Vendredi noir au Campus universitaire (Cité Al Irfane) de Rabat

Publié le par Karim El Maghribi

 Nouvelle image

La Cité Al Irfane (du savoir) de Rabat a été le théâtre de violents heurts entre des étudiants sahraouis et les forces de l’ordre. Les rixes qui ont commencé très tôt ce vendredi, ont fais plusieurs blessés des deux côtés et des dégâts matériels estimés à des millions de dirhams.

 

Sous prétexte de la mort de l’un des leurs tués par un autre étudiant (un accident banal selon les autorités), plusieurs centaines d’étudiants cagoulés ont envahi le campus « Souissi 1 ». Les encagoulés ont mis le feu aux locaux de la direction du campus sans épargner le bâtiment du ministère de la Communication et les la résidence « Beit Al Maarifa » ainsi que des équipements du futur tramway et le vigile chargé de les garder. De même le directeur du campus été séquestré durant 45 minutes par ces étudiants sahraouis avant sa libération par des éléments des Forces auxiliaires.

 

Le boulevard Allal El Fassi était presque coupé à la circulation du fait de la vraie bataille rangée où des armes blanches et des bonbonnes de gaz auraient été utilisées par des étudiants sahraouis selon des témoignages si bien que le campus « Souissi 2 » a été déserté  par les étudiantes.

 

De tels heurts entre étudiants  de différents courants idéologiques sont courants et concernent tous les campus du Maroc et sont souvent le résultat d’une dispute autour d’une bouteille ou d’une fille… Mais quand ils coïncident avec les pourparlers entre Rabat, le Polisario et  l’Algérie sur le statut final du Sahara, ils revêtent inévitablement un caractère politique.

Publié dans Flash

Commenter cet article