Le gag de l'année 2013 : Le parlement marocain veut interdire Israël et légaliser le haschich !

Publié le par Abdelkarim Chankou

ChanKarim.jpg

Feu Hassan II avait qualifié le parlement marocain, lorsqu’il était encore à étage unique (sans seconde chambre), de cirque où insultes et joutes oratoires n’avaient de but que de faire le clown devant les caméras de télévision pour amuser la galerie et épater le peuple, si bien que la production et le vote des lois étaient le dernier souci de nos représentants... d’eux-mêmes. Eh! bien le Regretté monarque, d’habitude clairvoyant, s’est lamentablement trompé de jugement. Le parlement n’est pas un cirque, c’est une halka ! où les bouffons se disputent le titre de qui pète le plus. Pour un pet, le dernier qui a reçu le prix de la grande puanteur est le fameux projet de loi visant à pénaliser toute normalisation du Maroc avec Israël.

 

Présenté samedi 18 mai dernier (3 jours après le jour de la création de l’Etat hébreu), ce projet de texte propose des peines de prison pouvant aller de deux à cinq ans et des amendes variant entre 100.000 et un million de dirhams. Je n’entre pas dans les détails, mais le simple fait d’inviter un journaliste israélien, même d’origine arabe, est considéré selon ce projet de loi comme un crime de normalisation avec le sionisme qui mérite le bagne. Pire : Si par malheur un vendeur ambulant analphabète comme le premier homo sapiens se fait pincer avec des dattes d’origine israélienne entrées au Maroc via l’Espagne où à travers le couscoussier que sont les postes-frontières sahariens de Bir Gandouz ou de Bir Moghrein, il ne faudra pas donner cher de la peau de ce moul el carossa qui ne saurait pas même situer son douar sur une carte, alors Israël…

 

Bref : ce projet de loi qui tombe à un moment où les parlementaires de tous bords réclament à cor et à cri que leur maison devienne l'unique source de légifération et qu’il soit mis fin à la mainmise de l’exécutif en matière de production législative, a semble-t-il satisfait ces initiateurs dont un mystérieux observatoire contre la normalisation avec Israël ; puisque ledit projet de texte est maintenant parrainé par cinq partis dont deux sont dans l’actuel gouvernement et trois dans l’opposition ; en l’occurrence le PJD, le PPS, l’Istiqlal, le PAM et l’USFP. Ce qui fait marrer dans cette histoire, plus que le gag des députés jordaniens qui voulaient, eux, poursuivre Israël devant le TPI pour crimes de guerre alors que le défunt Hussein de Jordanie avait écrasé dans le sang des milliers de palestiniens lors du fameux septembre noir, c’est que les « honorairables » députés marocains veulent aussi légaliser le haschisch !  

 

Voilà où on en est. Si jamais toutes les dispositions de la nouvelle constitution sont appliquées et que le parlement devient l’unique source de production et de vote des lois, il faudra s’attendre un jour à une législation du genre interdiction d’aller à la Mecque sous prétexte que Riyad aura rétablie ses relations diplomatiques avec l’Iran ou de visiter la Thaïlande à cause de la grande prostitution infantile qui règne ! Puisqu’on y est jusqu’au cou, continuons : Pourquoi ces députés en mal de biscuits-et mal élus en plus [moins de 37 % de Marocains ont votés en 2011]- ne déposent-ils pas plutôt un projet de loi qui interdise tout contact entre les Marocains et le polisario au lieu d'Israël où vit plus d'un demi million d'Israéliens d'origine marocaine dont 50.000 visitent régulièrement le Maroc, terre où sont enterrés leurs ancêtres ?

 

Non nos parlementaires qui n'ont visiblement rien à mettre sous la dent sont contents des contacts, du reste inutiles et lassants, avec le polisario. Ils veulent même légaliser la culture du marijuana dans le Rif et amnistier des centaines de tarfiquants de dorgue recherchés par les tribunaux !

 

Enfin, je conseille aux gabelous du fameux observatoire anti-normalisation avec Israël de bien lire mon billet avant de me cataloguer dans la colonne des chantres du sionisme ou des inconditionnels d’Israël. Je ne suis ni l’un ni l’autre (le contraire ne m'aurait pas fait honte). Bien que je sois de ceux qui considèrent que le sionisme était à l'origine un mouvement humaniste universel mais qui a un peu dévié de sa trajectoire à cause de l’insoutenable pression du monde extérieur sur un jeune Etat dont les ressortissants ont fini par se croire à nouveau assiégés à Massada. Amen !

Publié dans Sans sauce

Commenter cet article