La double peine ou l’histoire du policier mort empoisonné avec sa femme à Marrakech

Publié le par Karim El Maghribi

productimages_robb-balm-25g.png

Si l’information, relayée par certains journaux, il y a une dizaine de jours, et selon laquelle un jeune officier de la DGST de 23 ans et sa jeune épouse enceinte et son cadet de 4 ans, sont morts empoisonnés par un gel périmé vendu à la sauvette par des immigrés africains, est fondée alors on peut dire que la couverture professionnelle qui permet aux agents de police secrète de travailler efficacité et en sécurité n’est plus aussi sûre que le métier l’exige au Maroc comme partout dans le monde.


En effet l’important n’est plus de savoir si le gel Robb made in China, importé en contrebande de certains pays subsahariens et utilisé pour atténuer les douleurs musculaires, la congestion nasale et le catarrhe, a été ou non à l’origine du décès  du policier et de sa femme enceinte, mais de dire que ce triple décès dont a pensé au début qu’une pizza en était la cause, révèle une dérive grave d’une certaine presse et de non moins graves carences de la part des services concernés  dans notre pays.  Comme si la mort d’un jeune policier et de sa femme enceinté n’était pas assez dramatique, il fallait étaler la confiture pour préciser que le futur papa était un agent de la Direction de surveillance du territoire. Maintenant tout connaît le véritable métier du défunt, cela risque de nuire à sa famille et à celle de sa défunte épouse. Qui a révélé la profession du jeune officier ? Voilà une question d’une gravité extrême. Car si les agents de la DGST deviennent aussi voyants qu’un camion de pompiers, l’on peut dire adieu à la sûreté dans ce pays. Mais on voit d’ores et déjà la brèche s’élargir dans les murs des autorités sanitaires que cette salle affaire met en cause. En effet comment se fait-il que des produits médicaux ou paramédicaux périmés sont vendus librement par des marchands ambulants au vu et au su des services du ministère de la Santé ?  Faut-il rappeler qu’il suffit qu’une substance comme le méthyle salicyclate, base du produit en question ici (vendu à 10 dirhams pièce), se déméthyle (perte du groupe méthyle)   pour une raison ou une autre pour qu’il se transforme en morphine, puissante drogue dont l’overdose provoque l’arrêt de la respiration, cause probable du double décès du malheureux couple.  Double décès doublé d’une double peine, celle de l’indiscrétion et de l’incurie de services sanitaires.

Publié dans Focus

Commenter cet article