Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

11 articles avec communique

9e Andalousies atlantiques : Essaouira en fête du 27 au 29 décembre 2012

Publié le par Association Essaouira Mogador

http://www.castano-flamenco.com/typo3temp/fl_realurl_image/bettina-castano-weisses-kleid-01-05.jpg

C’est à Dar Souiri que les Andalousies Atlantiques feront escale du 27 au 29 décembre pour leur 9ème édition. Un choix qui fait écho à la programmation de cette année dont la signature résolument féminine, trouvera à Dar Souiri le cadre intimiste et l’exception acoustique qui invitent au partage, à l’écoute et à la fête.

 

Des femmes et pas n’importe lesquelles. Beihdja Rahal tout d’abord qui nous vient d’Alger et dont les critiques les plus exigeants disent d’elle qu’elle apporte par le timbre de sa voix et la légèreté de son luth « la joie des âmes  dans la splendeur des paradis andalous ». Elle sera sur scène avec Françoise Atlan et Bahaa Ronda, deux icônes emblématiques de ce patrimoine, pour un trio pluriel et maghrébin qui a invité Amine Debbi (Chabab Al Andalus) et ses musiciens pour une rencontre de tous les talents qui fera date dans les annales.

 

Femmes encore venues de Tétouan, de Fès et bien sûr d’Essaouira pour revisiter les répertoires de Chekara, Salim El Halali et les plus belles pages du melhoun souiri.

 

Des pages que signeront également Abdelfettah Bennis et son orchestre (Fès) en ouverture du festival et Ben Omar Ziani en clôture pour que demeure l’esprit et résonnent les notes du « Matrouz » auxquels Essaouira a depuis longtemps choisi de s’identifier.

 

Le Matrouz qui sera au cœur du concert de l’ensemble oujdi dirigé par Ahmed Fakir qui nous dira à sa façon le gharnati dans le patrimoine que nous ont légué Samy El Maghribi, Zohra El Fassia ou Cheikh Mouizo.

 

Bien évidemment, le Flamenco ne sera pas en reste à Essaouira, loin de là, avec successivement un duo inédit entre Hakim Ludin (Afghanistan) et Bettina Castaño (Séville) et la Compagnie Flamenca de Valeria Saura. Deux spectacles  qui ont été la révélation 2012 des Biennales de Séville.

 

Emotion garantie et rencontres d’exception comme le sera aussi celle de ces musiciens palestiniens, compagnons de route à Essaouira et qui chaque année viennent témoigner avec talent et générosité de leur amitié et de leur adhésion au souffle et à l’esprit qui inspirent la Cité des Alizés.

 

-          Direction Artistique : Mme Françoise Atlan (Email : francoiseatlan.faae@yahoo.fr)

-          Organisation : Mme Nassima Touati (Email : nassima.touati@gmail.com)

-          Dar Souiri : Mlle Nora Saraoui  (tél +212 5 24 47 52 68 - Email : essmog@gmail.com)

 

 

Jeudi 27 Décembre, Dar Souiri                                                

21h00-22h00: L'Orchestre Ikhlas de Tétouan dirigé par Wafae Asri, qui rendra, entre autres, un hommage appuyé au grand Maalem  Chekara.

22h15-23h30: Abdelfattah Bennis, l’une des plus belles voix du répertoire « Ala » de Fès, dans la tradition du grand Maître Abdelkrim Rais.

Au delà de Minuit : Le Groupe de Femmes de la tradition  Gnawa d’Essaouira, dans le style du grand Maallem Mahmoud Guinea, dirigé  par Zayda Guinea.

Vendredi 28 décembre, Dar Souiri:

10h00-13h00: « Matinées-Colloques »    

Moments Précieux, Dar Souiri :

16h00-17h00: « L’Esprit d'Al Qods »

Un Moment Musical intimiste chargé d'émotion, en compagnie de magnifiques artistes qui nous viennent  de Palestine.

17h15-18h15: Un Flamenco inédit avec la danseuse  Bettina Castaño et Hakim Ludin, Maitre de percussion Afghan, un duo époustouflant : une vision du Flamenco totalement atypique  et d'une singulière beauté.

Les Soirées, Dar Souiri : 

21h00-22h00: L’Esprit de Grenade d'Oujda, dirigé par Ahmed Fakir, un vibrant  hommage à Samy EL  Maghrébi, Cheikh Mouizo, Zohra EL Fassya...

22h15-23h30: Beidhja RAHAL, l'une des plus belles voix de l’École Gharnatie D'Alger, accompagnée par Amine Debbi et ses musiciens, rejoints par les chanteuses Baha Ronda et Françoise Atlan.

Au delà-de Minuit : Hommage au Cheikh Abdelmajid Souiri, natif de la cite des Alizés, hommage rendu par l’Association Al Anouar Al Mohammadia, conduite par Mr  Hamza Jorti.

Samedi 29 Décembre, Dar Souiri:

10h00-13h00: Matinées-Colloques 

Moments Précieux, Dar Souiri:

16h00-17h00: L’Orchestre  de Femmes de Fès, dirigée par Ikram Idrissi, dans un répertoire ala, Melhoun, et tradition Chaabi  avec un hommage à  Salim Halali.

17h15-18h15:

Compagnie Flamenca Valeria Saura

Un guitariste, un baile et 3 femmes au chant et aux « palma ».

Valeria Saura, danseuse au "baile" authentique et plein de fougue, est élève de Manolo Marin et Belen Maya.

Elle est l’une des dernières révélations de la fameuse Biennale de Séville.

Les Soirées, Dar Souiri : 

21h00-22h00:  

Un grand moment de Flamenco: la danseuse Bettina Castaño et Hakim Ludin (percussions) nous font partager un moment Exceptionnel  et plein d'audace, entre tradition musicale Afghane et Flamenco « puro».

22h15-23h45:

Omar Ziani, le chantre de la Qasida Maghrebiya, et plus particulièrement du style judéo- marocain « Chgouri ».

Au-delà de Minuit :

Groupe de Femmes d'Essaouira sous la houlette de Haj Marina.

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Communiqué : Boostez la liberté en soutenant RSF!

Publié le par rsf.org


Des journalistes et leurs familles sont en danger.
Vous ne voyez pas cet email ? Cliquez ici.

Reporters sans frontières J'agis, je fais un don
Tous les moyens sont bons pour étouffer l'information
Voir la vidéo En savoir plus
Chèr(e) ami(e),

Meurtres, emprisonnements, menaces…
Les prédateurs de la liberté de l’information ne reculent devant rien pour réduire les journalistes et les net-citoyens au silence.

Ils n’hésitent pas à s’en prendre à leurs familles : parents, conjoints, enfants, cousins...

Alors qu’en France, les journalistes doivent protéger leurs sources, ailleurs ils doivent surtout protéger leurs proches !

Cette situation n’est pas tolérable : ensemble, nous pouvons agir !

Découvrez vite mon appel en vidéo et rejoignez notre combat de toute urgence.

Voir la vidéo

Christophe Deloire
Directeur général de Reporters sans frontières

JE DÉFENDS LA LIBÉRTÉ DE L'INFORMATION
je fais un don
75€ 100€
26€ après déduction fiscale* 34€ après déduction fiscale*

Vous contribuez par exemple
à former des journalistes au
contournement de la censure.


Vous participez par exemple
à l’exfiltration d’un journaliste en
danger de mort dans son pays.

Je fais un don Je fais un don

Je souhaite donner un autre montant*

*DÉDUCTION FISCALE : vous pouvez déduire 66% du montant total de vos dons.
Un don de 100 euros ne vous coûte réellement que 34 euros.

Reporters sans frontières
©2012 Reporters sans frontières | Contactez-nous | Mentions légales

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

FT+

Pour ne plus recevoir les messages de notre part, se désabonner.

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Aidez RSF pour que les journalistes s'acquittent de leur mission en Syrie

Publié le par rsf.org

Agissez contre les ennemis de

la presse et d’internet avec

Reporters sans frontières

Journalistes en Syrie¡¡: RSF n¡¯a jamais ¨¦t¨¦ confront¨¦ ¨¤ une situation d¡¯une telle urgence

 

 

 

 

Partager FacebookTwitter

 

L'information libre prise en otage en SyrieL'information est prise en otage

En Syrie, 12 journalistes et 29 citoyens-journalistes ont été tués dans l’exercice de leurs

fonctions depuis le début du soulèvement, en mars 2011. Au moins une trentaine de

journalistes professionnels ou amateurs sont actuellement emprisonnés en Syrie.

Reporters sans frontières a rarement été confrontée à une situation d’une telle

urgence.

De quelque bord qu’ils soient, les journalistes syriens sont victimes de censure et de violences. Comment assurer dans ces conditions une forme de pluralisme? Les journalistes indépendants

sont rares et paient parfois leur courage de leur vie.

Le conflit syrien a pris en otage l’information libre.

Reporters sans frontières assure les journalistes étrangers qui se rendent sur place.

Nous mettons à leur disposition casques et gilets pare-balles.

Nous aidons aussi les citoyens-journalistes syriens : nous leur fournissons

des téléphones et ordinateurs portables ainsi que des caméras, soit

plus de 18000 euros de matériel pour l’année 2012. Nous prenons aussi en charge

de nombreuses exfiltrations. Une fois en lieu sûr, nous leur octroyons des bourses

d’assistance et suivons leur demande d’asile.

Tout cela nous demande de l’argent et beaucoup de temps. Aujourd’hui, nos services

manquent de ressources face à l’urgence.

 

 

 Ils risquent leur vie pour nous informer, Aidez-les !

 

Christophe Deloire, Directeur général de Reporters sans frontières


Christophe Deloire
Directeur général de Reporters sans frontières

Signature Christophe Deloire


 

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Les Journées européennes du développement 2012 (EDD)

Publié le par European Commission

Organisées par le Haut commissariat européen au développement, les Journées européennes du développement 2012 se dérouleront  les 16 et 17 octobre à Bruxelles. Elles ont pour but le soutien au développement humain dans le monde. La planète comptera 9 milliards d'habitants en 2050. Pour prévenir la pauvraté et l'ignorance, c'est maintenant que ça se passe !

 

http://b.vimeocdn.com/ts/343/131/343131475_640.jpg

Brussels, 16 & 17 October 2012

Supporting inclusive and sustainable growth for human development

EDD12 Agenda and VIPs

 

A full and definitive agenda containing in-depth descriptions of all HLPs, P-Labs, and R-Labs scheduled to take place during EDD12 will be published closer to the event itself. In the meantime, click on the links below to download preliminary PDFs with the EDD12 Programme Overview and Full Programme. Alternatively explore the web-based agenda below (N.B. the web-based agenda is a work in progress and is being constantly updated as new information becomes available).

October 16, 2012

11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Building a Social Contract for Health
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
11:00 - 12:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Investment Monitoring Platform
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:30 - 13:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development A More Effective Partnership for a More Resilient World
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
11:30 - 13:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Empowering Women to Reshape the Economy through Innovation in MENA
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:30 - 12:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Restore Hope
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
12:00 - 13:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion The Roots of Democracy and Sustainable Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
12:30 - 13:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Scaling-Up Sustainable Trade Through European Private-Public Collaboration
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
13:00 - 14:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Inclusive Growth in an Urbanising World
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
13:30 - 14:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion European Report on Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Sustainable Growth Promotion in Local Level Financing - Cameroon
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Resilience: The Nutrition Dimension
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade How Can We Maximise Inclusive Growth and Development?
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion The Perspective of the Working Poor in the Informal Economy
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:30 - 16:00
Tour & Taxis, Auditorium D
Climate change - Natural disasters and crisis management - 2012 Disaster Risk Reduction in the Age of Climate Change
Climate change - Natural disasters and crisis management - 2012
14:30 - 15:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Global Index Insurance Facility – GIIF
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
15:00 - 16:00
Tour & Taxis, Room 3
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Data Visualization for Development Planning
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
15:30 - 16:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Peace and security - Private sector development - 2012 - Trade Mobile Services in Africa
Employment - Peace and security - Private sector development - 2012 - Trade
16:00 - 17:00
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development PIP: From Food Safety to Food Security
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Growing a Better Future for Farmers
Food security - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade The Role of the Private Sector in Transforming African Economies
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Placing Social Protection at the Heart of the Development Agenda
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
16:30 - 18:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion WTD - Working Together for Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
17:00 - 18:00
Tour & Taxis, Room 2
Civil Society - Culture - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 European Portal of Decentralised Cooperation
Civil Society - Culture - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012
17:30 - 18:30
Tour & Taxis, Room 1
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Voluntary Guidelines on Land Tenure
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development

October 17, 2012

11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Community Resilience: Social Safety Nets
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Inclusive Business Models
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Confronting Inequality
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
11:00 - 12:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Climate change - 2012 - Social inclusion Post-Rio+20: which strategy for sustainable and inclusive growth?
Climate change - 2012 - Social inclusion
11:30 - 12:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Trade, Growth and Development
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
12:00 - 13:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion DATA Report
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
12:30 - 13:30
Tour & Taxis, Room 1
Climate change - Energy - 2012 Renewable Energy in Africa
Climate change - Energy - 2012
13:00 - 14:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Private Sector Funding in Development
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
13:30 - 14:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Clean Start Program
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Free Humanity from Hunger!
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 Building Competitive Industries and Systems for Green and Inclusive Innovation
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Youth Economic Empowerment
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
14:00 - 15:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Promoting Biofuels, Creating Scarcity?
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:00 - 15:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Food security - 2012 - Sustainable agriculture & rural development The Promotion of Sustainable and Inclusive Growth in Local Development in Cameroon
Employment - Food security - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
14:30 - 15:30
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Towards Commerce 3.0: Creating a More Inclusive Global Economy through Technology-Enabled Trade
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
15:00 - 16:00
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Financial Inclusion & Microfinance
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
15:30 - 16:30
Tour & Taxis, Room 1
Climate change - Energy - Natural resources - 2012 Natural Resource Management
Climate change - Energy - Natural resources - 2012
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium A
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development Small Farmers – Big Business?
Food security - Natural disasters and crisis management - Natural resources - 2012 - Sustainable agriculture & rural development
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium B
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade New Partnerships in Decentralised Cooperation
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium C
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Making Finance Work for Inclusive Development
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
16:00 - 17:30
Tour & Taxis, Auditorium D
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Taking on the Challenge of Fragility
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:00 - 17:00
Tour & Taxis, Room 2
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Competitive Industries and Innovation Programme
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
16:30 - 17:30
Tour & Taxis, Room 3
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion Teenage Domestics can also Serve Growth
Employment - Information and communication technology - 2012 - Regional integration - Social inclusion
17:00 - 18:00
Tour & Taxis, Room 1
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade Financing SME-SMI, what solutions for the missing middle?
Employment - Private sector development - Public finances and macro-economy - 2012 - Trade
EDD12 Agenda and VIPs | European Development Days

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

« Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse » décerné par l'UE : date limite de participation : le 30 Mars !

Publié le par Délégation de l'UE à Rabat

 

Le concours pour l'édition 2011 du « Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse » lancé le 1er février est ouvert aux candidatures venues du pourtour méditerranéen, du Moyen-Orient et du Golfe jusqu'au 30 mars 2011.

 

Le « Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse », décerné depuis 2006 par l'Union européenne en association avec la Fondation Samir Kassir, rend hommage au journaliste et écrivain libanais Samir Kassir assassiné en 2005. Il récompense deux journalistes qui se sont illustrés par la qualité exemplaire de leur travail, dans les deux catégories suivantes : - meilleur article d'opinion ; et - meilleur(e) enquête / reportage. Le concours est ouvert aux journalistes de la presse écrite (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, en ligne), ressortissants des pays suivants : Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Egypte, Emirats Arabes-Unis, Irak, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Oman, Qatar, Syrie, Territoire palestinien occupé, Tunisie, et Yémen. Les candidats doivent soumettre un seul article sur un sujet traitant de l’Etat de droit ou des droits de l'homme (bonne gouvernance, lutte contre la corruption, liberté d'expression, etc.). Le jury sera composé de sept membres votants, issus du milieu des médias et de la société civile, et d’un observateur représentant l’Union européenne. Les noms des membres du jury seront communiqués le jour de la cérémonie de remise des prix, qui se tiendra le 2 juin 2011 à Beyrouth. Le lauréat de chaque catégorie recevra un prix de 10.000 €. En 2010, le jury a récompensé Mustafa Fetouri (Libye) dans la catégorie « article d'opinion » et Safaa Saleh (Egypte) dans la catégorie « enquête/reportage ». Le règlement du concours, les formulaires d’inscription et les détails du dossier de candidature sont disponibles sur le site www.prixsamirkassir.org. Pour toute question, une ligne téléphonique et une adresse e-mail sont à la disposition des candidats : Hotline : + 33 6 37 87 27 18. E-mail : coordination@prixsamirkassir.org

 

Informations pour les candidats :

 

Le règlement complet du concours, les formulaires d’inscription et les détails du dossier de candidature sont disponibles sur les sites Internet suivants : www.prixsamirkassir.org www.samirkassiraward.org. Le dossier complet peut être envoyé :

• soit par courrier électronique (sous format Word ou PDF), au plus tard le 30 mars 2011 à l’adresse suivante : coordination@prixsamirkassir.org

• soit par courrier postal (les documents devront être enregistrés sur CD-ROM) dans une enveloppe portant les mentions « Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse » – et « catégorie Article d’opinion » ou « catégorie Enquête-reportage » et parvenir au plus tard le 30 mars 2011 à l’adresse suivante: Délégation de l’Union européenne au Liban Immeuble 490 Harbor Drive - Avenue Charles Hélou Saifi – Beyrouth BP 11-4008. Riad El Solh LIBAN.

Pour toute question, une ligne téléphonique et une adresse e-mail sont à la disposition des candidats : Tel : + 33 6 37 87 27 18

E-mail : coordination@prixsamirkassir.org

 

Règlement :

1. Le concours est ouvert aux journalistes de presse écrite (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, en ligne) sans limite d’âge, ressortissants des pays suivants : Algérie, Arabie Saoudite, Bahreïn, Egypte, Emirats Arabes Unis, Irak, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Oman, Qatar, Syrie, Territoire palestinien occupé, Tunisie, et Yémen.

2. Les candidats doivent soumettre un seul article sur un sujet traitant de l’Etat de droit ou des droits de l'homme (bonne gouvernance, lutte contre la corruption, liberté d'expression, etc.).

3. L’article doit avoir été publié dans un organe de presse d’un des pays cités ci-dessus ou d’un des Etats membres de l’Union européenne.

4. L’article soumis au concours ne doit pas dépasser les 25.000 signes. Il doit avoir été publié entre le 15 mars 2010 et le 15 mars 2011.

5. Les candidats ne peuvent concourir que dans une seule catégorie et à titre individuel (les travaux de groupe ne seront pas acceptés). 

6. Le gagnant de chacune des deux catégories remportera un prix d’un montant de 10.000€.

7. L’Union européenne peut reproduire et diffuser les articles primés dans ses propres publications (non commerciales) et dans les publications relatives au « Prix Samir Kassir pour la liberté de la presse ».
8. Les membres du jury, le personnel de l'Union européenne et le personnel de la société Median sont exclus du concours.

 

Ndlr : Les articles en Français doivent être accompagnés d’une traduction en anglais. Bonne chance. A vous plumes, prêts, partez !

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Le SNPM appelle à l'ouverture d'une enquête pour identifier les responsables de l'agression contre des journalistes à Casablanca

Publié le par MAP

 

Rabat, 14/03/11- Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a appelé à l'ouverture d'une enquête sérieuse pour identifier les responsables de l'« acte d'agression» perpétré par les forces de police contre plusieurs journalistes, lors de la dispersion d'un sit-in d'activistes politiques et de droits de l'homme, dimanche à Casablanca.

 

Dans un communiqué, le SNPM affirme avoir adressé, à ce sujet, des correspondances au Premier ministre, aux Ministres de l'intérieur, de la justice et de la communication, les appelant à « assumer leurs responsabilités vis-à-vis des violations flagrantes des lois nationales et des conventions internationales en matière de droits de l'homme et de liberté d'expression ».

 

Le Syndicat indique qu'il suivra cette question avec "tous les moyens administratifs et légaux nécessaires », appelant, à cet égard, les journalistes à « se préparer pour faire face à toute atteinte à la liberté de la presse, et à une mobilisation pour défendre leurs droits au travail et à l'exercice de leurs devoirs professionnels, dans des conditions qui garantissent la protection de l'intégrité physique et morale ».

 

Le SNPM a dénoncé avec fermeté « la violence qui vise les journalistes lors de l'exercice de leurs missions et menace de leurs intégrités physiques », considérant que cet acte viole le droit des journalistes à exercer leur profession et à couvrir tous les événements sans exception.

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Journée mondiale contre la cyber-censure : RSF publie sa nouvelle liste des pays ennemis d’Internet

Publié le par Rsf.org


 

À l’occasion de sa Journée mondiale contre la cyber-censure, le 12 mars 2011, Reporters sans frontières a dressé un état des lieux de la liberté de l’information en ligne.

 

« Un internaute sur trois dans le monde n’a pas accès à un Internet libre. Une soixantaine de pays censurent le réseau à des degrés divers ou harcèlent les net-citoyens. Au moins 119 personnes sont emprisonnés simplement parce qu’elles ont utilisé Internet pour s’exprimer librement. Ces quelques chiffres font froid dans le dos. Alors que le Web a joué un rôle crucial dans les récentes révolutions tunisienne et égyptienne, de plus en plus de gouvernements tentent de manipuler l’information qui circule sur le Net et d’en retirer les contenus critiques. Il faut, plus que jamais, défendre la liberté d’expression en ligne et protéger les cyberdissidents. Cette journée est aussi l’occasion de rendre hommage à la solidarité dont les internautes font preuve les uns envers les autres », a déclaré Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières.

 

Les ennemis d’Internet

 

Reporters sans frontières rend public un rapport d'une centaine de pages qui fait le bilan de la situation de la liberté d’expression en ligne dans les 10 pays qualifiés d’ennemis d’Internet et les 16 pays placés sous surveillance. Les régimes répressifs déploient de multiples efforts pour contrôler les contenus, allant de la censure à la répression physique des acteurs du Web, en passant par la diffusion massive de propagande.

 

« La Tunisie et l’Egypte ont été retirés de la liste des ennemis d’Internet après la chute des gouvernements en place. Ces pays restent tout de même sous surveillance, au même titre que la Libye. Les acquis de la révolution sont à consolider et les libertés nouvelles doivent être garanties. Nous avons également placé sous surveillance trois démocraties – l’Australie, la Corée du Sud et la France – en raison de différentes mesures qui risquent d’avoir des conséquences négatives pour la liberté d’expression en ligne et l’accès au Web », a ajouté le secrétaire général de l’organisation.


Mobilisation sur un site dédié

 

A l’occasion de cette journée, Reporters sans frontières a conçu un site spécifique (12mars.rsf.org) sur lequel les internautes peuvent télécharger le pictogramme représentant la défense de la liberté d’expression en ligne. Il est également possible de visionner un film réalisé pour l’occasion par l’illustrateur français Joel Guenoun et de consulter la carte des trous noirs du Web.

 

Les internautes sont appelés à relayer ces informations sur les réseaux sociaux, les blogs et les sites en soutien aux net-citoyens emprisonnés. Ils peuvent utiliser le pictogramme disponible dans une vingtaine de langues (dont le chinois, l’arabe, le birman, le turkmène, le persan et le russe) comme image de leur profil Facebook, Twitter ou des autres réseaux sociaux.

 

2010, l’année du Web ?

 

L'année 2010 aura vu la consécration des réseaux sociaux et du Web comme outils de mobilisation et de transmission d’informations. Elle aura été marquée également par une complémentarité grandissante entre médias traditionnels et nouveaux médias, illustrée par le Printemps arabe, mais aussi par la publication des câbles diplomatiques américains par WikiLeaks, en collaboration avec plusieurs médias internationaux.

 

Internet reste avant tout un outil, utilisé pour le meilleur et pour le pire. Dans les pays les plus cloisonnés, il crée un espace de liberté. Son potentiel de diffusion d'informations irrite les dictateurs et rend inefficaces les méthodes traditionnelles de censure. Le Web est utilisé par les dissidents, mais aussi par les autorités afin de relayer la propagande officielle et de renforcer la surveillance et le contrôle des populations.

 

La nouvelle stratégie des régimes autoritaires ne rime plus tant avec un blocage pur et dur qu’avec une manipulation et une propagande en ligne. Certes, des pays comme la Chine, l'Arabie saoudite ou l'Iran appliquent toujours un filtrage sévère, qu'ils ont même tendance à accentuer en période de tensions, mais leurs internautes continuent d'apprendre à contourner la censure.

 

Lien

 

 .....................................................................................................................................................................

 

 

 

PRIX DU NET-CITOYEN 2011

 

Des blogueurs tunisiens mis à l’honneur pour avoir favorisé la liberté d’expression sur Internet

 

Le prix du Net-Citoyen, organisé avec le soutien de Google, est remis à un blogueur, un journaliste en ligne ou un cyber-dissident, qui a contribué à promouvoir la liberté d’expression sur Internet. Le vainqueur reçoit un prix d’un montant de 2500 €.

 

C’est un jury indépendant composé de spécialistes de la presse qui a choisi Nawaat face aux autres finalistes originaires de Bahreïn, du Bélarus, de Thaïlande, de Chine et du Viêtnam.

Dominique Gerbaud, président de Reporters sans frontières, Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières et le président de Google pour l’Europe du Sud, de l’Est, le Moyen-Orient et l’Afrique, Carlo d’Asaro Biondo, prendront ce soir la parole lors d’une cérémonie qui se tiendra à Paris, au Salon des Miroirs. Et c’est le fondateur de Médecins sans frontières, ancien ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, qui remettra le prix à Riadh Guerfali (dit Astrubal), co-fondateur de Nawaat.

« Les événements qui ont lieu au Moyen-Orient, mis en exergue par les net-citoyens tunisiens lauréats du prix, donnent à la cérémonie de cette année un aspect particulièrement significatif et intéressant», déclare M. Gerbaud. « Quelque 1,6 milliard de personnes utilisent Internet aujourd’hui, et toutes peuvent y publier leurs idées. Ces idées peuvent être découvertes et consommées par n’importe qui. L’accès à l’information signifie généralement plus de choix, plus de liberté et surtout plus de pouvoir pour les individus. »

Jean-François Julliard rappelle toutefois que cette liberté reste fragile et qu’elle est menacée. Près de 119 internautes sont actuellement emprisonnés pour avoir exprimé librement leur opinion en ligne, principalement en Chine, en Iran et au Viêtnam. Chaque 12 mars, la Journée mondiale contre la cyber-censure rend hommage à tous ceux qui sont emprisonnés pour avoir exprimé leurs opinions en ligne et à leur combat pour la liberté d’expression sur Internet. A cette occasion, Reporters sans frontières publie une liste des ennemis d’Internet représentant la répression croissante à laquelle font face les blogueurs et les réseaux sociaux.

« Les gouvernements répressifs du monde entier créent et appliquent des codes et des pratiques qui restreignent la liberté d’expression, aussi bien en ligne qu’hors ligne », précise M. Julliard. « Le nombre et la variété des défis se multiplient alors que les régimes répressifs et les adversaires de la liberté d’expression deviennent de plus en plus sophistiqués. » 

Le président de Google pour l’Europe du Sud, de l’Est, le Moyen-Orient et l’Afrique, Carlo d’Asaro Biondo salue également les lauréats tunisiens. « Nous parrainons cet événement et ce prix parce qu’ils défendent les valeurs fondamentales de notre entreprise : rendre l’information universelle accessible et utile partout dans le monde », déclare M. d’Asaro Biondo. « Notre groupe est avant tout construit sur le libre échange des informations. »

Le fondateur de Médecins sans frontières et ancien ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, est invité d’honneur de la cérémonie. "C'est par la censure, par des interdictions de presse et par l'arrestation des journalistes que s'annoncent les dictatures" tient-il à rappeler.
 


Le lauréat du Prix du Net-citoyen 2011 : WWW.NAWAAT.ORG

 

Nawaat.org est un blog collectif indépendant animé par des blogueurs tunisiens, créé en 2004. Son but : “il donne la parole à tous ceux qui, par leur engagement citoyen, la prennent, la portent et la diffusent”. Nawaat joue un rôle crucial dans la couverture des troubles sociaux et politiques en Tunisie depuis le 17 décembre 2010. Astrubal et Sami Ben Gharbia, deux blogueurs tunisiens bien connus publient régulièrement sur le site.

 

Le site a récemment créé une page spéciale sur les révélations de WikiLeaks relatives à la Tunisie, et une autre sur les évènements récents de Sidi Bouzid, qui n’ont pas été couverts dans les médias traditionnels. Nawaat met également à disposition des internautes des conseils sur le contournement de la censure, insistant sur les dangers de s’identifier en ligne.

 « Nous sommes très honorés par ce prix : il va contribuer à renforcer le journalisme citoyen que nous pratiquons depuis des années à Nawaat, malgré tous les risques encourus », déclare Astrubal. « Au-delà de Nawaat, ce prix est une forme d’hommage à tous nos confrères qui œuvrent, parfois au péril de leurs vies, dans des pays opprimant la liberté d'expression”

 


Les nominés du Prix du Net-citoyen 2011 :

Nawaat (Tunisie) 

Nawaat.org est un blog collectif indépendant animé par des blogueurs tunisiens, créé en 2004. Il a pour but de donner “la parole à tous ceux qui, par leur engagement citoyen, la prennent, la portent et la diffusent”. Nawaat joue un rôle crucial dans la couverture des troubles sociaux et politiques en Tunisie depuis le 17 décembre 2010. Son action est représentative de la place essentielle des blogueurs et des utilisateurs des réseaux sociaux dans la lutte pour le droit à l’information. Le site a récemment créé une page spéciale sur les révélations de WikiLeaks relatives à la Tunisie, et une autre sur les évènements récents de Sidi Bouzid, qui n’ont pas été couverts dans les médias traditionnels. Nawaat met également à disposition des internautes des conseils sur le contournement de la censure, insistant sur les dangers de s’identifier en ligne. Astrubal et Sami Ben Gharbia, blogueurs reconnus, sont les fondateurs (et contributeurs) du site.

 

Ali Abduleman (Bahreïn)

Ali Abdulemam, blogueur très actif considéré par les net-citoyens comme un pionnier d’Internet au Bahreïn et dans le Golfe, a été emprisonné en septembre 2010, accusé de diffamation envers les autorités du royaume. Il a été également accusé d'avoir publié sur le forum BahrainOnline.org, un site pro-démocratique bloqué dans le pays et qui accueille plus de 100 000 visiteurs par jour, "de fausses informations sur les affaires internes du pays" dans le but de le déstabiliser. Les appels à sa libération se sont multipliés, sous la forme d’une campagne de solidarité, d’un groupe Facebook, et de pétitions. Le 22 février 2011, en signe d’apaisement envers l’opposition et les manifestants, le gouvernement l'a soudainement libéré, ainsi que les 22 militants de l’opposition et des droits de l’homme jugés en même temps que lui. Le blogueur a déclaré avoir été victime de torture et de mauvais traitements lors de sa détention.

Jiew, Prachatai (Thaïlande)

Chiranuch Premchaiporn, connue sous le nom de Jiew, est la directrice et webmaster de Prachatai (http://prachatai.com/), un site alternatif d’information thaïlandais. Arrêtée à de nombreuses reprises, elle est aujourd’hui sous le coup de plusieurs chefs d’accusation, dont celui de diffamation envers la famille royale, en vertu du « Computer Crimes Act » (loi sur la cybercriminalité) et du code pénal. Le site Prachatai a dû changer plusieurs fois d’adresse, suite à des mesures de blocage, alors qu’il assurait une couverture objective des troubles qui ont agité la Thaïlande en avril-mai 2010. Jiew est aujourd’hui victime d’un véritable harcèlement judiciaire pour son rôle à la tête de l’un des derniers sites à avoir résisté à la censure lors de ces événements. Son cas illustre les abus de l’utilisation du crime de lèse-majesté et de la loi sur la cybercriminalité. Elle risque un total de 70 ans de prison. Son procès a été reporté à septembre 2011.

Tan Zuoren (Chine)

Tan Zuoren, coauteur du blog 64tianwang, est actuellement détenu en Chine. Il a été condamné, le 9 février 2010, à cinq ans de prison pour «incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat».

Il avait été arrêté en mars 2009 après avoir appelé les Netcitoyens chinois à venir dans le Sichuan pour documenter ses recherches sur la situation des familles des victimes du séisme. Il mettait en cause les autorités locales, en avançant que les bâtiments en “tofu” des civils contrastaient vivement avec la solidité des bâtiments du gouvernement. Tan Zuoren est l’un de ces Net-citoyens arrêtés pour avoir défendu l’intérêt général, à l’instar, notamment, de Huang Qi (condamné à trois ans de prison la même raison).

Pham Minh Hoang (Viêtnam/France)

Le blogueur franco-vietnamien Pham Minh Hoang a été arrêté le 13 août 2010. Il a officiellement été inculpé le 20 septembre dernier, pour «avoir mené des activités en vue de renverser le gouvernement» en vertu de l’article 79 du code pénal et appartenir au parti d’opposition Viet Tan, qualifié par les autorités d’»organisation terroriste». Le gouvernement lui reproche la publication, sur son blog (www.pkquoc.multiply.com), de trente articles critiques sous le pseudonyme de Phan Kien Quoc. Il est, en outre, accusé d’avoir réuni une quarantaine d’étudiants dans un groupe extra-scolaire pour former des futurs membres de Viet Tan.

Selon sa femme, Le Thi Kieu Oanh, Pham Minh Hoang a été arrêté uniquement pour son opposition aux projets d’exploitation de mines de bauxite par la Chine, un sujet très sensible au Viêt Nam.

 

Natalia Radzina, Charter97 (Bélarus)

Sous la direction de sa rédactrice en chef, Natalia Radzina, le site d’informations Charter 97 dénonce les cas d’arrestations, d’agressions ou de harcèlement de militants des droits de l’homme et de journalistes. Le site  a été victime de nombreuses cyberattaques et a dû faire face à des poursuites judiciaires ces dernières années. Les journalistes ont aussi fait les frais de la répression, par le pouvoir, des manifestations qui contestaient, en décembre, la réélection du président Loukachenko. NataliaRadzina a été blessée à la tête par des policiers, le 19 décembre. Libérée fin janvier 2011, mais placée en résidence surveillée, elle est toujours poursuivie pour « participation à des émeutes » et encourt à ce titre des peines pouvant atteindre jusqu’à 15 ans d’emprisonnement. Le fondateur du site, Oleg Bebenin, a été retrouvé “pendu” en septembre dernier. La thèse officielle du suicide est réfutée par ses proches et ses collaborateurs, qui y voient un crime politique.

 

Lien  

-----------
Lucie Morillon

Reporters Without Borders / Reporters sans frontières
Head of New Media Desk / Responsable du Bureau Nouveaux Médias
tel: +33 1 44 83 84 71
Twitter: @luciemorillon / @RSF_RWB
Skype: rsfnet
 

 

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

Moyen-Orient & Afrique du Nord - Les médias continuent à être la cible des campagnes de répression

Publié le par Rsf.org

Alors que les mouvements de protestation s’amplifient en Libye, au Bahreïn et au Yémen, demandant réformes et changements démocratiques, les autorités ont choisi de répondre par la violence et de réprimer les journalistes qui tentent de couvrir les manifestations.

 

Libye

 

Les autorités libyennes imposent un black-out de l’information sur les événements dans le pays. Il était déjà très difficile de recueillir des témoignages de personnes sur place avant le début de la répression de l’insurrection populaire. Il est maintenant devenu quasiment impossible pour un journaliste de faire son travail. Les rares correspondants étrangers présents sur place avant la crise sont extrêmement surveillés, aussi limitent-ils leurs déplacements.

De nombreux journalistes étrangers cherchent à se rendre en Libye, notamment via le frontière tunisienne. Ben Wedeman, journaliste de CNN, a pu entrer dans le pays, le 22 février 2011, au matin par la frontière égyptienne. Des journalistes égyptiens ont également pu entrer dans la soirée du 21 février, également depuis l’Egypte.

La chaîne satellitaire Al-Jazeera accuse les services de renseignements libyens de brouiller, depuis le 20 février, son signal dans le pays. Le site Internet de la chaîne est inaccessible partout en Libye. Les chaînes libanaises National Broadcasting Network, Al-Jadeed et Al-Manar dénoncent également des brouillages.

En outre, l’organisation est sans nouvelles d’Atef El-Atrash, journaliste pour le journal Quryna depuis le 18 février dernier. La veille, il était intervenu en direct sur Al-Jazeera pour commenter les manifestations de Benghazi (http://www.cpj.org/2011/02/libyan-journalist-missing-media-attacked-in-libya.php).

Selon les sociétés Arbor Networks et Renesys, Internet aurait été coupé à plusieurs reprises depuis le 18 février. Le trafic aurait repris partiellement mais resterait très perturbé. Reporters sans frontières a reçu des informations selon lesquelles toutes les connections téléphoniques, sur lignes fixes et mobiles, auraient été coupées depuis le 21 février.

D’autre part, les médias officiels ont été pris pour cible par des manifestants anti-gouvernementaux. Les locaux de la chaîne Al-Jamahiriya 2 et ceux de la radio publique Al-Shababia ont été saccagés, le 20 février, par des manifestants à Tripoli. La diffusion de la chaîne, suspendue dans la soirée, a repris le lendemain. Selon le Foreign Policy, des manifestants se sont emparés d’une station de radio publique à Benghazi, confisquant l’antenne et appelant les médias internationaux à couvrir la répression orchestrée par “le criminel Qadhafi”.

Dans leurs interventions publiques, Muammar Qadhafi et son fils Seif Al-Islam ont clairement accusé l’étranger d’avoir perpétré chaos. Le 21 février, Muammar Qadhafi traitent les télévisions étrangères de "chiens errants”.

 

Yémen

 

Au Yémen également, les violences à l’encontre des professionnels de l’information se poursuivent.

Ainsi, le 22 février 2011, les forces de l’ordre ont agressé le correspondant du journal en ligne Almasdaronline, Zaki Saqladi, dans province d’Ad-Dali (sud du pays), avant de confisquer son véhicule et son appareil photo.

Abdel-Karim Salam, correspondant de Swiss Info, a été victime d’une agression violente le 20 février dernier, alors qu’il couvrait un sit-in devant l’université de Sanaa. Il a été transféré à l’hôpital.

Le 18 février dernier à Aden, les forces de l’ordre yéménites ont arrêté de manière arbitraire 18 collaborateurs du journal indépendant Al-Yaqin. Ils ont été transférés au siège de la sécurité du gouvernorat. Selon le rédacteur en chef du journal, Abdullah Masleh, ils ont été arrêtés par l’unité spécialisée dans la lutte contre le piratage et le banditisme. Le journal avait largement couvert les manifestations récentes, mentionnant les noms des morts et des blessés. Il avait également publié l’interview du président du groupe parlementaire du Parti socialiste et celle d’un politologue yéménite qui expliquaient la possibilité d’une contagion de la révolution égyptienne au Yémen. C’est la deuxième arrestation massive de professionnels de l’information au Yémen depuis le début de l’année 2011. A la fin du mois de janvier, 15 journalistes avaient déjà été enlevés.

Un groupe de sympathisants du parti au pouvoir a attaqué le directeur du bureau d’Al-Arabiya à Sanaa, Hamoud Munser, et un cameraman de la chaîne. Ce dernier a été hospitalisé. Ont également été agressés un correspondant de la chaîne iranienne Al-’Alam TV, Awsan Al-Qaatabi, et le cameraman de Qatar TV, Yasser Al-Maamari, alors qu’ils couvraient une manifestation dans le quartier Kentucky de la capitale.

La journaliste freelance Bushra Al-Maqtari, qui a, entre autre, contribué au site Marebpress, a été blessée, le 18 février, dans la province de Taez, par les projectile d’une bombe lancée par des sympathisants du parti au pouvoir. Elle se trouvait sur la place, rebaptisée “Place de la Libération” par les manifestants, en référence à l’insurrection en Egypte. Le veille, le correspondant du Guardian, Tom Finn, a été attaqué par un groupe d’hommes portant des bâtons. Ils ont tenté de confisquer sa caméra.

 

Bahreïn

 

Si les forces de sécurité avaient jusqu’alors fait preuve de retenue dans leur façon d’entraver le travail des journalistes, le 18 février, un hélicoptère et des snipers ont tiré sur le journaliste Michael Slackman et le cameraman Sean Patrick Farrell du New York Times, qui filmaient les violences se déroulant sur la place de la Perle à Manama.

Selon l’entreprise américaine de sécurité informatique Arbor Networks, le trafic Internet depuis et vers le Bahreïn aurait diminué d’environ 20 % ces derniers jours, ce qui pourrait suggérer que le pays a intensifié son filtrage du Net en réponse aux troubles. La vitesse de la bande passante a été fortement ralentie.

Cependant, les autorités ont libéré, le 22 février tard dans la soirée, 25 militants de l’opposition et des droits de l’homme, dont les blogueurs Ali Abdulemam et Abdeljalil Al-Singace, arrêtés le 4 septembre 2010 dont le procès s’était ouvert le 28 octobre 2010. Reporters sans frontières salue ces libérations, mais condamne l’arrestation arbitraire et le maintien en détention de ces militants des droits de l’homme. Victimes de mauvais traitements et d’actes de torture, ils étaient jugés dans le cadre d’un procès inique au cours duquel ont été largement bafoués les droits fondamentaux inscrits dans les conventions internationales signées et ratifiées par le Bahreïn. Nabeel Rajab, directeur du Bahrain Center for Human Rights, a déclaré à CNN qu’une centaine de prisonniers politiques avaient été libérés, mais qu’environ 400 sont toujours détenus.

Abdeljalil Al-Singace, directeur d’Al Haq (mouvement pour les libertés civiles et la démocratie) et universitaire avait déjà été arrêté en 2009 pour avoir prétendument lancé une campagne de déstabilisation contre le gouvernement. Il dénonçait sur son blog (http://alsingace.katib.org) les discriminations à l’égard des chiites, ainsi que l’état déplorable des libertés publiques dans son pays. Ali Abdulemam, un blogueur très actif, est considéré par les net-citoyens du pays comme un pionnier d’Internet dans le pays. Il était accusé d’avoir diffusé de fausses informations sur le forum BahrainOnline.org, pro-démocratique et bloqué au Bahreïn malgré ses 100 000 visiteurs par jour. Collaborateur du réseau mondial de blogueurs Global Voices, il est intervenu dans de nombreuses conférences internationales pour dénoncer les atteintes aux droits de l’homme à Bahrein. Il avait déjà été arrêté en 2005 pour des écrits critiques du régime sur son blog.

 

Iran

 

D’après plusieurs sources contactées par Reporters sans frontières en Iran, les autorités du pays ont à nouveau bloqué Internet et les réseaux de téléphones mobiles, et ce dès le début de la manifestation du 20 février à 15 heures. Les connexions Internet ont été fortement ralenties, voire coupées dans certains quartiers, notamment à Téhéran, Ispahan et Shiraz, Mashad, rendant de facto la navigation et l’envoi d’emails difficiles, voire impossibles. Le réseau de SMS a été coupé dès le 20 février à midi, dans plusieurs régions du pays, empêchant notamment l’usage de Twitter.

Les programmes de la chaîne britannique BBC et de la chaîne américaine Voice of America (VOA) ont été fortement brouillés. L’accès à Gmail, AOL et Yahoo ! a été rendu très difficile dans plusieurs régions.

Les attaques contre les sites d’information indépendants et les sites proches de l’opposition continuent. Le 21 février 2011, le site de Voice of America a été hacké, suite à des attaques menées par la "cyber-armée" iranienne (voir l’illustration). La création de cet organe de censure avait été annoncée le 20 mai 2010, par Ebrahim Jabari, l’un des commandants des Gardiens de la Révolution. Cette "cyber-armée" est responsable des actions de répression contre les réseaux qualifiés de "destructeurs", et de l’arrestation de centaines de Net-citoyens. Parmi ses victimes, plusieurs sites, tels que Twitter ou Radio Zamaneh.

Lire: http://fr.rsf.org/maghreb-et-moyen-orient-les-medias-continuent-a-etre-la-23-02-2011,39603.html

-----

Soazig Dollet
Bureau Afrique du Nord & Moyen-Orient / North Africa & Middle-East Desk
Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
47 rue Vivienne 
F - 75002 Paris
Tél : + 33 1 44 83 84 78
Fax : +33 1 45 23 11 51
E-mail : moyen-orient@rsf.org / middle-east@rsf.org
http://www.rsf.org

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

RSF : Le départ d’Hosni Moubarak doit inaugurer une nouvelle ère pour les libertés publiques

Publié le par Rsf.org

 

Un mois après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie, le départ du raïs égyptien Hosni Moubarak, le 11 février 2011, nourrit de nombreux espoirs pour le pluralisme et les libertés dans cette région du monde. Reporters sans frontières accueille la nouvelle avec satisfaction et prudence, après quinze jours de violente répression contre la presse nationale et internationale.
« Ce symbole doit aller jusqu’au bout, c’est-à-dire dans l’instauration d’un véritable État de droit, où les journalistes et net-citoyens ne craindront plus de s’exprimer, où le pluralisme des idées et des opinions ne signifiera plus risquer la prison, où le droit d’informer et d’être informé seront réellement respectés », a déclaré Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation.
Hosni Moubarak a cédé le pouvoir au Conseil suprême des forces armées. « Nous n’oublions pas l’attitude des militaires, qui se sont heureusement gardés de réprimer la révolte populaire. Avant de rendre le pouvoir aux civils à l’issue d’élections libres et transparentes, l’armée doit accompagner les changements profonds réclamés par la société égyptienne, et notamment garantir une presse plurielle », a conclu Jean-François Julliard.
Bilan des violences

-----
Soazig Dollet
Bureau Afrique du Nord & Moyen-Orient / North Africa & Middle-East Desk
Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
47 rue Vivienne
F - 75002 Paris
Tél : + 33 1 44 83 84 78
Fax : +33 1 45 23 11 51
E-mail : san@antonio.net /san@antonio.net

rsf.org

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

A partir d'aujourd'hui RSF héberge un site mirroir de Wikileaks

Publié le par RSF.ORG

http://www.skuggen.com/wp-content/uploads/2010/11/wikileaks-31.jpg

A partir du 21 décembre 2010, Reporters sans frontières hébergera à l’adresse wikileaks.rsf.org un site miroir de la rubrique dédiée aux télégrammes diplomatiques américains publiée par WikiLeaks.
« Nous apportons symboliquement notre soutien au droit de WikiLeaks à publier des informations et à ne pas être entravé dans cette démarche. Reporters sans frontières défend la liberté de circulation des informations sur Internet et le principe de protection des sources, sans lesquelles le journalisme d’investigation ne peut exister », a déclaré l’organisation.
Avec la publication des télégrammes diplomatiques américains, WikiLeaks a mis à disposition de cinq grands quotidiens internationaux et du public un matériau inédit. Les pressions et tentatives de fermeture de WikiLeaks relèvent d’une atteinte au rôle de « chien de garde de la démocratie » évoqué à propos de l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). La Cour a plusieurs fois insisté sur le fait que ce rôle implique la protection des sources et l’absence de mesures gouvernementales destinées à faire taire ces sources.
Comme souvent en matière d’investigation journalistique, les documents révélés par WikiLeaks et portés à la connaissance de grands médias d’information ont été obtenus par des procédés en dehors de la légalité. De fait, WikiLeaks et les médias qui ont collaboré avec lui ont certes été placés en position de receleurs. Mais Reporters sans frontières rappelle que la CEDH a récusé la notion de « recel » quand pouvait être invoqué l’intérêt général - ce qui est le cas - et le droit du public à être informé.
Au nom de la libre circulation de l’information, Reporters sans frontières apporte son concours à WikiLeaks en hébergeant un site miroir. L’organisation précise que ce soutien ne s’inscrit que dans le cadre du partenariat mis en place entre WikiLeaks et des médias d’information et que celui-ci sera réexaminé en fonction des activités et des contenus proposés à l’avenir par le site Internet.

rsf.org

Publié dans Communiqué

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>