui sait ?

 

Photo : Le 23 novembre 2009, Benjamin Ben-Eliezer (à gauche sur la photo), qui s’est entretenu, avec le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu (à droite sur la photo)

Publié dans Focus

Commenter cet article