Oui Israël a une grande fête estivale qui dure un mois!

Publié le par jpost.com (édition française)

Que ceux qui s'imaginent que les habitants de l'Etat d'Israël passent leur  temps barricadés ou enterrés sous des abris anti-bombes aillent se faire voir ailleurs ! Le pays malgré les circonstances notamment l'état de guerre permanent avec ses voisins s'offre le luxe d'un festival de Jérusalem qui dure un mois. Trente jours de réjouissances programmées cette année du 23 mai au 24 juin. Qui dit mieux ?

 

Article de Jesrusalem Post version française :

http://www.israel-festival.org.il/2010/images/logo.gif 

Le Festival d’Israël, vous invite à quatre semaines de réjouissances artistiques (titre d'origine)

 

Jérusalem, ville sainte ? Certes, mais ville festive aussi ! Inspirés par la cité aux mille senteurs, à l’architecture et à l’histoire unique au monde, les organisateurs du tant attendu Festival d’Israël, livrent cette année encore un panel de surprises. Entre passé et présent : la Tour de David dans les enceintes de la Vieille Ville, l’ancienne station de train, la Piscine du Sultan, Ein Kerem, le théâtre de Jérusalem, le centre Gérard Behar, Mamilla, le YMCA et Beit Shmouel ; petits et grands, touristes et locaux, auront le loisir de se promener à travers les cultures du monde, dans tous ces lieux mythiques.

Car du 23 mai au 22 juin, la vie culturelle de la capitale israélienne prend un tournant, et pas des moindres. Côté musique israélienne, le pianiste et compositeur Shlomi Shaban se représentera dans un lieu à couper le souffle le 23 mai, à la Piscine du Sultan, lançant par la même occasion son nouvel album, entouré d’invités spéciaux Asaf Avidan, Berry Sakharof et Ninette Taïeb. Et pour clôturer le Festival, le groupe très populaire dans l’Etat hébreu, Kaveret, sera de la partie.

L'Abeille, une pièce de théâtre des plus extravagantes

  L'Abeille, une pièce de théâtre des plus extravagantes Photo: DR

Chez les Européens, des nouveautés sont à prévoir. Une représentation venue tout droit de Madrid, au ton flamenco et agrémentée de splendides costumes sera donnée à l’antique Tour de David. « Habillés pour danser », les danseurs espagnols porteront des costumes dessinés par Dali et Picasso. Dirigé par Margaret Joba et chorégraphié par Carlos Camoro, le spectacle a été spécialement adapté pour la venue historique de la troupe sur le sol israélien.

Les chorégraphes israéliens Sharon Eyal et Guy Behar représenteront leur troupe de danse, bien connue dans l’Etat hébreu sous le nom de LEV, à travers le spectacle « Housen », adapté au site qu’ils fouleront de leurs pieds, la Maison Hansen, un ancien hôpital de « lépreux », à Talbiyeh.

La chorégraphie met en scène la maladie, avec grâce, suspens et mystère.

L’art dans tous ses états 

Outre le danseur qui opère désormais avec succès en France, Emmanuel Gat, et qui a fait l’objet d’un article dans nos tribunes de l’édition du 17 avril, un classique israélien : la Compagnie de danse contemporaine du Kibboutz, Rami Beer. Et pour la première fois en exclusivité, le ballet du Grand Théâtre de Genève fait son entrée dans la ville sainte, avec deux chefs-d’oeuvre à la clé : Gloria, de Haendel et Les Noces, de Stravinsky. Sous la direction de Philippe Cohen, la troupe s’est récemment tournée vers la danse moderne, en adaptant des pièces de chorégraphes contemporains comme Saburo Teshigawara, Andonis Foniadakis et plus récemment Emmanuel Gat.

La pièce baroque Gloria est un prodige de grâce et d’énergie. Les Noces, composé par Stravinsky pour le Ballet russe, a connu sa grande première à Paris en 1923, soit il y a exactement 90 ans. La composition exprime les stéréotypes des relations entre les sexes, et incorpore à la fois la légèreté et des dynamiques plus « tempétueuses », oscillant entre tentation et force, passion et souffrance. La compagnie est composée de 11 femmes et 11 hommes.

Parmi les nombreuses pièces représentées, toutes plus extravagantes les unes que les autres, une a retenu notre attention en particulier : Jean Genet, « Fils de pute ». Ecrite et mise en scène par Zion Ashkénazi, un jeune Israélien, elle raconte l’histoire d’un voleur, écrivain, dramaturge, qui rêvait d’être un meurtrier… L’auteur français semble en prendre pour son grade. Tout un panel de pièces du monde entier est à explorer.

Pour les amoureux de la musique, de Beethoven à l’ensemble Naam, jeune et multiculturel, il y en a pour tous les goûts.

Quand la rue se fait théâtre 

En reprenant les mots de Shakespeare, le Festival se revendique ainsi : « Le monde entier est un théâtre », une mission que Yossi Tal- Gan, organisateur de l’événement, prend très à coeur. Depuis 31 ans, Tal-Gan est l’heureux hiérosolomytain en charge du Festival d’Israël, qui célèbre cette année ses 52 ans. « Aucun thème spécifique ne rassemble toutes les représentations, mais, cette année, l’idée était de mettre en valeur des « lieux » mythiques de la ville sainte, puisque tout se passe à Jérusalem. Les artistes eux-mêmes ont eu le choix de leur lieu de représentation ».

L’hôpital pour lépreux Hansen par exemple, vient d’être rénové et a ouvert ses portes au public récemment. Idem pour l’ancienne gare de train, à quelques encablures de la Moshava Guermanit, pendant des années fermée au public.

Autant de sites qui donnent un caractère mystique selon l’organisateur, et parfois même une atmosphère de mystère, que lui confèrent les artistes.

« Le but est aussi d’offrir des spectacles sur l’ancienne voie ferrée, des représentations de jazz, de musique israélienne. » Bref, en deux mots, il sera difficile d’éviter la joie contagieuse du Festival.

« La rue est un théâtre, aussi… », ajoute Tal- Gan. On y retrouvera des chanteurs et musiciens israéliens, qui interpréteront de la musique du monde, du ladino, du classique, mais aussi Daniel Zamir qui invitera Nino Bitton, Shlomo Bar, Riff Cohen et Yonatan Geffen.
Un autre lieu mythique est bien entendu la citadelle de David. Là, le spectacle présenté proposera un mélange de danse et de défilé de mode, de costumes dessinés par Dali et Picasso. La dernière fois que ce show a été présenté, c’était au musée Guggenheim de New York.

Interrogé sur le choix de la programmation, Tal-Gan répond du tac au tac : « Le but est d’abord de faire local, certes le Festival attire des artistes du monde entier, mais nous voulons trouver chez les créateurs israéliens des productions “marginales” ». Les troupes mondialement connues ne seront pas en reste.

« Ce que vous verrez ici au Festival qui se tiendra à Jérusalem, vous ne le verrez nulle part ailleurs », explique le directeur de l’événement. Au total, quelque 40 000 spectateurs sont attendus cette année.

Le Festival reçoit le soutien du gouvernement, des ambassades des pays représentés, de la municipalité de Jérusalem, du Fonds de Jérusalem et du Conseil pour les arts et la culture de Mifal HaPayis.

Commenter cet article