L'Algérie pour la première fois au top 10 des Etats importateurs d'armes !

Publié le par Karim El Maghribi

L’Algérie n’est engagée dans aucun conflit armé direct. Ses seuls ennemis connus pour le moment sont les criquets qui dévorent son couvert végétal et ses récoltes et quelques maquisards qui ne sont pas tous des fous de Ben Laden. Loin s’en faut ! On colle à certains opposants politiques l’étiquette de terroristes pour mieux les écraser. Pourtant la junte qui est au pouvoir achète de plus en plus d’armes aussi coûteuses que sophistiquées alors que la majorité du peuple s’enfonce dans la misère. Pourquoi donc les généraux qui entourent le président Bouteflika, affaibli et malade, continuent à claquer l’argent des Algériens pour collectionner des armes comme les super-chasseurs russes Sukhoi, des systèmes de défense anti-aérienne sol-air de la famille des S-300 ou des sous-marins ? Est-ce à dire que l’Algérie qui possèdent juste un millier de km de littoral méditerranéen en face duquel ne se trouvent que des alliés européens cherche à défendre ses côtes contre d’éventuels bateaux de pêche pirates ou barques de clandestins en usant de sous-marins ? Mystère. Alger a-t-elle des ennemis invisibles, genre extraterrestres, ou se prépare-t-elle secrètement à attaquer l’un de ses voisins ?

Selon le SIPRI (institut indépendant basé en Suède), qui publie annuellement à la fin de chaque année, le rapport sur les ventes et les achats d’armements dans le monde, l’Algérie entre pour la première fois de son histoire au Top 10 des pays importateurs d’armes. Le rapport 2010 est loin d’être tendre avec les moustachus de la junte militaire algérienne : « il met en lumière la décadence de l’Algérie, qui n’est engagé dans aucun conflit direct et qui, pourtant, s’arme comme jamais auparavant. » Mais à part un éventuel plan secret d’agression de l’un des ses voisins, quelles sont les autres raisons qui expliquent cette folle course à l’armement qui inquiète même des pays lointains comme Israël. En voici quelques unes :

1) Pour voler leur peuple, les gradés de l’armée algérienne accumulent des stocks d’armes qui leur permettent des retro-commissions bien grasses. Pour cela, ces généraux privilégient des pays producteurs d’armes qui traitent avec des intermédiaires en leur concèdent des marges de bénéfice confortables comme la Russie ; cela donnant droit à des rétro-commissions conséquentes. La vénalité de certains hauts gradés de l’armée nationale populaire (ANP) est telle que souvent les armes achetées sont non seulement défectueuses mais ruineuses pour l’économie du pays : durant la fin des années 1980, l’ANP a acheté des centaines de camions militaires russes carburant au benzène alors que le pays dispose d’importantes quantités de gasoil, énergie beaucoup moins onéreuse. La raison de cette folie c’est que les intermédiaires des producteurs russes concédaient plus de marges sur les véhicules marchant à l’essence car ils sont difficilement vendables ;
2) La junte algérienne ruine son peuple en achats des armes surdimensionnées pour être dans les bonnes grâces des pays exportateurs ;
3) La junte ou l’ANP accumule des stocks d’armes pour pouvoir en refiler un jour une partie à des pays voyous comme le Venezuela de Chavez, l’Iran de Ahmadinejad ou à des pillards sanguinaires déguisés en mouvements de libération comme le Polisario, le PKK ou le Hezbollah …
C’est cette dernière éventualité qui inquiète Israël.

Publié dans Focus

Commenter cet article