Rachida Dati bourlingue entre Paris et Casablanca

Publié le par KEM

Dati-060810-.jpgDepuis qu’elle a quitté le gouvernement français en juin 2009, Mme Rachida Dati a multiplié les visites à la ville de Casablanca d’où est originaire son père marocain. L’ancienne ministre de la Justice qui est de mère algérienne semble adorer la capitale économique du royaume chérifien et la redécouvrir, elle qui grandi au sein d’une famille nombreuse d’immigrés installée en région bourguignonne (département de Saône et Loire). Mme Dati qui a eu une petite fille en début de juin 2009 dont le nom du père est aussi secret que le code de tir des missiles d’Albion se rend constamment au domicile paternel qui se trouve dans le territoire de la municipalité de Sbata (Sud-est de Casablanca) dont le maire entre 2003 et 2009 n’avait été que M. Karim Ghellab, l’actuel jeune et fringuant ministre istiqlalien du Transport et de l’Equipement.

Les escapades répétées et parfois inopinées de Mme Dati dans cette municipalité même durant son mandat de Garde des Sceaux sont un pain bénit pour les habitants de la pauvre bourgade de Sbata : alors que les nids de poule et les fossés truffaient les grands axes de Casablanca, la municipalité de Sbata a fait un effort surhumain juste avant les élection communales du 12 juin 2009 pour refaire l’asphaltage de toutes les rues et routes de la municipalité qui relève de la préfecture de Ben M’sick qui abrite l’unique cimetière européen du Grand Casablanca. Malheureusement le goudronnage des artères de Sbata n’a pas aidé à la réélection de M. Ghellab à la tête de sa mairie.

Cet dans le courant de cette année 2010 que l'ancienne porte-parole de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et actuel mairesse de du VIIe arrondissement parisien a accéléré la cadence de ses visites à Casablanca. Quelques jours avant sa participation à l’inauguration du festival de Casablanca le 15 juillet, des témoins l’ont aperçue suivre à pied une procession de mariage dans la pure tradition locale. Hier vendredi 6 août, vers 13h00 (GMT+1), et sous une bonne escorte policière, elle était venue portant sa fille Zahra dans ses bras pour rendre visite à des proches habitant la résidence Al Baida, sise rue Al Jounaid, dans l’arrondissement de Maarif, préfecture de Casablanca-Anfa (voir photo).

Publié dans Flash

Commenter cet article