L’assiette au leurre !

Publié le par Abdelkarim Chankou

MoiChankou.jpg

En voulant à tout prix élargir l’assiette fiscale, la majorité Benkirane a fini par restreindre à la taille d’un pois-chiche le bol alimentaire des couches vulnérables. Et pardon pour cette denrée qui est devenue de nos jours un luxe difficile d’accès. Avec le projet du budget 2014 qui prévoit entre autres « mesurettes », destinées plutôt à mignoter les technocrates du FMI que de renflouer les caisses de l’Etat, le relèvement du taux de la TVA à 20 % sur des produits de consommation basiques comme la sardine à l’huile, le riz, le thé, le beurre et le sel de table etc., le Marocain, qui est déjà en lutte acharnée avec un coût de la vie largement au dessus de ses moyens, va devoir désormais trop mâcher sa maigre pitance en la gardant le plus longtemps  possible dans sa bouche. Le ras-le-bol…


Il doit aussi bien sucrer son café ou thé et prier en même temps Allah pour que les prix du sucre et de l’eau de robinet n’atteignent pas des niveaux douloureux. Eventualité qui n’est pas du tout exclue à très court terme. Bien sûr, certains produits alimentaires dont le projet de la loi budgétaire prévoit le relèvement du taux de la TVA vont échapper au massacre ; les rédacteurs du projet de loi de Finances, en farceurs professionnels,  ont tenu à glisser dans la liste quelques amuse-gueules à jeter en pâture à une opposition qui aime mettre quelques os sous la dent pour satisfaire son ego et ménager son amour propre. On gagera que le beurre ferait partie des graciés. Le leurre…

 

D’autant que le beurre qui a fait la fortune d'un ou deux gros importateurs a depuis longtemps  été fui par les sans le sou qui lui ont substitué la margarine végétale, plus clémente pour les corps chétifs et cœurs fragiles… le beurre et l’argent du beurre …


Bref, en moins de deux ans, l’électeur de base qui a porté les islamistes light (au sens du poids et non pas de la lampe) aux affaires, se réveille avec une méchante gueule de bois. Non seulement il a découvert qu’il a voté sans le savoir pour le FMI (déguisé en PJD) mais qu’il doit désormais multiplier les prières en en allongeant la durée, dans l'espoir d’oublier les incessants appels de l’intestin. Prière de ne pas rire…

 

La vérté est que tout indique que le Maroc est bel et bien assujetti à un nouveau programme d'ajustement structurel par les Institutions de Brettons Woods et que le PJD, soucieux de son image et de ses soutiens extérieurs, n'a pas le moindre courage ni audace d'affronter. La mauvaise passe...


Enfin si les rares lecteurs qui lisent encore mes billets se demandent pourquoi je tiens un langage d’opposition, qu’ils sachent alors que c’est parce que tout simplement il n’y a pas une Opposition crédible dans ce pays. Il y a seulement des anti-majorités primaires et des ronds-de-cuir patentés de la politique politicienne… En somme des joueurs qui se sont mis sur le banc de touche et qui attendent que leur tour vienne quand l'arbitre sortira le carton rouge...

 

Publié dans Edito

Commenter cet article