Manifestation du 27 février à Casablanca

Publié le par Karim El Maghribi

 

 

Sans les badauds, les manifestants étaient ce dimanche 27 février près d’un millier à se rassembler  dans le milieu de la journée devant le siège de la Wilaya (le Hide Park casablancais). Vers 16h30 (après la prière de la mi-journée), comme d’habitude, les slogans changent et les visages aussi. On ne voyait plus les gars de la secte islamiste d’Al Adl wa Al Ihssane. Mais seulement d’autres figures. Encadrés par quelque 200 de policiers en civil ou en tenue, une cinquantaine d’individus, des gauchistes radicaux d’après leurs looks caractéristiques, ont squatté la « Place de la Fontaine » durant quelques heures, juste en face du bâtiment de la wilaya, de l’autre côté de l’avenue Hassan II. Laquelle était interdite d’accès aux manifestants par le cordon de sécurité, imposant mais courtois.

 

Les slogans diffèrent et de rythme et de violence. On cite Jina a7tajina, al ma3icha ghlat 3alina  (on est venu manifester, la vie est devenue trop chère). Ou encore Wladkoum skkantohoum, wlad acha3b chredtohoum (vos enfants vous leur donnez un logement, ceux du peuple vous les clochardisez)…

 

Aux alentours de 19h00, l’attroupement gauchiste s’est éparpillé. Curiosité : les bars sordides des environs, d’habitude déserts les dimanches soir, ont été pleins à craquer. On est allé  se rincer le gosier après s’être époumoné durant de longues  heures.

 

Autre curiosité : certains slogans se focalisent sur Mohamed Sajid, le Maire de Casablanca, et la Lydec, la filiale locale du Groupe Suez, en charge de la distribution de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement de la mégapole.

Publié dans Evénement

Commenter cet article