Les coucheries de Livni pour l'intérêt d'Israël seraient de l'intox

Publié le par Abdelkarim Chankou & israel.infos.net

Égypte : Tzipi Livni, Mossad et coucheries, les ingrédients d'une intox (titre d'origine)
Par Mylène Sebbah

L'article paru dans Al-Masri Al-Youm, l’un des quotidiens les plus lus en Égypte, affirme l'ancienne ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni aurait eu des relations sexuelles avec des responsables arabes au cours de ses missions en tant qu’agent du Mossad dans le but de les piéger.

Ils puisent, selon eux, leurs sources dans un entretien de l’ancienne chef du parti Kadima, paru en 2009 dans le Times de Londres.

Mais dans cet interview, Tsipi Livni déclarait qu'elle n'était "pas contre le fait d’avoir des relations sexuelles afin d'obtenir de l'information qui profiteraient à l'État d'Israël.", elle prenait bien soin de préciser : "on ne m’a jamais demandé de coucher pour mon pays".

La déclaration fracassante : "J'ai eu des relations sexuelles avec les Arabes en échange de concessions politiques" figurait en bonne place dans l'édition papier de Al-Masri Al-Youm samedi et était toujours en "pole position" sur le site dimanche après-midi.
C’était l'article le plus lu au cours du week-end.

Il a recueilli 20.000 partages sur Facebook et 1.800 tweets et a été abondamment cité dans les médias égyptiens et arabes.

Pour les proches de Livni, cet article "est ridicule et fou." et n’a qu’un but : "empêcher le retour de Livni en politique où elle renforcera la position d'Israël au niveau national et international."

 

*************


Notre commentaire

Dans une étude publiée par l’institut Tzomet (certes controversée) et dont a fait état le quotidien Haaretz, le rabbin Ari Schvat écrivait que recourir au sexe par des espionnes du Mossad pour extorquer des renseignements vitaux à la sécurité d’Israël aux cibles ennemies était licite (kasher). On comprend que cela peut  choquer certaines franges de la société israélienne, d’autant que les cibles sont souvent des ennemies arabes. Mais cette « fatwa » juive a son équivalent chez les Arabes et particulièrement chez les chiites. En effet, la Taqiya, dissimulation permettant aux djihadistes de cacher leur jeu et de passer inaperçus en buvant de l’alcool, mentant ou en pratiquent le sexe hors mariage… Le captif perse qui a poignardé mortellement le calife Omar, dont les généraux ont défait le pays de Darius, avait caché son jeu en feignant sa conversion à l’islam afin de pouvoir s’approcher du calife. En publiant notre article, nous n’avions nullement l’intention d’empêcher quiconque de se présenter aux élection élections législatives du 22 janvier 2012 ou les gagner, encore moins de colporter des bidonnages d’un journal égyptien comme cela a été rapporté par le site israel.infos.net. Pour nous, le sexe hors mariage et avec l’ennemi fait partie naturellement des pratiques du monde de l’espionnage. D’ailleurs, ces histoires de femmes du Mossad trempant dans des relations avec des ennemies arabes ne datent pas d’hier : dès le début des années 1980, le brauit d'une liaison « amoureuse » d’une blonde israélienne avec le syrien Mostafa Tlass, alors ministre de la défense de Hafez Al Assad, avait couru.

Notre but et opinion étaient de monter que Livni disposait d'un atout majeur, celui d'avoir fait partie de Tsahal qu'il a quitté avec le grade de lieuntenant en 1980 pour rejoindre le Mossad. A notre avis seuls les politiques qui ont connu les atrocités de la guerre, froide ou chaude,  sont aptes de faire une paix viable et durable avec leurs ennemis.

Dont acte. En tout cas. Et nos sincères excuses à Mme Livni si elle s'est sentie atteinte dans son honneur par notre écrit.

A.C.

Publié dans On en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article