Maroc : Un réseau de 6 terroristes démantelé

Publié le par Karim El Maghribi

http://www.rfi.fr/actufr/images/091/maroc_policiers20070713_432.jpgRabat – Un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) apprend aujourd’hui que les services de sécurité ont démantelé un réseau terroriste, composé de 6 personnes, qui s'activait dans plusieurs villes du Royaume et projetait de commettre des actes terroristes, a annoncé mardi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

« Dans le cadre des efforts déployés par les services de sécurité pour lutter contre le terrorisme et l'extrémisme, ces services ont démantelé un réseau terroriste de six personnes imbus de l'idéologie Takfiriste (courant islamiste violent apparu en Egypte dans les années 1970 et  considèrant les gouvernants arabes modérés comme des impies), qui s'activait dans plusieurs villes du Royaume et projetait de commettre des actes terroristes à l'intérieur du territoire national », précise le communiqué qui ne citer ni les noms des personnes arrêtées ni les dates des arrestations encore, ni le(s) service(s) qui ont (a) procédé à ces coups de filet, encore moins les noms des villes où ont eu lieu ces arrestations.
Les membres de ce réseau seront déférés devant la justice à l'issue de l'enquête menée sous la supervision du parquet, ajoute la même source.

Notons que ce communiqué intervient le lendemain de la réception par SM le Roi Mohammed VI au Palais Royal à Rabat, de Taieb Cherkaoui, Ministre de l'Intérieur et M. le DGSN, Charki Draiss, venus remercier en personne le Souverain d’avoir bien voulu apposer le Sceau chérifien sur le nouveau statut particulier du personnel de la Sûreté Nationale attendu depuis plus de dix ans.

Ledit communiqué intervient également quelques jours après l’ouverture de la 35e session ordinaire du Conseil consultatif des droits de l'Homme (CCDH) à rabat et dont le président, l’ex gauchiste repenti Ahmed Herzenni, a publiquement et vertement critiqué la Direction Générale de la Surveillance du Territoire qu’il a accusée de continuer a pratiquer la « disparition forcée », autrement dit des arrestations illégales qui de plus ne respectent pas les délais de détention fixés par la loi.

Publié dans Focus

Commenter cet article