Montée inquiétante du racisme anti-africain au Maroc

Publié le par Abdelkarim Chankou

Le tapage médiatique fait autour du référendum d’autodétermination prévu le 9 janvier prochain au Soudan ne fera pas que des victimes parmi l’ethnie arabe de ce pays riche en matières hydrique et pétrolière. Les dommages collatéraux d’une consultation électorale qui sauf miracle séparera le Nord à majorité arabe et musulman du Sud à majorité africain et chrétien, se ressentiront jusqu’à dans des pays lointains comme le Maroc.

Déjà des signes inquiétants d’un racisme anti-africain commencent à apparaître ci et là. Surtout dans le Grand Casablanca où vit une importante communauté africaine, composée d’Ivoiriens, de Ghanéens, de Kenyans, de Sénégalais, de Maliens de Mauritanien (Maures), de Congolais, de Guinéens, de Gabonais, de Camerounais et j’en passe des nationalités.

La raison de cette résurgence d’un sentiment anti-noir que l’on a cru définitivement enterré est justement la situation au Soudan. Les télévisions satellitaires en mal d’audience notamment Al Jazeera passent en boucle à longueur de journées des reportages et des images montrant des Sud Soudanais noirs portant des noms latins haranguer d’autres Soudanais de la même ethnie et couleur pour les exhorter à voter la séparation de leurs « frères » arabes et musulmans. Ces images déjà choquantes et agaçantes pour nombre de marocains moyens tombent en plus dans un mauvais moment où la guerre entre Chrétiens et Musulmans semble surgir des ténèbres du passé, entre autres à cause de l’attentant commis le 1er janvier dernier contre une église copte d’Alexandrie qui a fait quelque 21 morts et une centaine de blessés. Ainsi aux images des Sud Soudanais négro-chrétiens exhortant leurs frères à voter la séparation se sont ajoutées celles de Coptes de France ou de Suisse pour ne citer que ces deux pays qui crient au secours en traitant les Musulmans d’envahisseurs et d’assassins.

Pour avoir une idée de cette montée de racisme anti-africain à Casablanca, ce dialogue dans un taxi entre un passager marocain et le chauffeur au sujet d’une passagère africaine qui a eu la mauvaise idée de demander à ce dernier de mettre le compteur à zéro. Le chauffeur : « J’ai pourtant juré de ne plus prendre en charge les Africains, même les Musulmans. Ils sont avares, soupçonneux et racistes. En plus ils voyagent en groupe de trois et puent. » Le passager à l’adresse de l’Africaine : « Pourquoi tu m’a agressé alors que j’ai voulu seulement te défendre ? ». L’Africaine : « Je n’ai pas besoin d’être défendue parce que je n’ai pas eu tort. » Le passager : « Tu es musulmane ou chrétienne ? » L’Africaine : « silence.» Re-question : « Tu es musulmane ou chrétienne, quel âge as-tu ? Toujours pas de réponse de l’Africaine. Le passager : « Tu es raciste, moi je ne le suis pas, j’ai seulement voulu te défendre. » Le passager : « Tu refuses de parler. » L’africaine exaspérée : « Si j’étais raciste je ne serais pas montée dans ce taxi. Et puis je suis libre de parler ou de me taire. » « Arrête, tu me casses la tête ! ». Cent mètres plus loin, la fille descend. Le chauffeur : « Si je n’avais pas eu pitié d’elle, je ne l’aurais pas prise en charge. Ces Noirs commencent à se sentir chez eux. »

Publié dans Focus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article