Marzouki pète les plombs!

Publié le par Abdelkarim Chankou

http://www.tunisienumerique.com/wp-content/uploads/marzouki5.jpg

Moncef Marzouki, le président de la république tunisienne, a lâché une énorme bourde intellectuelle et diplomatique en s’adressent le mercredi 25 juillet 2012, aux membres de l’Assemblée constituante qui l’a consacré chef d’Etat. Historique ? Pas vraiment. L’homme est connu pour ses écarts de langage et ses divagations périodiques si bien qu’une note blanche des services  secrets français, citant  un ancien ministre de Bourguiba, le présente comme un « révolutionnaire naïf et idéalise ». Apprécions : « Marzouki est un révolutionnaire naïf. Un idéaliste. Il croit encore à l’honneur et aux bonnes manières en politique, alors qu’en face de lui Ennahda [part islamiste au pouvoir : Ndlr] est un spécialiste des coups tordus et du marchandage. »


Mais cette fois l’ancien étudiant en médecine a battu tous les records. Il ose insulter l’institution monarchique marocaine à moins de quatre jours de la XIIIème fête du Trône,  et de surcroît en présence de l’ambassadeur du Maroc à Tunis ! Le Marzouki, soit il a attrapé la maladie de Parkinson (le Maroc l’a aidé quant il était aux abois), soit la harissa lui a monté au cerveau (pour un neurologue c’est un comble), soit il a perdu les pédales, soit il a perdu la calebasse… Bref, le monsieur inquiète. On a cru le Maghreb définitivement débarrassé d’un fou à lier comme Kadhafi et voilà qu’un autre toqué qui doit avoir un énorme grain (qui a dû  germer) s’installe. Pauvre de nous ! Pauvre Maghreb. Pauvres arabes !


 « La monarchie marocaine, même si elle cohabite avec des valeurs d’égalité, de libertés individuelles et autre droits de l’homme, reste un régime antinomique avec la démocratie et qu’à la tête de l’Etat marocain se retrouve un citoyen qui bénéficie d’un droit dont il est seul dépositaire, il y reste à vie et le transmet à un héritier de son choix sans que le peuple ait son mot à dire ».


Et « Harissaman » (son nom complet est Moncef ben Mohamed Bedoui-Marzouki) de péter le dernier plomb -ou peut-être de péter tout court- : « dans une monarchie constitutionnelle, une seule personne parmi des millions monopolise le pouvoir, puis le fait hériter à son fils ». Le « droits-de-lhommiste » peut-il nous dire pourquoi il ne cesse de faire le vide autour de son auguste personne depuis son élection à la présidence en novembre, la dernière démission, après celle de certains de ses conseillers,  étant celle du ministre des Finances ? Peut-il aussi nous dire pourquoi des parlementaires français ont boycotté son discours devant l’Assemblée nationale dont le député UMP d’origine tunisienne Pierre Lellouche ?


« La Tunisie est tombée dans l’escarcelle de la démocratie » a martelé le toubib sous les applaudissements des députés présents qui visiblement voulaient, peut-être, se faire pardonner le geste déplacée de l’ex-ministre des affaires étrangères, Mme Michèle Alliot-Marie, qui avait déclaré son intention d’envoyer du matériel répressif au régime de Benali en pleine intifada en février dernier.


Oui la Tunisie est peut-être tombée dans l’escarcelle de la démocratie. Mais vous Marzouki vous  êtes sûrement tombé très bas !

Publié dans Humeur

Commenter cet article