Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2 articles avec post mortem

Maroc : Œcuménisme autour de la mise au tombeau de Simon Lévy

Publié le par Abdelkarim Chankou

 

 

Ils étaient tous là, au cimetière juif de Ben’Msick à Casablanca, ce dimanche 04 décembre 2011 à 15h00 GMT. L’œcuménisme  quoi ! Du Conseiller de Sa Majesté M. André Azoulay au  SG de la communauté israélite du Maroc, Me Serge Berdugo en passant pas des personnalités politiques  comme l’ancien Premier ministre socialiste  Aberrahmane Youssoufi ou même le Premier ministre désigné le PJDiste Abdelilah Benkirane en passant par des acteurs de la société civile tels MM Sion Assidon et  Mohamed M’jid qui malgré l’âge a tenu à être présent sans perdre de vue l’homme de service du Musée juif de Casablanca… Un bel et vibrant hommage au défunt Simon Lévy. Nous rediffusons ici un extrait du JT arabophone de la chaîne 2M où  le fils du défunt Jean fait une courte et émouvante déclaration. Paix sur l’âme de Simon Lévy et que terre lui soit légère !

Publié dans Post Mortem

Partager cet article

Repost 0

Quand les anciens s’en vont

Publié le par Abdelkarim Chankou

fond-ecran-bougie.jpgCes six derniers mois ont été marqués par la disparition de cinq intellectuels et militants hors pair.

 

Deux juifs marocains, les regrettés Edmond Amran El Maleh, philosophe et poète, parti à 93 ans,  le 15 novembre, et son compatriote de même confession, l’ excellent ingénieur des mines et homme politique engagé,  Abraham Serfaty, qui a rendu l’âme trois jours plus tard, le 18 Novembre, date qui commémore l’indépendance du Maroc pour laquelle le défunt, comme Edmond, s’était battu à mort et qui lui valu prison, souffrance et exil.

 

Deux musulmans, deux voisins, deux frères. Le philosophe marocain et grand critique de la raison arabe, Mohamed Abed El Jabri, parti le 3 mai et son collègue algérien Mohamed Arkoun, le grand spécialiste de la pensée arabe, qui a quitté ce monde le 14 septembre. Quelques jours avant feu Arkoun, le 2 novembre, un chrétien français mais marocain d’adoption, Jean-Pierre Koffel, tire lui aussi sa révérence après avoir légué une bibliographie riche et variée.

 

Certes ce Quintemvirat a quitté notre monde après avoir « longuement vécu », le plus jeune le composant, Al Jabri, avait 75 ans et le plus vieux, El Maleh, frisait les 93 ans, mais en plus de nous être encore utile, tous ont dû sentir au moment du dernier soupir un picotement d’amertume. Un arrière-goût d’inachevé. Chacun en ce qui le concernait aurait eu pour la dernière fois une pensée pour la décadence sans précédent de la pensée et de la culture, spécialement de la lecture et de l’écriture sans oublier le long chemin qui reste encore à faire avant une paix juste, viable et durable entre les Palestiniens et les Israéliens.

 

Pour ne citer que deux exemples, Feu Arkoun, à la fin de sa carrière, avait parfois le sentiment de prêcher dans le désert et Feu Serfaty rêvait du jour où il pourrait fouler la terre d’Israël sans manquer à l’engagement de sa vie…

 

Que la terre leur soit légère !

Publié dans Post Mortem

Partager cet article

Repost 0