Scandale en Tunisie : un journal traite un ministre de "Juif"

Publié le par www.harissa.com

Le Syndicat des journalistes tunisiens rappelle à l’ordre Al Massa

Youssef.B

 

La sortie actuelle du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) montrant du doigt les pratiques de certains journaux, reflète un certain malaise qui a commencé à se développer avec la multiplication des journaux et magazines tunisiens après la révolution du 14 janvier.


Le communiqué, publié mercredi 15 février 2012 par le SNJT, critique pour la première fois le non-respect des règles déontologiques de la profession par quelques journaux qu’il cite explicitement, à savoir, le quotidien Attounissia et l’hebdomadaire Al Massa.


Le Syndicat considère que le respect de la liberté d’expression et de la liberté de la presse n’est pas en contradiction avec le respect des règles de déontologie journalistique.


Liberté d’informer et respect de la déontologie


Si le Syndicat des journalistes a reproché à Attounissia d’avoir publié « une photo scandaleuse », l’hebdomadaire Al Massa se voit reprocher de porter atteinte à la dignité et à l’honneur de personnalités politiques et du monde économique qui sont aussi aussi des citoyens ayant droit au respect de leur vie privée.


Le SNJT reproche, entres autres, à l’hebdomadaire Al Massa d’avoir traité Abderrazak Kilani, ministre chargé de la coordination entre l’Assemblée Constituante et le Gouvernement, de « juif » ce qui peut être perçu comme une insulte.


Pour de nombreux observateurs, cette attaque par le biais de cette « expression « juif » est une agression vis-à-vis de la communauté juive de Tunisie qui vit en parfaite intelligence avec les autres communautés nationales.


Cette communauté juive a été, rappelons-le, reçue dernièrement par le Président Moncef Marzouki et le Premier ministre Hamadi Jebali, qui ont tous deux donné les assurances nécessaires à leurs ressortissants pour vivre en paix et dans un esprit de fraternité en Tunisie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article